Un bref aperçu de cet été

Enfin de retour…. Après trois semaines sous les drapeaux (et plusieurs « émotions »: outre l’affaire de CARCASSONNE… qui nous vaut de ne plus pouvoir user de munitions d’exercice, il faut noter la suppression des activités réserve, hors VGP et OPEX, jusqu’au 31/12.) et quelques semaines de congés bien méritées, durant lesquelles votre serviteur a tenu à garder un oeil sur la situation en Irak. Avant d’aborder d’ici quelques semaines des sujets plus détaillés (notamment la méthode d’élaboration de la décision opérationnelle fondée sur l’IPB en contre-insurrection), je me permets de tenter de balayer ces deux mois écoulés:

-sur le plan militaire, les 5 brigades additionnelles sont rentrées chez elles et le Président BUSH a annoncé au tournant du mois de juillet  que la durée de rotation en Irak passait de 15 à 12 mois. Désormais, les forces irakiennes multiplient les opérations « en solo », soutenues et conseillées par les transition teams américaines. Ainsi, après l’opération sur AMARRA (Présages de la Paix) à la fin du mois de juin, l’opération « Présages (ou Promesse) de la Prospérité cible la province de DIYALA depuis le 29 juillet. Il faut noter également l’opération « Summit Pursuit », celle-ci dirigée par les Américains, qui vise à « nettoyer » les zones restantes autour de KIRKOUK.  De fait, plusieurs éléments se dégagent: transition fonctionnelle des unités américaines, rééquilibrage sur AQI, passage généralisé à la phase de « reconstruction » (ou au mode tactique « ASSISTANCE » pour reprendre la terminologie française) dans l’immense majorité du Triangle Sunnite. Les marges demeurent instables, comme c’est le cas à MOSSOUL et TELL AFAR (plate-forme de passage en provenance ou à destination de la SYRIE) où les attentats continuent.

-sur le plan politique, le mois de juillet a été marqué par les difficiles négociations autour de l’Accord sur le Statut des Forces US en Irak (SOFA): après avoir refusé les conditions posées par l’administration américaine, le PM MALIKI semble prêt à poursuivre les négociations. Celles-ci sont désormais marquées par trois facteurs: la compétition entre les candidats à la présidence américaine, le soutien accru des Sunnites (notamment le ralliement de l’Iraq Accordance Front) et des Chiites au gouvernement MALIKI (SADR venant de faire savoir que ses milices seraient débandées dès que le principe d’une date de retrait définitif aurait été approuvé….) et les compétitions en vue des élections provinciales. Les modalités pratiques de celles-ci échouent également à déboucher sur un accord général ou au moins un consensus. La ville de KIRKOUK, dont les gisements pétroliers font l’intérêt, est l’enjeu de négociations âpres entre Kurdes et Arabes. Les premiers souhaitent en effet qu’elle soit inclus dans la zone autonome Kurde pour les élections, tandis que les seconds, craignant la mainmise kurde, demandent son maintien dans le giron du gouvernement central. Par ailleurs, ces élections provinciales font émerger ce que j’avais déjà qualifié de « révolution irakienne » (pour paraphraser Gilles DORRONSORO sur l’Afghanistan), à savoir l’émergence ou le retour de nouveaux pouvoirs contestant la mainmise traditionnelle des partis religieux sur les communautés irakiennes. Notamment, la situation à ANBAR a été tendue (jusqu’à provoquer des attentats au début du mois) entre les représentants des partis religieux et ceux du « Réveil », voire ceux des anciens insurgés. Dans le camp chiite, la prétention nationaliste devient un leitmotiv courant pour s’approprier le soutien de la communauté, ce qui laisse accroire à un assouplissement relatif des tensions intercommunautaires en Irak.

-sur le plan institutionnel, l’été a été marqué par la sortie de On Point II, l’histoire « officielle » des actions de l’US ARMY entre mars 2003 et le référendum de janvier 2005.

Un été riche de sens selon moi car il permet de dégager plusieurs idées force:

  • la première concerne le concept de contre-insurrection. Longtemps synonyme de « contre-guérilla » ou de « contre-rébellion », il est davantage perçu aujourd’hui comme un concept intégrateur permettant de donner du sens à ce qui est vu, à tort ou à raison, comme une « nouvelle conflictualité » (il faudrait faire le point sur cette question, mais la place manque ici).
  • la seconde concerne les conséquences de la mise en oeuvre de la contre-insurrection pour la société irakienne ainsi  que pour l’appareil de sécurité nationale des Etats-Unis d’Amérique. Nul doute que le conflit irakien pourra être considéré comme un évènement majeur dans les deux « camps ». La société irakienne semble marquée selon moi par deux tendances: l’ancrage spatial du pouvoir et la contestation des pouvoirs traditionnels, au profit peut-être de nouveaux hommes, mais aussi de pouvoirs plus anciens. Les forces armées des Etats-Unis sont dans une phase d’adaptation glissant lentement vers l’évolution. J’en veux pour preuve la nouvelle MEDO fondée sur le principe de l’IPB (Intelligence Preparation of the Battlefield). S’il s’agit toujours de raisonner en terme de centre de gravité, cette méthode admet qu’il puisse être évoluer constamment et demande en retour une évaluation constante afin d’ajuster les modes d’action. Par ailleurs, cette méthode est « population-centrée » et inscrit ainsi la tradition classique de la contre-insurrection comme référence ultime de la pensée opérationnelle et stratégique américaine. Il ne s’agit toutefois pas d’une simple reprise, puisque sont intégrées des notions concernant la stratégie ennemie (ses objectifs opérationnels plutôt que sa nature) ainsi que l’effet majeur.

6 réflexions sur “Un bref aperçu de cet été

  1. Content de vous relire.

    Michael Totten a écrit un article au titre évocateur :
    « From Counterinsurgents to Peacekeepers »

    Je me permets de le porter à votre attention et de vous demander si, à votre avis, il ne va pas un peu vite en besogne.

  2. Bon retour sur la Toile🙂

    L’actualité sent la poudre depuis ce week end. Le retour précipité du contingent géorgien chez lui suite à l’intervention russe risque de déstabilisé la zone ou il est stationné ou celui ci n’a pas tellement d’importance ?

  3. Le bataillon géorgien a pris la suite du 1/15 INF stationné au nord de SALMAN PAK. Ce transfert d’autorité (TOA) est intervenu une fois la zone « nettoyée », l’unité géorgienne accomplissant une mission d’occupation du terrain. Potentiellement, son départ peut être dommageable…. Sauf que, comme je l’ai précédemment indiqué, cette région (Division Multinationale Centre) a presque entièrement basculé dans la phase de « reconstruction ».
    Autrement dit, je ne peux pas vraiment trancher… si ce n’est que le problème m’avait échappé… merci Frédéric

  4. En complément, le contingent géorgien (une brigade) assurait également la sécurité de la province chiite de WASIT à la frontière iranienne.
    Lire le Wall Street Journal du jour

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :