La contre-insurrection entre stratégie et tactique

En cette veille de Noël (même si l’article sera publié le 26 décembre), une simple interrogation à travers deux billets récents de Patrick PORTER sur Kings of War et de Noël SCHACHTMAN de Danger Room: la contre-insurrection est-elle en train d’occulter les nécessaires réflexions sur la stratégie?

En effet, les débats et réformes internes aux forces armées occidentales se focalisent sur les moyens de mettre fin aux insurrections et plus largement de stabiliser un pays. Mais ils ne nous disent rien sur la stratégie à adopter ni pourquoi l’adopter. Bien entendu, certains diront que cela regarde essentiellement le pouvoir civil, mais il me semble que cette vision idéale des relations civilo-militaires n’existe pas réellement et qu’en conséquence, les militaires ont leur mot à dire sur la stratégie, et pas seulement en tant que « conseillers techniques ». C’est également aussi l’enjeu de la réflexion et de la recherche stratégique dans son ensemble, qui ne doit pas se limiter aux systèmes d’armes, ni même d’ailleurs aux concepts stratégiques, mais doit également embrasser la réflexion politique sur les fins.

Si l’article de Patrick PORTER est consacré aux réflexions récentes de Gian GENTILE (Merry Christmas to you my friend) sur l’obnubilation systématique des forces armées américaines sur les moyens et la tactique, « le bruit avant la défaite », celui de Noël SCHACHTMAN montre que la volonté tout aussi systématique de séparer une contre-insurrection « populo-centrée » d’une contre-insurrection « ennemi-centrée » est illusoire et dangereuse. Illusoire car elle occulte le fait que les populations restent au coeur de l’une comme de l’autre et parce qu’elle ne rend pas compte des réalités et des nécessités opérationnelles, politiques ou éthiques. Dangereuse car elle enferme les relations internes aux unités et aux forces armées américaines dans un débat sans fin sur les moyens. Quoiqu’il en soit, il semble que le compte-rendu de Michel GOYA  sur l’attitude tactique des forces américaines en Afghanistan  soit fondé: les principes de McChrystal sont loin d’être largement adoptés.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :