Les Hélicoptères en Contre-insurrection: Kiowas over Mossul

Outre les missions de transport dans le sud de BAGDAD (pour éviter les embuscades et les IED), les hélicoptères retrouvent toute leur pertinence dans la contre-insurrection, dès lors que nous sommes en phase cinétique, soit pour fournir un appui aérien rapproché aux unités présentes au sol, soit pour dénier aux insurgés toute activité terroriste.

Michael YON narre ainsi les aventures du 4ème bataillon du 6ème régiment de cavalerie (aérienne) à MOSSOUL. Son reportage laisse apprécier quelques réflexions d’ordre tactique mais aussi plus fondamentales sur l’usage des voilures tournantes en milieu urbain et en contexte contre-insurrectionnel/anti-terroriste.

Concernant les tactiques,  les unités de KIOWAS sont continuellement déployées au-dessus de la ville. La nuit, elles sont constamment en alerte (les pilotes prêts à décoller dans un délai de 30 minutes, souvent ramenés à 5) et « chassent’ les poseurs de bombes et d’IED, en liaison avec les drones PREDATOR armés de missiles HELLFIRE (un grand classique de la guerre en Irak). Opérant loin des zones de frappes, les hélicoptères tentent de ne pas faire repérer le missile ou les roquettes en les tirant de loin, de manière à ce que le bruit et l’éclair du départ ne se voient pas. Le jours, les KIOWAS fournissent un appui rapproché aux unités au sol, maintenant une altitude plus modérée (voire en-deça des limites réglementaires, c’est à dire une centaine de mètres, YON rapportant que certains volent à 10 mètres d’altitude, voire moins) et fondant sur l’ennemi  dès qu’il est repéré. Le navigateur-copilote est armé d’une carabine M4 et s’en sert fréquemment, notamment lors des embuscades que les insurgés tendent souvent aux hélicoptères. Ce qui démontre deux choses: les combats ont donc lieu à bout-portant entre les machines et les insurgés, et les premières sont vulnérables tant matériellement que politiquement. La perte de tels appareils peut potentiellement avoir des effets désastreux, même si le syndrome « Mogadiscio » ne semble pas s’être reproduit en Irak (de nombreux hélicoptères ont été perdus, mais peu ont donné occasion à exploitation de la part des insurgés).

Sur le plan de leur utilité, ces machines et leurs pilotes obtiennent de réels résultats, notamment grâce à l’entrainement des seconds et à la sophistication technique des premières. Par ailleurs, l’intégration des actions tactiques dans un ensemble « reconnaissance-frappe » de plus en plus pertinent pour des frappes sélectives, leur a permis de nombreux succès, notamment contre des cibles importantes (High Sensitive Target HST). Les deux risques de leur vulnérabilité et des dommages collatéraux demeurent mais sont diminués grâce aux règles d’engagement restrictive mise en oeuvre par les forces armées américaines en Irak depuis les débuts de l’invasion.

Au final, un reportage que je conseille à tout mes lecteurs anglophones (Michael YON est tout sauf ennuyeux et sa connaissance du milieu militaire -c’est un ancien membre des Forces Spéciales- ainsi que ses qualités personnelles lui donnent d’excellentes relations avec les hommes et les femmes qu’il est amené à rencontrer. Il donne ici un aperçu de la bataille de MOSSOUL qui fait décidément  de cet affrontement un lieu à part dans l’histoire de la guerre en Irak. La seule comparaison qui me vienne à l’esprit est FALLOUJAH en novembre 2004. La différence néanmoins tient dans la place qu’y tiennent les forces irakiennes.

Publicités

Les preneurs d’otages d’AQI à Mossoul

Le vendredi 29 février, l’archevêque des Chaldéens de Mossoul, Mgr Rahho, était enlevé et ses trois gardes du corps tués. En dépit de l’appel de Benoît XVI lors de l’Angelus du dimanche 2 mars, il n’a toujours pas été libéré. Cependant, initialement fixée à 3 millions de $ par ses ravisseurs, sa rançon a été abaissée à 1 million de $ lorsque l’archevêché a refusé de payer.

Mgr Rahho n’est que la plus connue des personnalités enlevées dans les 6 dernières semaines. Au-delà de l’inquiétude que cet évènement suscite chez tout les hommes de bonne volonté en Irak et ailleurs, il importe d’essayer d’en dégager quelques clés.

Selon le colonel Halzebari, officier renseignement de la 4ème brigade de la 2nde division irakienne, son enlèvement serait le fait d’AQI mais aurait été mené par  un ancien officier syrien et un ancien membre de la Garde Républicaine de Saddam Hussein.  Par ailleurs, l’afflux de renseignement situerait l’archevêque dans le quartier de Al NUR situé au NE de la ville. Ce quartier, ainsi que ceux  qui l’entourent sont régulièrement le théâtre d’attaques par les membres d’AQI.  L’organisation terroriste, privée du soutien financier que représentaient les cheiks sunnites d’Irak, en est donc réduite à pratiquer l’enlèvement pour tenter de lever des fonds.

Ainsi, retrouver l’archevêque des Chaldéens de Mossoul est devenu une priorité pour le gouvernement irakien. De ce fait, les unités de l’Armée irakienne, qui dirigent les opérations sur Mossoul, ont donc menée de fréquents raids au sein des zones contrôlées par AQI afin de glaner « de la langue ». La semaine dernière, la 4ème Brigade de la 2nde division irakienne, accompagnée par la Military Transition Team intégrée au niveau brigade, a donc mené une opération type « Cordon and Search » (de bouclage et de ratissage) au sein du quartier de Al NUR. En dépit des marques visibles de l’influence des insurgés dans la zone, il n’y a eu aucune attaque, ni sur le trajet aller, ni durant l’opération. Ce qui démontre à l’envie que l’organisation terroriste s’est adaptée et ne se porte plus en avant des forces contre-insurgés pour les ralentir. En dépit de l’échec de l’opération pour retrouver l’archevêque, il faut relativiser en montrant en quoi l’armée irakienne est désormais réellement capable de mener seule des opérations, plus efficacement même que certaines unités américaines moins proches culturellement  de la population sunnite d’Al NUR.

Mossoul mars 2008

Cliquez sur l’image pour agrandir.

Propulsé par WordPress.com.