Rupture ou continuité

Deux discussions et nouvelles plutôt intéressantes concernant les deux derniers commandants en chef américains en Afghanistan, Stanley McChrystal et David McKiernan (la mafia des écossais-américains a frappé fort dans la promo 1976 de West Point).

Le premier est un débat fort passionnant lancé par The Security Crank, blog que je recommande vivement pour prendre de la distance avec le conformisme croissant de la blogosphère COIN US (j’aime bien Andrew Exum, mais il a parfois du mal à discerner entre la recherche de la vérité et les impératifs de ses patrons du CNAS). Selon lui, le limogeage de David McKiernan, plutôt incompréhensible si l’on considère qu’il est le premier commandant de théâtre limogé dans le cadre de ses fonctions opérationnelles depuis McArthur en 1950 et si on compare son bilan avec ceux de Ricardo Sanchez ou de George Casey en Irak, est du à son absence de réseau au sein de la classe politique américaine couplée à ses réticences face à une guerre par milices tribales interposées défendue entre autres par le CNAS. L’auteur anonyme du blog démonte avec vigueur le « mythe McKiernan » (équivalent afghan de la « narration Petraeus ») et adresse au passage un coup de griffe bien ajusté aux adorateurs du Powerpoint en lieu et place d’ordres donnés clairement « face au terrain » (ou via le traditionnel OPO résultant d’une bonne MEDO). Un papier fort stimulant pour qui veut comprendre les dessous politiciens des changements de stratégie à Washington et les défauts inhérents à la « culture technique » de nos amis américains.

Le second est un article de Noah Schachtman (Danger Room) qui montre que la stratégie dont il est question est bien plus complexe que celle que l’on nous a présenté à longueur de temps depuis les débats McChrystal/Biden de cet automne. Pour faire bref, les attaques ciblés par drones auraient connu un pic depuis la prise de commandement du général Américain. L’explication paraît simple: mieux vaut restreindre les frappes aériennes qui risquent de provoquer des dommages collatéraux et user des bonnes vieilles méthodes d’assassinats ciblés. Ou comment mêler le contre-terrorisme propre à l’officier des Forces Spéciales à la contre-insurrection « orthodoxe » définie par le CNAS.

copyright: Noah Schachtman

Le hic: c’est que le rapport de l’ONU sur les pertes civiles en Afghanistan a démontré que celles-ci n’avaient cessé de croître dans l’automne 2009. Forcément, tout dépend du renseignement que l’on a obtenu sur les « cibles de haute valeur ». Comme on peut s’en douter, l’imprécision et les incertitudes de celui-ci peut conduire à des erreurs, qui accroissent en retour les pertes si l’on use plus fréquemment d’un outil que l’on juge, à tort ou à raison, plus sur et plus éthique. Pour faire bref: on croît que l’on va faire moins de dégâts, alors on utilise plus. Or, la marge d’erreur contenue dans toute appréciation humaine non habituée à pratiquer l’antique vertu de prudence (à ne pas confondre avec la pusillanimité) reste tout aussi élevée.

5 réflexions sur “Rupture ou continuité

  1. Quelques remarques (avant c’était un autre Mc en la personne de Mc Niel, le pro des grandes opérations de perturbation sans lendemain).

    1. Pour la hausse des frappes de drones, bien répeter comme tu le dis toi même que Mc Crystal commande le US-Joint Special Operations Command de 2003 à 2008. Donc la culture FS + rens+ guidage + drones, il l’a intimement en lui. Surtout qu’il a vu que cela marchait face à AQI (al-Zarqawi en juin 2006). Donc le contre-terrorisme vs. COIN (si cela existe vraiment dans les faits en Afgha…), ce n’est surement pas Biden vs. Mc Crystal…
    2. A la COIN qu’il appelle « classique », il y ajoute une évolution en profondeur des savoirs-être des forces au contact de la population (« respecter la population pour gagner son soutien »). Bien plus que ces prédécesseurs qui s’intéressaient aux savoirs-faire (tirs indirects, appui aérien, etc.) quoiqu’on en dise sur ses interdictions nettes de l’emploi de l’arme aérienne.
    2. Sur la plan de la culture militaire US, Mc Crystal est « détonnant » dans son style de commandement. Des directives tactiques courtes et didactiques (exemples fréquents, phrases chocs, etc.), des COIN Guidance limpides, etc. On est loin des ordres d’opérations de 500 pages… Surtout qu’il répète inlassablement ses consignes : sur le terrain, dans la presse, à ses commandants et jusqu’au plus bas des troufions.
    3. Le problème actuel du renseignement en Afghanistan risque d’être vraiment fondamental pour la suite des opérations, si on poursuit ainsi. Car la voie suivie en demande un maximum et du fiable. Mais les informations n’arrivent pas si automatiquement…

  2. Merci de tes remarques qui viennent judicieusement compléter/nuancer/amender ces quelques lignes. Juste un mot sur les points 2 et 3. Sur le 2, il s’agit effectivement comme tu le dis de la COIN « dominante » (mainstream) ou « orthodoxe » plutôt que de la COIN « classique ». La première correspond aux modèles et impératifs définis par les analystes et think tanks les plus en vogue depuis 2006-2007, et mis en oeuvre partiellement (ou au moins discursivement) en Irak. Tandis que la seconde contient les impératifs « galuliens » et consorts. Sur le plan 3, tu as raison, mais le bloguer de The Security Crank faisait plutôt allusion au fait que, sur ce plan, McChrystal est bien l’exception. Son style est plutôt celui de Petraeus, les slides en moins (Petraeus étant lui-même « light » sur le sujet aux standards de l’Army).

  3. Bonjour,
    Merci de ces compliments immérités et merci de votre fidélité.
    Cordialement
    PS: l’occasion de rappeler à tous que je ne suis pas maître des informations et des faits, et encore moins de la vérité. Je ne suis qu’un passeur.

  4. Hi there

    I don’t speak French, so have little idea what this post is about other than counterinsurgency strategy in Afghanistan. It is an honor, though, to be included in the blogroll of what appears to be a professor of geography and history (?) at a French university. I’ve also noticed that you link to many other sites that I do also.

    Regards,

    Tom

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :