Inflexions tactiques (mis à jour)

Un article publié ce jour dans le Washington Post révèle l’usage croissant d’engins explosifs improvisés magnétiques par les insurgés irakiens. Il s’agirait, selon les sources militaires, d’un mode de plus en plus courant pratiqué dans les assassinats sélectifs visant les responsables politiques, militaires et policiers.

Or, je note plusieurs éléments qui montrent comment une telle nouvelle peut être lue à différentes échelles:

  • sur le plan technique, l’utilisation de tels mines magnétiques n’est pas nouveau en Irak puisque l’on note son apparition en 2004, plus précisément à FALLOUJAH, dans le cadre de la campagne de meurtre et d’intimidation lancée par Abu Mussab AL ZARQAWI contre les « collaborateurs ». En revanche, il semblerait que ce moyen se soit standardisé récemment (puisque les relations publiques de la Coalition parlent de 200 occurrences cette année). Nous sommes ici dans la dialectique apparemment classique de l’épée et de la cuirasse, selon laquelle les procédures tactiques et techniques des protagonistes vont chercher à évoluer en fonction des (contre-)mesures de l’adversaire. Depuis février 2007 en effet, la multiplication des points de contrôle, des barrières en béton armées, et des patrouilles a non seulement démantelé les réseaux et les cellules « terroristes » mais aussi protégé les zones opérationnelles (les lieux publics ou symboliques choisis comme cibles). D’autant que les opérations dans les « ceintures de Bagdad » ont permis d’interdire les zones de préparation (caches d’armes, ateliers d’assemblage de voitures piégées, etc. ) Ici, il s’agit clairement d’un moyen efficace pour accroître la sécurité des poseurs de bombe, puisque l’engin peut être placé à un endroit et détonné à un autre.
  • Sur le plan tactique, l’utilisation combinée des « EEI magnétiques » et de pistolets automatiques avec silencieux dénote une inflexion importante. En effet, depuis le mois de février 2008, AQI (et apparemment des « groupes spéciaux » pro-iraniens) avait choisi de recourir aux attentats suicides (souvent menés par des femmes ou des adolescents comme l’illustre encore l’attentat commis hier à BAQUBA, capitale de la DIYALA). Ici, il s’agit davantage d’une tactique de « meurtre et d’intimidation », voire une tactique visant à perturber la formation d’élites pro-gouvernementales.
  • Ce qui mène à une dernière réflexion: à qui profite le crime? Si les officiels américains accusent officiellement AQI, il ne paraît pas exclu que ce soit aussi l’affaire des « groupes spéciaux » considérés comme des éléments financés et armés par les Iraniens.

Mise à jour: un attentat à la bombe a tué aujourd’hui Saleh UQAILI, un jeune universitaire responsable du groupe parlementaire sadriste à l’Assemblée Nationale Irakienne. Selon cet article du Los Angeles Times, des accusations portées publiquement par les Américains, notamment via les mosquées (nouveaux espaces publics majeurs des villes irakiennes), auraient conduit à des affrontements entre des miliciens de SADR et les forces irakiennes et américaines.

Los Angeles Times

source: Los Angeles Times

Ce qui renvoie au questionnement précédent: à qui profite le crime? Accuser les Américains, comme semblent le faire des portes-parole autorisés du parti de Moqtada SADR, revient à mobiliser le nationalisme classique de ce mouvement. En revanche, il est plus probable que les coupables en soient les éléments chiites liés aux ennemis de SADR, à savoir les mouvements pro-iraniens… A moins qu’il ne s’agisse ici des fameux « groupes spéciaux »?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :