Les détenus en Irak: dans la « guerre des idées »

En  mars dernier, j’exposais les principales innovations introduites par le général de brigade de Réserve des Marines STONE, commandant la TF 134 chargée de la gestion des « personnes capturées ».

Outre l’amélioration des conditions de détention, le général STONE a contribué à développer la réinsertion des détenus (en accélérant les libérations à compter de l’hiver dernier). Plus important, il a bâti un système complexe afin de discriminer entre les détenus (puisque le mandat des Nations Unies donne autorité à la puissance occupante pour emprisonner les personnes susceptibles d’être « des menaces imminentes pour la sécurité »). Ce système repose essentiellement sur l’analyse suivante: il ne suffit pas de correctement et humainement traiter les détenus, de les réinsérer, de permettre les visites, et de les libérer munis d’une formation professionnelles afin de contribuer à une excellente « opération sur l’information », il est également nécessaire de contribuer à leur « rééducation ».

En effet, le général STONE  estime qu’il est possible de « modérer » les radicaux les plus extrémistes et d’en faire les fers de lance d’un islam plus modéré. A cet effet, il a demandé la traduction des hadiths (« paroles du Prophète ») les plus modérés et préparé une correspondance entre les messages les plus radicaux et leur réfutation par le Coran même. Des entreprises privées ont décroché des contrats afin de louer les services d’imam intervenant lors de « cours de religion » donnés aux détenus.

Si les résultats de STONE (qui a quitté ses fonctions cet été) sont encourageants (taux de récidive inférieur à 1%, suppression des révoltes et mutineries endémiques qui ensanglantaient des prisons telles que le Camp BUCCA, rythme quotidien de libération de 40 personnes  pour 25 nouvelles arrestations), ils posent plusieurs questions:

  • sur les motivations des détenus: l’administration de la TF 134 reconnaît que le radicalisme religieux n’est responsable que d’1/3 des « vocations » contre 1/4 pour la lutte contre les « occupants » américains, le reste étant distribué entre le chômage et l’appartenance à des groupes criminels. Dans ce cas, pourquoi se focaliser sur le phénomène religieux, d’autant que les « cours de religion » entrent nécessairement dans le processus préalable à une libération?
  • Quid des détenus lorsque ceux-ci seront remis aux mains des autorités irakiennes, puisque le mandant de l’ONU finit en décembre? La TF 134 a construit des prisons « hybrides » à RAMADI et TAJI afin de faire profiter au maximum de détenus des programmes de formation professionnelle. En sus, elle forme actuellement 2000 personnels irakiens destinés à prendre la relève des Américains. Or, la TF 134 comprend actuellement plus de 9000 personnels.
  • La « rééducation » promue par STONE peut certes porter ses fruits. Un message modéré porté par des imams irakiens peut efficacement opérer contre les messages radicaux. Mais il risque de se heurter à un mur tant que les Américains apparaîtront comme des occupants d’un pays arabe et musulman, réduisant d’autant la portée et l’audience de ce message tant en Irak que dans le reste du monde musulman.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :