Attentat à Karbala

Aujourd’hui, un attentat dans la ville sainte chiite de KARBALA a fait 43 morts (bilan provisoire).

Comme d’habitude, les médias français ne relaient que ce type de nouvelle sur l’Irak.

Au-delà du drame, deux commentaires:

  • selon certains témoins, il s’agirait d’un attentat-suicide commis par une femme (ce que dément le chef de la police de la ville). Si cela se confirmait, nous aurions là une nouvelle adaptation des insurgés/terroristes aux difficultés d’effectuer des attentats par d’autres moyens du fait du renforcement de la sécurité. Je note aussi que l’attentat intervient dans la nouvelle zone de responsabilité du colonel JAMES. On peut donc émettre une première hypothèse: le déplacement des attentats suit l’extension de la « tâche d’huile ». Cela serait congruent avec l’idée que les attaques et les violences ne disent en rien en elle-mêmes sur l’état réel de la sécurité en Irak.
  • l’attentat intervient alors que le candidat McCAIN est en visite dans le pays, de même que le vice-président CHENEY. Tout deux sont favorables à un ralentissement du retrait des troupes américaines. Une deuxième hypothèse peut lier l’attentat à cet évènement (contexte d’élections aux EU)… Auquel cas, il n’est pas sur que cela ne donne du grain à moudre aux deux hommes (ce qui aurait l’effet contraire de ce qui est escompté)

De fait, un troisième élément est que tout cela n’a rien à voir et qu’il peut soit s’agir d’une tentative de rallumer les tensions ethniques entre Sunnites et Chiites, soit être un attentat « classique » comme ceux dont parlait récemment le général PETRAEUS.

2 réflexions sur “Attentat à Karbala

  1. Je viens de regarder sur icasualties le nombre de morts civils et militaires(comme d’habitude en admettant que les chiffres soient exact) et on dirait bien que pour l’instant on est à un plancher de 500 morts par mois.

    Je me demande si on doit pas penser comme le suggérais John Robb que ce niveau de violence peut continuer sur une très longue période.Vous en pensez quoi?

  2. Que c’est tout à fait possible. En fait, il est pratiquement impossible d’empêcher un attentat si l’adversaire trouve de nouveaux procédés pour contourner vos moyens de surveillance et d’interdiction de zone. Je suis tenté de croire comme Thomas RENARD: les insurgés sont passés du pôle « guérilla » au pôle « terrorisme ». C’est intéressant sur deux points:
    PRIMO: cela contredit la « théorie » maoiste qui considère qu’il y a passage du terrorisme à la guérilla puis au combat conventionnel (à moins que les deux premiers stades ne coexistent… mais quoi qu’il en soit le terrorisme est considéré comme une forme « primaire » censée évoluer). Je me demande si il ne faut pas plutôt considérer qu’il y a un va-et-vient entre les deux pôles. En ce sens, la théorie maoiste doit être examinée avec prudence.
    SECUNDO: ce qui fait la transition avec la seconde idée. La stratégie américaine depuis 2003 consiste à faire de la contre-insurrection et à s’interposer entre des factions. De fait, la contre-insurrection est souvent confondue avec le contre-terrorisme. Il me semble pourtant qu’il y a une différence de taille entre les deux, qui tient à la place de la population. Si dans les deux cas, celle-ci est la cible à viser/protéger, il n’est pas nécessaire pour le terroriste de se « l’attacher » comme c’est le cas pour l’insurgé. La focalisation de la COIN américaine sur « séparer les insurgés de la population » trouve ainsi ses limites face à un adversaire qui s’adapte très vite (il a bien tenté de se concilier les populations par un appel à la retenue et à la discrimination entre les catégories de « traitres », mais visiblement cette stratégie n’est pas retenue). Le problème tient dans le fait que les Américains ont « appris » une contre-insurrection fortement imprégnée des principes classiques « maoistes »: elle trouve ici ses limites.
    J’ajoute un dernier facteur: le rôle de l’Iran et des « groupes spéciaux » armés et financés par ses services. Ils peuvent potentiellement maintenir un niveau élevé de pertes. Finalement, les Américains semblent avoir réussi à éliminer les racines « populaires » (plutôt « tribales ») de l’insurrection et à persuader Al Sadr de l’inutilité de son combat. En revanche, ils ne sont pas assez « contre-terroristes ».
    ST

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :