Bilan des « Fils de l’Irak »

Le site de la Force Multinationale-Irak fournit un bilan intéressant des programmes de recrutement des milices sunnites, connues sous le nom de « Fils de l’Irak » (SoI), dans la zone de responsabilité de la TF MARNE (Division Centre). L’article, émanant du service de Relations Publiques de la Division, est intéressant et confirme un certain nombre de mes conclusions (bien que je sois plus prudent que les officiers PA américains:) )

  • en dépit des attaques dont ils font souvent l’objet, les miliciens sunnites semblent rester à leur poste et assurent ainsi une part essentielle de l’effort de sécurisation. Le programme semble susciter de nombreuses vocations dans un pays où le taux de chômage des jeunes est effrayant. Par ailleurs, il permet de faire le lien avec les structures sociales traditionnelles. Il s’agit donc d’un moyen particulièrement efficace de « contrôle social » pour la contre-insurrection américaine.
  • au rebours de ce qui était craint, y compris par votre serviteur, la formation de ces milices ne semblent pas pour le moment enflammer les tensions interethniques. D’abord réticent, le gouvernement irakien (GoI) semble s’être impliqué dans la gestion et l’éventuelle démobilisation/réinsertion des miliciens.
  • en effet, dans certaines parties de la zone de responsabilité de la TF MARNE (notamment le Maidan Qaida à l’est de Bagdad, mais aussi les « ceintures » méridionales comme Arab Jabour et Hawr Rajab), la sécurité semble s’être accrue au point que la présence et l’utilité des milices n’est plus évidente. Il faut donc noter que, sur les 36 000 miliciens de la zone, 1 100 ont intégré la Police Nationale dans les mois de février/avril et 2000 sont escomptés dans le mois à venir. Les campagnes de recrutement de la Police ciblent donc prioritairement ces jeunes miliciens, ce qui arrange bien évidemment les cheiks qui les stipendient. Par ailleurs, tant par le biais des actions d’assistance des Embedded Provincial Reconstruction Teams (ePRT) -notamment les micro-crédits, l’aide à la modernisation de l’agriculture et le développement des infrastructure- que par les programmes de formation professionnelle initiés dans le cadre du Joint Technical Education and Reconstruction Program (JTERP) du Gouvernement irakien, de nombreux miliciens ont été démobilisés. A noter que des contractors participent à ce processus, au même titre d’ailleurs qu’à celui de l’entraînement des milices côte à côte avec les conseillers militaires américains de l’Armée régulière irakienne (les Military Interim Training Teams MiTT).

9 réflexions sur “Bilan des « Fils de l’Irak »

  1. Bonjour,

    Ne pensez-vous pas qu’un rapport publié par un service de Relations Publiques de l’armée américaine (ou de n’importe quelle autre armée) pose de gros problèmes en termes de fiabilité ?

    Vous êtes bien placé pour savoir que l’information est une arme et que le rapport mentionné ici n’est qu’une munition parmi d’autres.

    L’utilisation du conditionnel me paraît donc impérative lorsque l’on utilise des informations fournies par une officine de propagande militaire.

  2. Monsieur,

    Merci de votre remarque. J’entends parfaitement votre argument. Il faut toutefois distinguer entre le contenu et la forme des communiqués de presse ou même des nouvelles fournies par la MNF-I. Sur le premier point, il est possible de les croiser par les fils de IraqUpdate. Sur le second, je m’amuse assez (comme je le fais remarquer en exergue de ce post) des termes employés par lesdites sources. Notamment lorsqu’il s’agit de la dénomination AMI/ENNEMI ou bien encore des termes militaires employés pour décrire la mission. A titre d’exemple, l’utilisation du terme « nettoyer » (clear) est censé correspondre à une définition réglementaire, à savoir une mission de présence sur la longue durée. Vous seriez surpris de savoir combien ce terme était utilisé ad nauseam en 2005 pour désigner des opérations que je qualifierais plutôt de raids (donc, avec un retrait programmé).
    Il faut également se souvenir que je ne fais pas, dans la mesure du possible, de paraphrase de ces sources. Il s’agit donc de mes analyses propres à partir de ces sources mais avec un cadre conceptuel qui est le mien. Autrement dit:
    PRIMO: pas de conditionnel. Quand j’expose une info, je préfère utiliser « il semble que »…
    SECUNDO: si les officiers PA font de la « propagande » (et cela l’est dès lors que nous entrons dans le cadre d’Opérations Militaires d’Influence), ce n’est pas mon cas.🙂
    Cordialement
    ST

  3. Monsieur,

    C’est bien sur le plan du contenu que ce post me semble poser problème, davantage que sur celui de la terminologie.

    Sans vouloir jouer la mouche du coche, je me demande comment vous auriez pu croiser les informations de la MNF avec celles d’IraqUpdate, site qui n’a pas été mis à jour depuis novembre 2007.

    Par ailleurs, quand vous reproduisez les éléments factuels contenus dans le rapport, vous n’utilisez ni le conditionnel ni « il me semble que ». Ces éléments sont présentés au lecteur comme des faits indiscutables (par exemple : « en dépit des attaques dont ils font souvent l’objet, les miliciens sunnites restent à leur poste et assurent ainsi une part essentielle de l’effort de sécurisation »).

    Je ne parviens pas à me défaire de l’idée qu’on est ici face à un sérieux problème de critique des sources (ou plutôt de « la » source, puisqu’il semble n’y en avoir qu’une seule, qui est pour le moins suspecte de partialité).

    Cordialement,

    SAN

  4. Je crois que vous confondez: Iraq Update est régulièrement mis à jour….
    Ensuite, vous m’avez mal lu: je ne reproduis pas les éléments factuels du rapport, je donne mon analyse. L’article/bilan/propagande n’est là que pour donner accès directement au document. Qu’il soit suspect de partialité ne doit pas étonner, qu’il ne soit pas fiable est une autre affaire. En revanche, je dois avouer que vous avez raison dans la partie que vous citez: il aurait fallu que je nuance.
    Néanmoins, je ne crois pas avoir « un sérieux problème de critique de la source » dans la mesure où la source n’est qu’un instrument visant à la construction d’un savoir qui restera nécessairement limité. La prétendue « objectivité » dont je devrais faire preuve la concernant est autant inutile qu’impossible. Inutile car cela ne changerait absolument rien à l’analyse que je fais. Les évènements dont je parle ont bien lieu. Qu’ils puissent faire l’objet d’interprétations concurrentes est normal, raison pour laquelle j’aime à consulter des communiqués comme ceux d’AZZAMAN par exemple (qui construisent une narration opposée). Impossible car non seulement ces sources sont souvent les seules (et, ne vous en déplaise, les plus fiables car il ne faut pas confondre OMI/Propagande/Mensonge) mais encore je ne peut être présent sur l’ensemble du théâtre des opérations. Par ailleurs, des critiques (tant factuelles que conceptuelles) se font régulièrement jour dans les médias occidentaux (lire le New York Times me permet souvent un début de recul). Enfin, je suis historien: la critique interne de la source est mon métier. Me prendre pour un naïf ou un pro-américain serait faire peu de cas de mon expérience professionnelle.
    Je confesse toutefois que la nécessité, souvent antagoniste, dans laquelle je me trouve d’effectuer des recherches et de publier sur ce blog peut abaisser mon niveau de tolérance quant à la critique. Raison pour laquelle je tente de limiter mes interventions.
    Pour finir, je vous remercie de votre intervention. Sachez que je compte en tenir compte à l’avenir… On n’est jamais trop prudent lorsque l’on exprime une idée.
    Cordialement
    ST
    PS: et j’insiste de nouveau.. Je ne suis ni pro, ni anti américain. Ce type de débat a tendance à me donner des boutons. Je suis intéressé depuis longtemps par les opérations militaires et la place que la guerre joue sur les personnes et les sociétés. J’ai ma propre idée et conception du problème. J’ai également mes opinions, mais elles ne sont pas aussi tranchées que l’on veut bien le croire (sauf dans certains domaines bien marginaux par rapport à ce sujet).
    PPS: et j’ajoute que le problème des milices sunnites et (de plus en plus) chiites contrôlées/stipendiées/levées par les Américains me paraît devoir relever d’un problème historique bien précis, avec toute sa complexité.

  5. Azzaman est un journal arabe publié dans cette langue et en anglais. Sa position est plutôt critique vis à vis des Américains en Irak. Je lis les dépêches accessibles via Iraq Updates.
    En général, je conseille d’ailleurs Iraq Updates pour avoir d’autres infos sur l’Irak (même si je maintiens que la MNF-I est de loin la plus fiable des sources d’infos).
    Cordialement
    ST

  6. Il me semble que les SoI sont recrutés localement pour assurer la sécurité de leur voisinage. Ils ne sont donc pas « sunnites » ou « chiites » cela dépend du lieu. En l’occurrence la région de la Division Centre me semble être plutôt chiite.

    Il ne faut pas confondre les SoI avec les mouvement Awaking qui lui est sunnite et localisé à l’Anbar et à Diyala (régions majoritairement sunnites).

    J’aimerais avoir votre avis la dessus.

    Bien à vous.

  7. Eric,

    Je crois qu’il faut en effet distinguer entre les programmes SoI et le mouvement du « Réveil ». Le premier est une initiative américaine alors que le second est le fruit d’une rencontre entre les besoins américains en personnels pour « tenir » les zones « nettoyées » et le changement progressif d’alliance de la part des cheiks sunnites d’Anbar.
    Théoriquement, les milices SoI sont recrutées sur une base tribale locale. Elles peuvent donc être mixtes (ce que l’on observe dans certaines zones de la province de DIYALA). Toutefois, l’immense majorité des milices est composée de groupes sur la base confessionnelle. Les lignes de fractures et de partage sont en effet complexes puisqu’aux sociabilités tribales s’ajoutent la confession, parfois l’ethnie (dans le Nord et le NO) et souvent l’appartenance politique (pour les Chiites). Enfin, sur le plan national, les SoI sont majoritairement chiites.
    Cordialement
    ST

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :