De quelques parutions officielles récentes

-Parution du nouveau manuel Field Manual 7-0 Training for Full Spectrum Operations aujourd’hui. Une occasion de voir comment le nouveau FM 3-0 et les différentes pressions dans le sens d’une « révolution culturelle » au sein de l’Army peut aussi se manifester dans la formation initiale et professionnelle. A noter que le manuel sera accompagnée d’un outil internet permettant de développer les méthodes abordées dans la version papier.

-Dimanche, le New York Times se procurait une ébauche d’un rapport du Bureau de l’Enquêteur Spécial sur la Reconstruction en Irak (SIGIR) concernant le bilan des années écoulées et fournissant une histoire officielle. Au-delà de la rhétorique sur les capacités d’intégration avancées des capacités civilo-militaires (concept d’interagences) et des discours sur la nécessité de « reconstruire l’Irak » dans l’optique de la « contre-insurrection », il semble bien que le bilan soit bien maigre. Tout au plus peut-on affirmer que les destructions opérées en 2003/2004 ont été résorbées. Pour le reste, il semble bien que l’on puisse parler de gaspillage de l’argent public, notamment en ce qui concerne les politiques d’allocations de la reconstruction à des entreprises américaines, voire à des SMP, d’autant que, dans des régions clés (ANBAR, le Sud CHIITE), certains cheiks locaux ont véritablement « trusté » les contrats en assurant (ou non) la sécurité des travailleurs étrangers puis irakiens. En outre, le coût sécuritaire a été un réel obstacle en bloquant certains projets, en en bâclant d’autres ou encore en en modifiant les objectifs et la visée.  Bref, la synergie tant vantée dans les publications militaires ne semble pas encore pour demain. En revanche, le rapport fait peu de cas des réelles avancées obtenues au niveau micro-local par les commandants usant des fonds dédiés (CERPS). Quoiqu’il en soit, les objectifs de CHIARELLI à BAGDAD en 2004 ou des Marines à FALLOUJAH en 2004/2005 n’ont pas été atteints. Ce qui explique certainement pourquoi, à l’exception des régions périphériques situées dans les « ceintures de BAGDAD » (je pense notamment aux ceintures méridionales), le mécontentement soit réel concernant le bilan de la présence américaine. Il est fort à parier d’ailleurs que ce bilan apparaîtra d’autant plus comme une source de frustration que l’amélioration de la situation sécuritaire est bien réelle. En d’autres termes, les militaires américains ont surtout réussi à « sécuriser la population », mais n’ont pas « reconstruit » l’Irak, ni permis de substantiels progrès de niveau de vie (ce qui semble bien aussi vital que les considérations sur le respect des coûtumes ou des structures locales du pouvoir, n’en déplaise aux tenants de l’approche culturaliste).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :