SOFA (fin enfin m’enfin?)

Hier Dimanche 16 novembre 2008, le Cabinet Irakien a adopté l’accord sur le Statut des Forces Américaines en Irak (SOFA), entérinant de nombreuses modifications proposées successivement par les négociateurs des deux parties. Parmi celles-ci, l’Histoire retiendra peut-être le problème de l’immunité des militaires américains -limitée aux crimes et délits commis en opérations, en service et sur le territoire des bases US- et celui du rejet de toute modification de la date finale de retrait des troupes de combat, à savoir le 31 décembre 2011.

Evidemment, il reste encore à franchir l’obstacle parlementaire, mais, en dépit des déclarations de SADR (le parti du Moqtada AL SADR revendique une trentaine de députés), il semble que cela ne devrait pas poser de problèmes. De facto, les forces américaines pourront donc continuer à mener des opérations, même si plusieurs nuances seront apportées à la situation actuelle:

-les opérations seront décidées par une commission conjointe comprenant des militaires irakiens et américains. Cela peut potentiellement restreindre la marge de manoeuvre des officiers américains, contrairement à la décentralisation importante des décisions observable aujourd’hui.

-de toute manière, les militaires américains ne pourront mener d’actions en ville, puisque celles-ci seront sous la responsabilité exclusive des forces de sécurité irakiennes.

Ce qui revient à dire que la posture vers la reconstruction (entamée au printemps 2008) et vers l’assistance technique et militaire (idem) sera la seule possible.

En conclusion, il est possible de dire que le PM MALIKI sort renforcé, lui qui n’avait pas officiellement donné sa position sur l’affaire: l’accord lui garantit en effet que les militaires américains continueront d’appuyer la formation de forces de sécurité qui lui sont de plus en plus acquises. D’autre part, ses rivaux hostiles au traité seraient davantage marginalisés.

Nous assistons peut-être à un tournant majeur de la présence américaine en Irak, ce que semblent avoir compris de nombreux irakiens ayant choisi de s’investir totalement dans la relation avec les militaires étrangers. Là comme lors d’autres épisodes passés, le retrait semble synonyme d’abandon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :