Irak, terre mercenaire

En guise d’annonce de fin d’année, et avant de souhaiter à chacun une sainte et heureuse année 2010, je signale la parution du premier ouvrage de Georges-Henri BRICET DES VALLONS (qui sera disponible à partir du 14 janvier 2010 notamment sur la FNAC et Amazon) portant sur une mise en perspective historique, économique, juridique et sociologique des Sociétés Militaires Privées au sein de l’appareil de Défense américain depuis la guerre en Irak.

Intitulé, Irak, terre mercenaire, cet ouvrage considère le processus de « dénationalisation » actuellement en cours au sein des forces armées. L’auteur renvoie dos à dos les partisans des SMP et leurs détracteurs « étatistes » en replaçant le phénomène dans un mouvement historique plus long, celui de la mainmise de l’Etat-Nation sur le monopole de la violence légitime, tout en reconnaissant les spécificités du contexte contemporain, largement informé par les choix et processus en cours au sein des forces armées américaines, et notamment l’externalisation des fonctions régaliennes (ou supposées telles) de l’usage de la force. Car en effet, le « néomercenariat » renvoie non à la limitation de la souveraineté de l’Etat mais aux choix stratégiques faits par ce dernier pour l’accroître, notamment l’appel au secteur privé ou para-privé dont l’amalgame avec le secteur militaire public américain est de plus en plus important, allant parfois jusqu’à « l’addiction ». Ainsi, l’appel au secteur privé n’illustre pas la globalisation économique ou la constitution fantasmée d’un secteur transnational de la guerre, mais plutôt un des modes de relation de l’Etat moderne avec les acteurs et les défis contemporains.

Préfacé par Jean-Philippe Immarigeon, qui rappelle que la privatisation de la guerre semble l’aboutissement logique d’une volonté américaine de pousser la guerre « au-dehors » (hors de l’île-continent comme hors de la société américaine), le livre se conclut par un constat d’affaiblissement de l’appareil de Défense américain, miné de l’intérieur par son appel au secteur privé et de l’extérieur par le rôle croissant des Fonds Souverains des pays émergents ou des pays pétroliers.

A lire d’urgence, car très bien informé et puissant analytiquement.

Bonus:

A lire également pour compléter l’approche de G-H Bricet des Vallons

-Jean-Jacques CECILE, Les chiens de guerre du Pentagone.

-Jeremy SCAHILL, Blackwater: l’ascension de l’armée privée la plus puissante du monde

Christian OLSSON, « Vrai procès et faux débats: perspectives critiques sur les argumentations de légitimation des entreprises de coercition para-privées », Cultures et Conflits, °52, hiver 2003

-le numéro 8 de Sécurité Globale.

Et à l’année prochaine!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :