Où l’on comprend mieux certaines choses (ou les problèmes de Maliki)

Comme je le faisais remarquer hier, la difficulté  à aboutir à un accord sur le statut des forces US en Irak est l’une des préoccupations majeures pour l’avenir.

Dans une interview donné au quotidien USA Today, Reidar VEISSER, universitaire norvégien animant l’excellent blog Historiae.org (voir colonne de droite), souligne les précédents historiques qui pèsent sur les choix du PM MALIKI, notamment le sort funeste -et connu par lui- de ses prédécesseurs ayant tenté de négocier des accords équitables mettant fin à la présence britannique sur le territoire mésopotamien.

Outre ces éléments, la situation dans la province de DIYALA a attiré mon attention ces derniers temps: on y assisterait à une lutte de plus en plus ouverte entre les Chiites, les Sunnites (le chef de la police provinciale ayant été « remercié » par le conseil de la province -majoritairement chiite- pour avoir favorisé d’anciens baassistes) et les Kurdes (voir mon post de ce matin sur les manifestations à KHANIQIN). Or, il semblerait que la situation soit davantage une compétition au sein de la coalition au pouvoir entre le PM et ses deux principaux soutiens (le Conseil Suprême de la Révolution Islamique en Irak, et les partis kurdes). En effet, le chef de la police provinciale, écarté par les membres du Conseil Suprême (qui disposent de la majorité des sièges au conseil provincial), avait été pressenti pour diriger la police de BASSORAH, ce qui signifie qu’il s’agit bien d’un protégé de MALIKI. On assisterait donc à une tentative du Conseil pour garder la main sur les forces de sécurité irakiennes dans la Province (d’où cette fusillade ayant éclaté en début de semaine entre la police et une force contre-terroriste, présentée par les médias comme venant de BAGDAD). Plus certainement, cela indiquerait qu’une partie du Conseil Suprême est prêt à collaborer avec des Sunnites pour chasser un protégé de MALIKI. L’affaire se complique lorsque l’on sait que le gouverneur de la province (un membre du Conseil Suprême de la Révolution Islamique en Irak) avait alors protesté contre cette éviction……

On comprend mieux aussi combien le pouvoir de MALIKI est fragile. Renoncer au soutien ouvert des Américains peut sembler folie de sa part… à moins que ce ne soit sagesse en fin de compte.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :