Opération de grande ampleur en A-Stan

Deux articles passionnants du Washington Post et du New York Times nous apprennent qu’une opération de grande ampleur vient d’être lancée dans la province de Helmand ce matin (heure de Kaboul).

L’opération KHANJAR rassemble deux bataillons de 4000 hommes de la 2nde brigade expéditionnaire des Marines (MEB) et une cinquantaine de réservistes des Actions Civilo-Militaires du Corps. Il s’agit de prendre le contrôle de la vallée de Helmand, deux bastions des « Taliban » où ceux-ci ne cessent de harceler les Britanniques depuis leur tentative de 2006 de chasser les groupes rebelles. En outre, les deux districts visés par l’opération KHANJAR, situés au sud de la capitale provinciale Laskhar Gah, sont également des centres de production de pavot.

Afin d’éviter les engins explosifs improvisés destinés à couper les lignes de communication, les Marines ont été en partie héliportés, tandis que le reste de la force a emprunté les MRAPS. Parallèlement, les forces britanniques ont interdit certains points de passage, tandis que les forces pakistanaises annoncent avoir bloqué la frontière. Pour le moment, aucune perte n’a été rapportée, mais les portes-parole des Marines craignent que les attaques ne croissent en nombre et en intensité dans les jours et semaines à venir.

Ce qui est en effet crucial est qu’il s’agit de la première opération de cette taille pour reproduire les opérations dans les « ceintures » de Bagdad de l’été 2007 sur le modèle séquentiel inspiré par Galula et les enseignements des opérations de Tal Afar (septembre 2005) et Ramadi (été 2006). Dans un premier temps, les troupes américaines se fraient un chemin vers les zones peuplés et en chassent les unités rebelles. Dans un second temps, elles s’installeront dans des avant-postes au coeur des villages et des villes afin de protéger la population, de la contrôler et de mettre en place des actions d’assistance avec le concours des ACM. Dans un troisième temps, la transition devrait s’effectuer vers les unités de l’armée nationale afghane qui poursuit sa formation et sa montée en puissance. La « philosophie » de cette approche contre-insurrectionnelle repose ainsi sur l’idée qu’il faut séparer les rebelles de la population à la fois physiquement (par une présence permanente) et psychologiquement (en légitimant la présence dans des actions de reconstruction, en co-optant les détenteurs locaux du pouvoir -seuls médiateurs entre la population et les insurgés/contre-insurgés- et en recrutant des milices avec les locaux) afin de démanteler leurs cellules locales, tout en maintenant la pression sur les zones adjacentes (principe adapté de la « tâche d’huile » de Galliéni et Lyautey).  De manière conjointe, il s’agit de « discriminer » entre les groupes talibans pour co-opter certains contre d’autres (présentés comme « plus radicaux » et « irréconciliables »), bref, la stratégie « anaconda » de Petraeus en Irak. Inutile de dire que l’ensemble prendra de longs mois encore.

Certes, de telles opérations ont été montées dans l’est du pays (dans la vallée de KUNAR et dans la zone d’ALYSSAI), mais avec de plus faibles effectifs. Cela correspond en fait à la fois à la nomination récente du général Stanley McCHRYSTAL, ex-commandant des forces spéciales américaines en Irak (et qui est capable de faire de la COIN autant que du contre-terrorisme), et au « sursaut qui ne dit pas son nom » mis en place par la nouvelle Administration avec l’envoi de 21 000 personnels supplémentaires en début d’année.

Les difficultés à venir ne manquent pas: légitimer la présence alors que les actions militaires destinées à fixer et détruire les groupes rebelles ont aliéné une partie de la population, obstacle politique pour l’arrivée de nouveaux renforts avant longtemps (le président OBAMA ayant laissé entendre qu’il ne répondrait pas à la demande), et enfin le calendrier qui court puisque les élections présidentielles en Afghanistan sont prévues pour le 20 août.

2 réflexions sur “Opération de grande ampleur en A-Stan

  1. D’après un reportage de France 24, les taliban ont étaient sans doute étaient prévenu par des militaires pakistanais des semaines à l’avance de ces opérations. La frontière entre les 2 pays est tout sauf hermétique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :