Stratégie(s)

Dans un billet publié il y a quelques jours sur son blog, Olivier Kempf se demande si la stratégie existe et comment la définir. Me faisant l’honneur immérité de me citer, l’auteur me donne en quelque sorte l’occasion de préciser quelques points.

1) Stratégie et stratégies:

On pourrait commencer par délimiter les contours de l’activité stratégique en distinguant la Stratégie des stratégies particulières. Dans ce cas, la Stratégie est un domaine d’action et de réflexion dont on peut déterminer certains traits immuables, tandis que les stratégies en sont les expressions historiques.

Il ne s’agit pourtant pas d’un concept auquel on pourrait réduire la réalité. La Stratégie regroupe au moins deux éléments qui en sont l’essence: la dialectique des intelligences et des volontés d’une part (il faut un adversaire ou un autre), l’utilisation ou la menace d’utilisation de la force d’autre part. Ces caractéristiques sont donc intrinsèquement liées à la guerre, même si la tendance a été à l’élargissement de la Stratégie au temps de paix et à des domaines non militaires (Stratégie globale).

Ce qui signifie que l’on peut analyser les stratégies particulières en se fondant sur des logiques d’acteurs (je renvoie mes lecteurs à la communication que présentera Melle Laure Bardiès, Maître de Conférence en Sociologie à l’ENS-Cachan détachée aux Ecoles de Coëtquidan, lors de la Journée d’Etude « vers une analyse du raisonnement stratégique »).

2) la Stratégie est un pont:

Cette métaphore a été explicitée par Colin Gray dans son ouvrage The Strategy Bridge: Theory for Practice.

Pour le stratégiste américano-britannique (dont je recommande la lecture attentive et extensive), la Stratégie a une fonction et un rôle.

  • Sa fonction est de faire le lien (le « pont ») entre les intentions des acteurs (les fins qu’ils se fixent, en fonction des enjeux qu’ils dessinent, et qui ne sont pas forcément liés à des intérêts objectifs) et leurs actions (les moyens et ressources dont ils disposent). Elle se distingue donc de la politique en tant que celle-ci fixe et détermine les fins.
  • Son rôle est de générer des effets permettant d’atteindre les fins fixées. C’est la raison pour laquelle la Stratégie est liée à la puissance, en tant que cette dernière est la capacité à engendrer des effets désirés.

3) Un processus itératif:

Etant donné son caractère dialectique, et le fait qu’elle s’inscrit dans un contexte qui évolue, la stratégie est itérative: elle nécessite des ajustements et des adaptations. C’est la raison qui explique pourquoi il est difficile de repérer une « Grande Stratégie » dans l’Histoire. Comme le dit Marcus Jones dans son étude sur la stratégie Bismarckienne: « dans un monde où les résultats restent indéterminés, une stratégie compétente ne consiste pas à fixer des objectifs de long terme et à structurer systématiquement des procédures pour les réaliser, mais plutôt dans une appréhension claire de ses propres principes et priorités associée à une approche flexible et créative afin de produire des gains cumulatifs sur le court terme« .

Ce processus itératif n’est pas déterminé par la seule interaction stratégique avec un adversaire ou bien par le contexte. Le processus de prise de décision est ainsi fonction des rivalités bureaucratiques, des luttes politiques concernant enjeux, fins et moyens, de la dialectique entre compétence politique (qui est légitime pour fixer les fins?) et expertise technique (qui est compétent pour discuter des moyens en rapport avec les fins?)

Cette dernière caractéristique montre que la formulation stratégique doit tenir compte des relations entre décideurs politiques et opinion publique d’une part (car il faut mobiliser cette dernière, notamment si sa perception des enjeux n’est pas la même que celle des décideurs), décideurs et exécutants militaires d’autre part. Les caractéristiques des relations politico-militaires sont donc essentielles pour saisir pourquoi et comment certaines stratégies sont formulées, éventuellement exécutées, tandis que d’autres sont écartées. Il est tentant en effet d’oublier que les liens entre sphère militaire et sphère politique sont à la fois hiérarchiques (subordination et contrôle, qui sont en tension avec désir d’autonomie -voire dissidence- et intrusion) et fonctionnelles (les militaires peuvent vouloir peser sur la définition des fins, les politiques peuvent accentuer leur demande sur les militaires pour tels ou tels moyens).

C’est la raison pour laquelle certaines stratégies reflètent davantage un compromis entre les acteurs, tandis que d’autres révèlent le rapport de forces existant au sein de l’appareil de Défense. Une stratégie particulière n’est donc pas forcément la plus rationnelle (au sens d’un calcul coûts/bénéfices qui serait abstrait de tout biais cognitif ou de tout intérêt politique). Dit autrement, une stratégie n’est pas toujours choisie parce qu’elle est la plus optimale en fonction de l’adversaire et/ou du contexte. Elle peut être retenue comme la plus satisfaisante, quelle qu’en soit la raison (consensus, intérêts particuliers, perception du contexte). Un des éléments les plus importants concerne le niveau d’incertitude perçu par les décideurs et leur niveau d’insécurité par rapport à ce fait. Les acteurs auront tendance à planifier de manière trop ou pas assez précise en fonction de ce rapport.


2 réflexions sur “Stratégie(s)

  1. Good point. D’une façon très orthodoxe sans doute, je reste attaché à la vision de HCB : d’une stratégie intégrale découle une stratégie militaire générale (se découpant en stratégie opérationnelle, déclaratoire et des moyens), qui alimentent elles-mêmes et de façon dynamique – donc non linéaire, en fonction des besoins, du contexte (pressions endogènes) et des éventuelles pressions exogènes – des stratégies particulières (aérospatiale, terrestre, navale, nucléaire).

    Pour le cyber, j’ai plus de mal : personnellement, je considère pas qu’elle soit particulière – tout au plus rejoint-elle les rationalités aérospatiales. Mais c’est une autre histoire !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :