Nouveau blog

François DURAN signale un nouveau blog consacré à la géographie militaire des villes en guerre par Bénédicte TRATNJEK, doctorante en géographie (à Paris-IV où j’ai fait toutes mes études dans une autre vie quand je n’étais pas marié, et que je n’avais pas d’enfants). Une salutaire entreprise que je salue et félicite par avance…

A lire.

Publicités

Nouvelles de la Division Multinationale Ouest (MND-W)

Hier, le major-général des Marines John KELLY a fait un briefing par vidéoconférence. C’est intéressant à plus d’un titre.

D’abord parce que la MND-W fait peut parler d’elle en ce moment. Comprenant la province d’ANBAR, elle est composée essentiellement de Marines de la 1ère MEF (Marine Expeditionary Force soit un unité interarmes du niveau de Corps d’armée sur le modèle des Marine Air-Ground Task Force-MAGTF du Corps des Marines).

Ensuite par que le major-général KELLY, qui est arrivé au début de l’année 2008, a déjà fait deux tours en Irak comme adjoint du général MATTIS lorsque ce dernier commandait la 1ère division de Marines. Je recommande d’ailleurs la lecture d’une série de trois articles qu’il écrivit pour la Marine Corps Gazette en 2004 (via ProQuest: inscription et paiement de l’article à l’unité en ligne).

Surtout parce qu’il donne quelques informations d’importance sur la situation de la province:

  • amélioration de la sécurité grâce aux 24 000 policiers et aux deux divisions irakiennes (1ère et 7ème) qui travaillent en autonomie (avec leur MiTT et les Transitions Teams de la police, des gardes-frontières selon le principe des Combined Arms Platoons que les Marines ont mis au point très tôt dans la province: un groupe de Marines vit au sein des unités à former. Ce procédé est issu de la guerre du Vietnam mais aussi du temps où les Marines encadrait la Gendarmerie haïtienne dans les années 1920). Il faut noter que c’est un des points d’effort sur lequel les Marines et l’Army ont insisté dans la province à compter de la fin 2005 et plus instamment à partir du printemps et de l’été suivants.
  • conséquence: peu de SoI (4000 en tout). Ceux-ci ont des missions de sauvegarde et occupent des points de contrôle. A noter que Falloujah a crée une unité de « Filles de l’Irak » (DoI) pour aider à la fouille des personnes du sexe dit faible (à tort….)
  • AQI semble démoralisé mais les renseignements annoncent plusieurs points: plusieurs combattants de l’organisation sont partis se battre à MOSSOUL et semble revenir maintenant sous la pression des opérations dans le Nord de l’Irak. Selon le général KELLY, l’organisation planifierait une opération hautement médiatique mais il doute lui-même qu’elle soit capable de la monter sans sanctuaire, ni moyens, ni alliés surs.

BONUS: pour Abu MUQAWAMA

Le brigadier-général Tony THOMAS, officier adjoint de la 1ère division blindée en visite officielle auprès du gouverneur de la province de SULAYMANIYAH

Situation au Nord de la province de BABIL

Depuis la fin du mois de février, la 4 Brigade du col. JAMES n’est plus responsable du Nord de la Province de BABIL mais du sud de cette dernière ainsi que d’une partie de KARBALA, en pays chiite. Les opérations cinétiques étant pour le moment terminé, la 3ème Brigade de la 101ème division aéroportée du col CARACILLO mène plusieurs projets d’assistance et de reconstruction.

En avant du « front », le 1er bataillon du 187ème régiment d’infanterie vient de construire la patrol Base VANDERHORN près de la ville de SAYIFIYAH.

Plus au nord, la ville d’ISKANDARIYAH accueille à son tour une école professionnelle. Selon le responsable de l’EPRT (embedded Provincial Reconstruction Team) travaillant avec la brigade, il s’agit de développer l’emploi en favorisant l’accès au marché du travail, dans une vingtaine de secteurs liés à la reconstruction du pays. (je croirais entendre mes patrons… enfin ceux qui me payent habituellement!). Plus intéressant: 150 membres des programmes SoI vont « tester » le programme à compter du mois d’avril. Une manière de rappeler que tous ne pourront pas intégrer les forces de sécurité irakiennes (la FOB O’RYAN est située près de TIKRIT dans le Nord de l’Irak).

Mise à jour:

Dans un entretien avec le Small War Journal, le général de brigade HUGGINS, adjoint du  général LYNCH,  commandant de la Division Multinationale Centre (MND-C),  indique que « l’approche par le bas semble la plus adaptée à la zone d’opérations de la Division. Son rôle est de faire le pont et de faciliter les initiatives et l’organisation venues d’en bas« 

5 militaires US tués

10iraqb_l.jpg
Hier dans un attentat à la bombe (un attentat-suicide à la veste piégée), 5 soldats qui patrouillaient dans le quartier de MANSOUR (au coeur de BAGDAD) ont été tués ainsi que 2 civils irakiens.

Il semblerait que les soldats américains n’aient pas respecté les procédures de sécurité en étant trop proches les uns des autres (et aussi trop nombreux hors de leurs HUMVEE). Par ailleurs, les patrouilles sont généralement très mobiles et restent peu au même endroit, alors que des témoins affirment que le groupe stationnait dans la zone depuis plus d’une heure, ce qui est inhabituel. Par ailleurs, trois jours auparavant, le même groupe se serait arrêté sur place pour effectuer des achats et changer de l’argent. Plus étonnant, selon d’autres témoins, les militaires américains semblaient prendre leur mission à la légère, parlant de leur volonté de venir faire du shopping dans ce quartier, l’un des plus chics à l’époque de Saddam Hussein.

Au même moment, un attentat suicide à BAQUBAH, capitale de la province de DIYALA, tuait un des cheiks responsables du programme des SoI.

Deux enseignements:

  • la multiplication des attaques (lundi, un attentat avait visé des Sunnites proches des Américains) révèle que AQI cherche à frapper fort pour impressioner tant les opinions publiques occidentales que les populations ralliées massivement aux Américains du fait de la sécurité grandissante. En ce sens, le mouvement poursuit son inflexion vers le pôle terroriste. Plus intéressant, en dépit de l’inflexion vers les attentats-suicide, les attentats à la bombe demeurent possibles.

ph2008031000685.jpg
Un médecin soigne un des blessés de l’attentat à la voiture piégée de lundi dans le quartier de SHAAB.

  • le danger au sein de la force est de se croire en sécurité. A en croire des témoins de l’armée irakienne, le jeune homme ayant commis l’attentat aurait engagé la conversation au milieu du groupe rassemblé devant les vitrines. La protection de la force découle de sa capacité à appliquer strictement des procédures et surtout à ne pas être prévisible. Dans le cas qui nous occupe, les militaires semblent avoir oublié l’un et l’autre (je m’en tiens à ce que disent les témoins).

Quoiqu’il en soit, il importe de comprendre que le moment est critique: croire que tout est gagné est une grande vulnérabilité morale.

Propulsé par WordPress.com.