Transition: « Iraqi Army and Police in the Lead »?

Une des mesures de la stratégie américaine menée en Irak depuis 2007 (mais en fait depuis le début) tient dans la capacité des forces de sécurité irakiennes (et au-delà des institutions irakiennes du niveau fédéral au niveau local) à exister de manière autonome.

Le dernier rapport de la Cour des Comptes américaine (le Government Accountability Office GAO), paru hier , met l’accent sur la nécessité de réviser la stratégie actuellement en cours. Son argument tient dans le constat suivant: si les gains de sécurité sont manifestes, les objectifs d’autonomie du gouvernement irakien (sans parler des objectifs liés à la réconciliation nationale -l’amnistie- ou au problème de la rente pétrolière) restent limités. Notamment, moins de 10% des unités de l’Armée irakienne ont atteint leur pleine capacité opérationnelle, que ce soit en terme d’effectifs, d’équipement ou de formation. Selon le Washington Post, une annexe confidentielle remet en cause le Joint Campaign Plan (fin juillet-début août 2007) en montrant qu’il s’agit davantage d’un plan au niveau opératif que stratégique (ce que son nom laisse d’ailleurs suggérer).

Ce rapport est lui-même en contradiction partielle avec l’évaluation trimestrielle effectuée par le département de la Défense (DoD) et rendue publique le 16 juin dernier: dans ce dernier document, le Pentagone insiste davantage sur les gains de sécurité et les tendances positives. Réagissant au rapport du GAO, les officiels du Département de la Défense accusent les rédacteurs de ce dernier de ne pas prendre en compte les 70% d’unités irakiennes qui mènent les opérations combinées, notamment à AMARA, où la troisième phase de « Présage de la Paix » commence aujourd’hui. Il s’agit d’ailleurs d’une action cruciale, puisque le gouvernement entend reprendre l’ensemble des bâtiments publics et administratifs de la capitale provinciale, jusqu’alors aux mains des différents partis chiites, à commencer par le DAWA du PM Nouri AL MALIKI. A noter également que le Brigadier britannique Johnny TORRENS-SPENCE, adjoint du Commandant Multinational de Transition et de Sécurité (MNSTC-I, organisme chargé de la formation des forces irakiennes depuis 2004), considérait récemment que les forces irakiennes seraient à effectifs pleins d’ici la fin de l’année.

A FALLUJAH, longtemps symbole de l’insoumission sunnite et de l’impuissance américaine, le transfert de responsabilité entre les forces de la Coalition et les unités irakiennes continue. Alors que l’Armée irakienne mène des opérations en son nom propre depuis le mois de mars (Spider Web et Lion’s Voice), les Marines et les Soldats assurent l’assistance technique et militaire, via les Military interim Transition Team (MiTT) comme à BASSORAH ou via des patrouilles combinées. Il s’agit là d’un procédé classique dans lequel le militaire assure la protection du policier .

Bien entendu, les situations sont différentes selon l’ancienneté du dispositif MiTT (décliné à ANBAR pour la Police Nationale, la Police Locale, et les Douanes dès 2005/2006) et la situation sécuritaire. Lancée en juillet 2007, l’opération ALLJAH visait à reprendre le contrôle de FALLOUJAH en quadrillant la ville avec des postes de sécurité dans lesquels la Police Locale puis Nationale s’installent au mois de septembre. Depuis le 16 juin dernier, le poste du district de KHADAIRY, occupée depuis octobre par une compagnie du 3/6 MARINES et par des policiers est entièrement sous la responsabilité de ces derniers. Nous sommes ici dans la dernière phase de la reprise de contrôle: celle dans laquelle les militaires transfèrent le fardeau de la contre-rébellion aux forces de police. Néanmoins, les unités américaines demeurent en supervision et en assistance.

Bonus: un autre rapport de la Cour des Comptes américaine (GAO) évalue les mécanismes de dépenses des programmes Commander Emergency Response Program (CERP). Depuis l’été 2003, les commandants américains sur le terrain (aujourd’hui du niveau Brigade/Bataillon) disposent de moyens financiers leur permettant de lancer des projets de reconstruction ou d’amélioration des infrastructures et du tissu socioéconomique. Pour faciliter leur mise en oeuvre, les projets inférieurs à 500 000$ ne sont pas soumis à autorisation préalable du Corps Multinational Irak (MNC-I). Une réglementation s’est progressivement mise en place, considérant 4 critères pour lancer un programme:

  1. Qu’il puisse être mis en oeuvre rapidement (aide humanitaire d’urgence, « prix du sang » et compensations des destructions matérielles).
  2. Qu’il bénéficie aux Irakiens
  3. Qu’il permette d’employer des Irakiens
  4. Qu’il soit visible

De fait, le GAO conclut que ces critère sont trop larges, donnant lieu à de multiples interprétations de la part des acteurs de terrain et à de potentiels gaspillages. C’est bien sur le rôle de cet organisme de formuler de telles craintes. D’autant que les sommes allouées par le Congrès au titre du CERP sont de l’ordre de plusieurs milliards de dollars depuis 2004. Cependant, une critique plus louable considère qu’il faudrait inclure davantage d’acteurs dans le processus décisionnels, ne serait-ce que parce que nous sommes dans un contexte interarmées, inter-agences et multinational qui demande une unité d’effort. Toutefois, le rapport ne fait aucune mention du processus de « soft targeting » par lequel les commandants de bataillon et de brigade tentent de s’adapter au mieux aux conditions de leur zone de responsabilité et de modeler celles-ci dans le sens souhaité. Il serait donc nécessaire d’équilibrer l’autonomie des commandants de terrain avec le processus collectif d’évaluation et de prise de décision (ce à quoi correspond la double volonté exprimée par le Dr RICE en 2005 de déplacer le concept de PRT en Irak et d’intégrer ces équipes au sein de l’Etat-major de Brigade).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :