Fédéralisme Bassorien

Dans les enjeux de l’Irak futur que je décrivais vendredi dernier, la question de la dévolution du pouvoir entre le gouvernement central et les provinces tenait une place importante. Le 31 janvier 2009, les élections provinciales, destinées à renouveler les assemblées des gouvernorats irakiens élues depuis la fin de l’année 2005, devraient apporter quelques réponses et susciter bien des craintes, tant les enjeux sont élevés. Si certains se réjouissent que les tensions politiques n’aboutissent plus forcément aux explosions de violence de 2006 (cf. le « ball-trap à la chaussure » dont a été victime le Président BUSH de la part d’un journaliste indépendant irakien), il n’en reste pas moins que la situation reste tendue, comme l’illustre l’attentat de jeudi à KIRKOUK et les revendications des autorités de la communauté arabe de la ville de ne pas accepter la présence de forces de sécurité kurdes dans la ville à l’approche des élections. Outre les questions d’ordre ethnique, liées notamment dans le cas de KIRKOUK au délicat problème du partage des revenus pétroliers, le sujet le plus brûlant est sans conteste celui de la répartition des pouvoirs sur la question de la sécurité entre le gouvernement central et les provinces, voire les gouvernements locaux.

Le cas de BASSORAH est intéressant. Cité la plus riche de l’Irak, longtemps marquée par une sécularisation évidente et une diversité ethnique manifeste, BASSORAH pourrait s’acheminer vers un statut fédéral proche de celui du Kurdistan autonome. Débarassée de la mainmise des milices partisanes chiites et de l’affrontement entre les Sadristes et les Badristes, la population locale est en effet invitée par le parti FADILA (dissident de l’Armée du Mahdi) à signer une pétition réclamant un référendum sur la question du fédéralisme. Pour le moment, le seuil des 10% des électeurs n’a pas encore été atteint, mais il pourrait l’être entre le 15 et le 31 janvier prochain, ce qui permettrait la tenue du vote pour le mois de février.

Si les nationalistes sunnites et les Kurdes ne semblent pas s’opposer à ce projet -dans la mesure où il éviterait la formation d’une « super-région » chiite comprenant les 9 provinces du Sud et garantirait le contrôle du pétrole par le gouvernement central, les principaux obstacles viennent des autres partis chiites.

Le PM MALIKI tout d’abord, qui considère que la question du fédéralisme est empoisonnée et souhaite affirmer la prééminence du gouvernement central. Le Conseil Suprême de la Révolution Islamique en Irak surtout, qui projette la création de la « super-région » susnommée ou, à défaut, l’union des trois provinces de MAYSAN, DHI QAR et BASSORAH (auxquelles on adjoint parfois MUTHANNA). Ce deuxième projet rencontre la suspicion des « fédéralistes » de BASSORAH, qui y voient le risque d’un éclatement ethnique de l’Irak et le transfert de la centralité du pouvoir de BAGDAD à NADJAF, ce qui ne ferait que déplacer le problème. En retour, leurs adversaires ont beau jeu de voir la main du KOWEIT dans cette affaire, les liens tribaux étant très proche entre le gouvernorat et l’émirat, dont la frontière est située à moins de 100kms.

Quoiqu’il en soit, si cette deuxième étape était franchie en janvier, et si le référendum remportait la victoire (ce qui n’est pas assuré), BASSORAH retrouverait ainsi une position privilégiée ainsi que le souhaitent ses promoteurs. Pour ces derniers en effet, le « modèle historique » est celui de la république marchande que fut la ville à l’époque ottomane, et celui de la société séculière et « occidentalisée » de l’époque britannique. Et de fait, en dépit du champ de bataille qu’a représenté BASSORAH entre 2004 et 2006, certains traits prédominent qui entretiennent ce souvenir. Il faut noter ainsi que, avant même 1990, les tendances fédéralistes ou autonomistes fleurissaient déjà dans la région.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :