Murs et mandats: maintien de l’ordre et sécurité à Bagdad

Alors que s’approche à grand pas la date fatidique marquant symboliquement le passage à un Irak plus "souverain", les grands journaux américains déploient quelques trésors de reportages, parmi lesquels se trouvent deux pépites, en ce sens qu’elles nous restituent les états d’esprit ou plus précisément un renseignement "d’ambiance" comme l’historien aime en lire parfois.

Le New York Times exprime les doutes des militaires américains -mais aussi irakiens- sur la nécessité (théoriquement prescriptive depuis quelques temps déjà) de disposer de mandats d’arrêts avant de capturer des suspects. On aura bien entendu noté l’hybridation entre les missions militaires et les missions de police en "contre-insurrection", mais ici la question est ailleurs. En effet, le délai supposé d’obtention de tels documents semble contredire a priori l’impératif de rapidité qui court entre l’obtention d’un renseignement et l’appréhension d’une "cible de haute valeur" (HVT dans le jargon militaire américain). On tente de rassurer les officiers en leur présentant la possibilité d’obtenir des arrêts de détention a posteriori pour peu que, comme dans le cas d’un mandat d’arrêt délivré a priori par un juge, on puisse trouver deux témoins contre la personne capturée. Mais même cet "espoir" semble rendu pessimiste par le rôle croissant des forces de police, comme l’exige d’ailleurs la "théorie galulienne" qui stipule qu’il faut faire des transitions entre les militaires contre-insurgés, les forces locales et les policiers.

On aura reconnu à travers ces dilemmes et ces questionnements plus ou moins légitimes un autre paradoxe de la "contre-insurrection" telle que veulent la mener les Américains: à savoir la nécessité de la légitimité éthique de l’action militaire, qui ne peut simplement se contenter de "diaboliser" l’ennemi pour le séparer de la population (contrôle de la population et information operations), mais qui doit nécessairement s’interdire de violer les engagements en matière de respect des droits de l’Homme. PETRAEUS est en effet l’homme qui refuse de tomber dans le mimétisme de la "contre-terreur" et qui, en tant que tel, a plusieurs fois tenté d’enrayer les dérives observables à tout les échelons. Quand bien même ces dernières seraient l’oeuvre de "marginaux" ou, a contrario, encouragées par les discours politiques ou des décideurs militaires, elles lui apparaissent comme contre-productives (la vieille morale utilitariste à la JS MILL) voire comme contraires à l’identité du militaire américain. 

Or, l’Histoire (notamment celle que les Américains ont prise en exemple, à savoir les Britanniques en Irlande et les Français en Algérie, mais aussi celle dont ils sont issus -la doctrine "LIC/FID" s’appuyant sur des forces spéciales agissant parfois par mimétisme) enseigne que le cas le plus difficile à traiter est justement celui des "personnes capturées" (pour reprendre la terminologie militaire française). N’étant pas des Prisonniers de Guerre, ils ne peuvent être détenus jusqu’à la fin des hostilités. Il est donc nécessaire de les juger et de bien les traîter et d’éventuellement les relâcher (les innocents étant souvent les victimes des opérations de ratissage tant que le renseignement ne fonctionne pas à plein régime, c’est à dire tant que la population ne se sent pas assez en confiance/n’a pas assez peur du contre-insurgé). Or, le système judiciaire irakien, aussi bien que l’impératif politique du "renseignement pour anticiper" dans le cadre de la "guerre à la Terreur", ont conduit à plusieurs dérives: arrestations arbitraires, détentions sommaires et prolongées, torture parfois (mais peut-être systématique à certains moments et dans certains lieux), "exécutions extrajudiciaires" (plusieurs militaires américains ont été reconnus coupables ou passent actuellement en jugement pour de tels crimes commis entre 2003 et 2007), voire approbation tacite des exactions commises par la police irakienne (les milices sunnites cooptées en 2004, les polices locales en 2006, les milices sunnites de 2007, etc.).

Ainsi, la nouvelle situation, théoriquement à l’épreuve depuis deux ou trois mois, peut conduire à mieux respecter encore les impératifs humanitaires et éthiques, comme elle peut paralyser totalement les actions sécuritaires. Il serait dommageable à mon sens de ne pas tenir compte des préoccupations des forces de sécurité, qui ne reposent pas toutes sur le fantasme d’une menace polymorphe ou sur des présupposés politiques, mais qui s’enracinent aussi dans une expérience combattante (ou une proximité culturelle pour les forces irakiennes) laquelle est parfois bien enracinée maintenant. Là comme dans d’autres domaines, le maintien de l’ordre en 2009 à BAGDAD et en Irak sera ce qu’en feront les acteurs principaux.

 

Le Washington Post révèle la vie quotidienne des habitants d’un quartier de BAGDAD confronté aux barrières qui l’encerclent. Il ne s’agit pas seulement des désagréments liés au passage du point de contrôle donnant accès à leur quartier, mais surtout de la place que prennent ces barrières dans le paysage. Non seulement elles divisent et structurent l’espace, mais il ne faudrait pas en déduire qu’elles restent étrangères aux habitants. Ceux-ci en effet semblent se les approprier, notamment en les décorant, en s’en servant comme support pour les affiches électorales, voire en les utilisant comme espace d’expression "libre". Preuve si il en est que la géographie des villes en guerre considère aussi les aspects symboliques et, comme toute géographie, les interactions entre les sociétés et groupes humains et l’espace qu’ils habitent. En ce sens, les barrières érigées dans BAGDAD, dont certaines sont d’ores et déjà détruites, renvoient à de nouveaux territoires.

 

Et à nouveau, je souhaite mes meilleurs voeux à tous pour cette nouvelle année….

About these ads

7 réflexions sur “Murs et mandats: maintien de l’ordre et sécurité à Bagdad

  1. Bonne année, bonne santé, "Longue vie et prospérité" comme disent les Vulcains :)

    Concernant les "murs", on à assisté au même phénoméme aussi bien à Berlin qu’a Belfast. "Rien de nouveau sous le soleil" ;)

    • Bonjour,
      Je vous remercie de cette question. Je n’ai pas encore eu l’occasion de me rendre sur place (la vie familiale et professionnelle). De fait, ma priorité a consisté à d’abord dépouiller (ce qui n’est pas terminé, je suis seulement en 2ème année) les sources correspondant directement à mon sujet, à savoir la "contre-insurrection". Autrement dit, mon objet d’étude ne m’a pas paru nécessiter un tel déplacement pour le moment… ce que je serais peut-être amené à faire mais pas forcément. Je m’explique: je me focalise essentiellement sur les aspects militaires ou politico-militaires. Leur inscription spatiale m’intéresse évidemment (cf. le billet ci-dessus) mais plutôt comme un élément lié à ce blog et pas directement à mon doctorat. A terme, une lecture de géographie politique ou de géopolitique sera nécessaire, mais certainement pas aussi fine que celle que vous pourriez vous-même proposer (j’ai lu votre article paru dans Villes et territoires du Moyen-Orient)…
      Pour le moment, je m’attache davantage à restituer l’histoire complexe des dernières années et à tenter d’approcher les interactions complexes entre les actions des militaires américains et les populations locales.
      Je reste à votre disposition pour des précisions complémentaires
      Cordialement
      Stéphane Taillat

  2. Au fait, quelles sont vos bornes chronologiques ?
    C’est surtout la dernière qui m’interesse (non pas que la première n’ait pas d’intérêt). A quelle date arrêtez vous votre analyse, sachant que l’objet de votre étude est toujours en cours.

  3. Scorpius,
    Réponse rapide: je n’ai pas encore fixé la date de fin (risqué) mais j’hésite d’ores et déjà entre le 23 novembre 2008 (signature du SOFA), le 1er janvier 2009 (entrée en vigueur du SOFA) ou encore le 31 janvier (élections provinciales "normales"… enfin on verra bien). Mais il s’agit de clore le champ de recherche sinon cela peut durer longtemps.
    Cordialement
    Stéphane Taillat

  4. De bonnes dates. Le gros de l’évolution de l’armée US a déjà été fait. Ce qui reste intéressant après, c’est -à mon humble avis- le maintien ou non du penchant COIN acquis ces dernières années dans l’armée US, le futur de l’armée irakienne et les mutations d’Al-Qaeda et des tribus sunnites.

    Heureusement que vous n’étiez pas chroniqueur lors de la guerre de 100 ans.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.
Thème Esquire.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: