Quand le LTG CALDWELL rencontre le Général CASEY….

Le blog abu muqawama revient sur les réactions du chef d’Etat-major de l’Army, le général Georges CASEY -par ailleurs prédécesseur de PETRAEUS en Irak-, concernant le nouveau FM 3-0 et notamment la création de corps de conseillers militaires permanents au niveau des commandements unifiés:

« Je ne suis pas convaincu qu’à aucun moment dans le futur nous décidions de bâtir l’Army de quelqu’un d’autre de toute pièce (…) Pour moi, le « corps de conseillers » sont nos Forces Spéciales -c’est ce qu’elles font. » (Autrement dit: votre projet est inutile ET dangereux)

Autrement dit, nous retrouvons là notre réflexion antérieure sur les conditions du changement dans les organisations militaires: le chef d’Etat-major y est réticent et forme donc un « point-veto » important. Les raisons peuvent être autant liées aux intérêts bureaucratiques (les Forces Spéciales et les conseillers militaires sont des « programmes d’acquisition » assez peu « sexies » sur le plan financier) qu’à un réflexe culturel (CASEY a fait une grande partie de sa carrière dans ce qui est perçu encore aujourd’hui comme « l’élite » de l’institution, à savoir les blindés et l’infanterie mécanisée).

Le LTG CALDWELL (lui-même un parachutiste comme PETRAEUS) tient donc un bastion essentiel de l’institution, le Combined Arms Center. Mais rappelons que le changement et l’innovation reposent sur des coalitions capables de les implémenter: les « vieilles barbes » y sont un élément central et il est important qu’elles soient convaincues ou du moins neutres dans l’affaire…. D’autant plus que la structure unitaire de l’Army et de sa culture supporte mal, au contraire des Marines, la coexistence de plusieurs rôles et plusieurs missions.

Addendum: les Forces Spéciales ont acquises depuis longtemps cette fonction de conseillers notamment dans les programmes FID (Foreign Internal Defense c’est à dire la formation des forces armées et de sécurité de la nation-hôte). Au départ, elles étaient spécialisées dans la création et l’animation de maquis anti-vietcong. Mais en 1963, l’institution a tenu à les écarter de l’influence de la CIA et leur a donné des missions de raids et de combat (les Mike Forces). Après un retour aux missions FID à partir de l’administration REAGAN (Nicaragua!!), les Forces Spéciales sont effectivement utilisées en Irak pour les raids contre les leaders d’Al Qaeda, lors même que certains de ses membres auraient pu avoir un rôle plus conforme à leur vocation, à l’image du Major GAVRILIS à AR RUTBAH en avril 2003 (Province d’ANBAR).

Ce tableau ne serait pas complet sans préciser que les membres des Forces Spéciales de l’Army sont considérés comme des marginaux et leur « culture » comme une « sous-culture »: le Général CASEY n’a pas fait de compliment au LTG CALDWELL!!!

Une réflexion sur “Quand le LTG CALDWELL rencontre le Général CASEY….

  1. Cette  »guerre des polices » entre les différentes armes me semblent trés dangeureuse à l’heure de la  »globalisation » des conflits…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :