Afghanistan

Que mes lecteurs se rassurent: je n’ai pas abandonné l’Irak et mon engouement pour les opérations en A-stan ne résulte pas d’une volonté de me plier aux diktats de la mode. Ce blog a toujours cherché à équilibrer l’analyse posée avec l’actualité la plus récente possible. Pour certains, c’est la quadrature du cercle, mais l’étude de la « contre-insurrection » contemporaine montre qu’il faut savoir gérer les impératifs contradictoires qui ne s’excluent pas mutuellement.

Sur l’Irak, on sait que la fin du Ramadan a apporté un retour des attentats à Bagdad comme à Mossoul et Kirkouk. Les Chrétiens d’Irak continuent à fuir le pays et les violences qui les visent. Ce qui n’a pas empêché le général Odierno d’annoncer mardi un éventuel retrait accéléré de 50  000 hommes avant l’échéance de l’été 2010, si tant est que les élections législatives se passent sans détérioration majeure de la situation. Ce qui montre que désormais les objectifs fixés en 2007 par le tandem Petraeus et Odierno sont atteints à leurs yeux. On ne peut s’empêcher d’avoir des sentiments partagés à ce sujet. Si d’un côté, on ne peut que reconnaître la sagesse qu’il y eut alors à donner des objectifs plus humbles et plus cohérents que la transformation du « grand Moyen-Orient », il faut aussi admettre que tout n’est pas réglé, d’autant que le nouvel ambassadeur en Irak Christopher Hill ne semble pas mettre du coeur à l’ouvrage dans la résolution des problèmes politiques. De toute manière, le nord du pays reste problématique, d’autant que les déclarations continuelles du Vice Président Joseph Biden ont eu tendance à figer l’interprétation ethniciste que les Américains portent sur cette zone, donnant du grain à moudre à tous les individus intéressés à manipuler le sentiment identitaire pour accroître les violences et gagner en influence.

Ce qui nous amène à l’Afghanistan. Les développements au sujet du rapport de McChrystal (dont certains éléments étaient parus sous le clavier de Andrew Exum (Abu Muqawama) ou sur le Small Wars Journal) et de la décision politique qui devrait en découler se sont accélérés depuis 2 jours. Mercredi en effet, une réunion se tenait à la Maison Blanche au sujet du rapport McChrystal et de ses recommandations d’accroître le niveau des troupes. Le commandant de l’ISAF y assistait par vidéoconférence. Apparemment, son évaluation de la situation et des motivations d’Al Qaeda et des Taliban ainsi que ses recommandations ont été fortement critiquées. Notamment, les conseillers civils du Président Obama ont critiqué l’idée d’un retour d’Al Qaeda en cas de reprise du pouvoir par les Taliban. Si le secrétaire d’Etat et le Secrétaire à la Défense n’ont pas donné véritablement une opinion claire pour se positionner par rapport à McChrystal, le Vice Président Biden a été le critique le plus virulent. Il a de nouveau défini une stratégie alternative reposant sur la formation de l’ANA et de l’ANP, la constitution d’une force anti-terroriste et la poursuite d’une stratégie d’éliminations ciblées du leadership d’Al Qaeda et des Taliban par des drones en A-stan et au Pakistan. Bref, le retour à la stratégie indirecte et par procuration de la doctrine « conflit de basse intensité » qui faisait florès dans les années 1980. Le personnage n’en est pas à son premier essai: cette stratégie était déjà celle qu’il avait recommandé pour l’Irak en 2006. Dès le lendemain, le général McChrystal a profité d’une conférence qu’il donnait à l’Institute for Strategic Studies de Londres pour réfuter les fondements de ce que les journalistes américains appellent déjà « l’option étroite » du contre-terrorisme. L’occasion de rappeler que le tournant conceptuel dont le FM 3-24 est l’emblème insiste sur l’importance d’un engagement prolongé et profond au coeur des populations.

Au fond, ce débat nous rappelle que les guerres abusivement appelées « limitées » se gagnent aussi sur le front intérieur. McChrystal échouerait-il là où Petraeus avait réussi?

Bonus:

-le fameux rapport « CHANSON » paru dans le POINT. Le patron de la « TF KORRIGAN » (GTIA formé autour d’éléments du 3ème RIMA de Vannes) y donne une évaluation particulièrement intéressante et lucide et propose un modèle tactique de contre-insurrection.

-En avant-première, la série Frontline de la chaîne PBS annonce la diffusion d’un document sur « la guerre d’Obama » (= l’A-stan par rapport à l’Irak, la « guerre de Bush ») pour le 13 octobre. Extraits (24 minutes) et interviews (notamment de Andrew Exum) disponible ici.

Une très bonne clarification terminologique et géographique des guerres en Afghanistan par F. de St-V de Mars Attaque.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :