Lyautey: un “ancien” redécouvert

Ayant récemment fouillé une armoire oublié au fond de mon lycée, j’ai eu la surprise (et le bonheur!) de tomber sur le livre ci-dessus. Il s’agit d’une biographie de Hubert LYAUTEY par l’académicien André MAUROIS. Deux particularités: elle date de 1938, soit 4 ans après la mort du « bâtisseur du Maroc » , mais surtout il s’agit d’un ouvrage de la collection Bibliothèque Verte destinée aux enfants!!! (quand je vois les titres produits par cette collection en 2008, j’en frémis!!!)

Me voila donc parcourant un bouquin pour enfants qui aurait fait la joie de quelques militaires américains en 2003. Quand je pense que le Colonel Henry McMASTER, commandant le 3ème ACR et historien lui-aussi, a préparé le second déploiement du régiment en 2004 par des lectures complexes de Lawrence et de Galula!

Certes, ce livre aborde des détails biographiques qui n’ont peut être apparemment pas leur place dans les réflexions complexes actuellement en cours sur la COIN et les opérations de stabilisation. Et pourtant! Il est important de se souvenir que la guerre est un phénomène humain, donc de chair, d’os, d’esprit et d’âme!

Lyautey était l’adversaire de toute doctrine mais il a cependant mis en lumière deux maximes qui peuvent servir contre des insurgés:

  • la pacification, c’est de « l’organisation en marche » (Lyautey était un grand lecteur contemporain de BERGSON et de sa néguentropie. Cette formulation fleure bon ces lectures!)
  • « montrer sa force pour ne pas avoir à l’utiliser ». A l’heure des réflexions sur le mode de « maîtrise de la violence », il est bon de rappeler que les vrais dialogues, les vraies communications et les vrais échanges naissent d’une altérité dans laquelle le respect de l’autre va de pair avec la consolidation de sa propre identité. Mieux connaître l’autre et le respecter, c’est aussi être ferme sur ce que l’on est et ce que l’on veut, pour peu que tout ceci soit réglé par les vertus cardinales (aujourd’hui hélas oubliées: Prudence, Justice, Force, Tempérance). C’est ce que Michel YAKOVLEFF explique lorsque il parle de la nécessité de dissuader l’autre en lui montrant le coût militaire (et non seulement politique au niveau des petites milices) de son action (Force et Justice).

Tout cela pour dire que LYAUTEY est aujourd’hui largement cité et récupéré dans les doctrines d’emploi des forces terrestres françaises en stabilisation (ici et ici). Pour un historien (et nonobstant mon sujet de doctorat sur l’Irak), il est toujours intéressant de s’interroger sur la valeur d’un tel « retour aux sources ». En effet, dans le cas américain, les débats internes et externes aux institutions militaires entre 2003 et 2007 ont focalisé sur la recherche de modèles historiques à reproduire. Si l’Histoire est bien productrice de lessons learned, il est dangereux de tenter de la reproduire: l’important est justement le contexte historique propre de l’évènement que l’on vit (ne pas se tromper de guerre commence par là!) Par ailleurs, ce phénomène de recherches a produit un résultat intéressant: les demandes politiques, institutionnelles et opérationnelles ont interagit en faisant émerger des spécialistes, réels ou autoproclamés, qui se sont bien souvent focalisés sur la doctrine « classique » qu’ils avaient étudié à une époque où ce n’était pas la mode dans lesdites institutions.

Il en résulte ce phénomène de « réinvention de la roue » qui, bien qu’il se soit fait en tentant d’écarter tout préjugé, est en passe de standardiser et de « réifier » les « bonnes pratiques » des opérations de stabilisation. Concrètement, les membres des forces terrestres des Etats-Unis ont souvent tendance à donner dans la trilogie Galula, Mao, Lawrence…. Le plus souvent d’ailleurs, cela se fait par le biais du premier, censé avoir synthétisé l’enseignement des deux autres. Or, Galula, dans sa période américaine (c’est à dire dans les années 1960 lorsque, après avoir quitté l’Armée française, il devient analyste à la RAND), a écrit en américain: à savoir en systématisant et en technicisant les principes qu’il avait pu empiriquement observer ou appliquer lui-même en Algérie.

Ce danger de réification, qui repose sur une vision erronée d’une histoire anhistorique (mais historiciste quand même! sans entrer dans le détail, ce paradoxe est le mal de notre époque, notamment dans notre besoin de « devoir de mémoire »), ne se manifeste pas avec LYAUTEY. Celui-ci n’ayant que des maximes assez larges à offrir, il est bon de les redécouvrir avec sagesse (et Prudence, la vertu de la décision et de la responsabilité) et de chercher à en tirer profit dans l’étude d’un contexte particulier (ce que j’essaie modestement de faire pour les forces terrestres américaines en Irak)

4 réflexions sur “Lyautey: un “ancien” redécouvert

  1. Le 23 février 2008;

    Bonjour,
    Intêressante votre “redécouverte” de Lyautey.
    L’histoire ne se répète pas, mais il nous a laissé bien des exemples et des réflexions de portée générale qui peuvent servir de référence, notamment sur le plan humain.
    L’erreur est du côté de ceux qui veulent se référer à une méthode Lyautey, alors qu’il disait lui-même
    “L’engrenage, la convention, le factice, la METHODE, officielle et consacrée hors de laquelle il n’est pas de salut, alors qu’il n’y en a pas, de  » méthode  » , qu’il y en a deux, qu’il y en a vingt, ou plutôt, si : il y a une méthode, qui a nom souplesse, élasticité, conformité aux lieux, aux circonstances, aux temps”
    Je vous signale notre site récent qui demande encore beaucoup de travail pour l’étoffer http://www.lyautey.fr
    Meilleures salutations;

    Colonel (er) Pierre GEOFFROY
    Président de l’Association nationale Maréchal Lyautey

  2. Mes respects mon colonel
    Ce que vous dites sur Lyautey est peu ou prou ce que je tente de faire comprendre à mes correspondants américains: il n’y a nulle méthode. Je tenais tout de même à rappeler ces deux maximes du Maréchal car elles me paraissent s’appliquer en tout temps et en tout lieux, rappelant d’ailleurs que le relativisme est lui-même relatif à certains absolus!
    Cordialement
    Ltn (r) Stéphane TAILLAT

  3. Je copie ici un commentaire sur le même billet mais dans sa version En Vérité 1:

    « Mon livre récent intitulé : “Un échec occulté de Lyautey : l’Affaire du Tafilalet, Maroc oriental 1917-1919″, éditeur l’Harmattan, Paris, 2008,tiré de ma Thèse d’Histoire (Paris IV Sorbonne juin 2006, fait état de l’évacuation précipitée du Tafilalet, sur l’ordre de Lyautey le 15 septembre 1918, près d’un an après son occupation sur l’odre de Lyautey en décembre 1917. Cette évacuation calamiteuse fut suivie d’un insurrection de toutes les tribus du sud marocain difficilement contenue au prix de l’envoi d’importants renforts. Dans cette affaire, Lyautey a malheureusement oublié, pour une fois, ses prncipes les plus chers: la pacification en “tache d’huile”, “l’organisation en marche”, montrer sa force pour en éviter l’emploi”, “on n’évacue pas, si on évacue, nous sommes fichus”… Ces principes appliqués ont permis à Lyautey d’obtenir de brillants succès au Tonkin, à Madagascar, puis dans les confins algéro-marocains et plus tard au Maroc. Mais dans l’affaire du Tafilalet en 1918, il les a malheureusement oubliés avec les conséquences désastreuses qui ont failli ruiner son oeuvre par ailleurs exemplaire au Maroc. L’étude de cette affaire du Tafilalet qui mérite d’être étudiée au lieu de l’occulter, prouve la pertinence de ces principes de Lyautey. Les évènements récents en Irak illustrent cette notion que si l’intervention américaine en Irak a été une erreur, le président Georges W. Bush a, au moins compris que son évacuation prématurée avant d’avoir organisé le pays et obtenu la confiance des populations, aurait été suivie d’un effroyable chaos.
    Médecin général inspecteur Paul DOURY, professeur du Vl de Grâce. »

  4. Le 1er octobre 2008

    L’ouvrage du Médecin général inspecteur Paul DOURY, tout en étayant minutieusement ce que l’on savait au travers d’une cinquantaine de biographies de Lyautey, apporte des éléments nouveaux comme l’épisode du Tafilalet.
    Il s’en dégage trois certitudes :
    1 – Lyautey est un des rares hommes de génie du siècle dernier dont les prises de position sur bon nombre de sujets méritent de retenir l’attention.
    2 – L’affaire du Tafilalet nous le montre plus humain, – errare humanom est – donc plus proche. et éloigne le mythe du monstre sacré infaillible.
    3 – Les principes mis en oeuvre par Lyautey sur le terrain et souvent réaffirmés ont prouve leur efficacité. L’affaire du Tafilalet en fait la démontration par l’absurde puisque ce jour-là, malade et alité, il s’est affranchi pour une fois de ses principes en cédant à la pression de son entourage.

    Colonel (er) Pierre GEOFFROY

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :