Appel à questions

Je souhaiterais proposer à mes éventuels lecteurs intéressés de répondre à leurs questions concernant la stabilisation et la contre-insurrection en Irak. Plus précisément, je travaille ma thèse à partir des éléments suivants:

  • les procédures de contre-insurrection aux niveaux tactiques, opératiques et stratégiques depuis 2003
  • la formation de la doctrine formelle (FM 3-24, Tentative Manual for Countering Irregular Threats, etc.) à partir de la doctrine informelle.
  • les enjeux organisationnels de la contre-insurrection: le rapport avec la culture de l’Army et des Marines, les rivalités entre les services, les rapports entre civils et militaires.
  • les précédents historiques et la formation des « expériences combattantes » de contre-insurrection: l’expérience britannique en Malaisie, le Vietnam, l’Algérie, les opérations de stabilisation des années 1990.

N’hésitez donc pas à me poser vos questions via la fonction commentaire. Je n’y répondrais peut-être pas immédiatement (le blogging est vraiment chronophage!) mais je tâcherais d’organiser tout cela pour donner de grandes réponses. Il faut savoir que mon objectif n’est pas seulement d’informer (ou réinformer?) mes lecteurs (dont j’espère qu’ils garderont leur esprit critique: cela ne fait qu’un an et demi que je travaille sur le sujet) mais également de me forcer à faire des synthèses régulières de mes recherches: la production d’articles en est un moyen mais parfois cela va mieux en interactivité..

Message pour les lecteurs éventuels de DSI 34 (février): je prends éventuellement leurs critiques à coeur🙂

Merci à vous tous.

Cordialement

Stéphane TAILLAT

2 réflexions sur “Appel à questions

  1. Ahah, j’ai lu votre article.Très interessant.
    Un sujet qui m’interesse particulierement et sur lequel il est assez difficile d’avoir des idées bien arrêtées, c’est les CLCs.

    Comment est-ce qu’on s’assure de leur fiabilité?Et quels sont leur rapport avec le gouvernement central?Je demande ça car ça l’air très flou comme histoire.

    Un autre truc qui me chiffone, c’est que les medias(et les specialistes, semble-t’il) se focalisent sur les sunnites, et il se passe quoi au sud?Tout va bien comme sur un petit nuage?

    Autre question: dans votre article, vous parlez des marines et de leur désir de se concentrer sur l’Afghanistan.Vous pouvez nous en dire plus sur ce qui les motivent?D’après ce que j’en sais, ce genre de montage serait une premiere dans l’histoire de l’armée US.

    oh, et à l’avenir, je serais très interessé par vos posts sur les précedents historiques.

  2. Quelques réponses à l’emporte-pièce (promis… je traiterais des CLC et des Marines en Afghanistan plus longuement :))
    -les CLC: il est courant de mélanger ces milices, formées par les Américains (et ne dépendant donc pas du GVT central), avec le « Réveil » d’Anbar. Dans un cas, nous avons un mouvement dirigé par les Cheiks d’Anbar, tandis que dans l’autre ce sont soit des alliances ad hoc avec des anciens groupes insurgés, soit l’enrôlement de citoyens locaux dans des forces de sécurité purement localisées. Les cheiks d’Anbar prêtent leurs milices, tandis que les CLC sont recrutés par les Américains sur la base individuelle (il y a des exceptions à Diyala apparemment)
    -sur les Marines en Afghanistan: tout dépend de l’angle que l’on prend. Si on prend celui de la culture ou des intérêts bureaucratiques (du Corps), on peut penser que CONWAY craint un engagement trop important qui pourrait être dommageable aussi bien aux effectifs (actuels ou futurs: épuisement, missions peu « sexies », etc.) qu’aux missions présentées comme « principales » du Corps (à savoir des mission d’intervention d’urgence: Tom Clancy avait ainsi parlé de la « Force 911 de l’Amérique). Un autre angle est celui des débats internes au Corps: quel sera son avenir? La plupart des leaders de l’institution parle des « guerres hybrides » qui demandent des capacités duales (conventionnelles+small wars). CONWAY entend donc à la fois affirmer sa narration (le Corps a permis de débloquer la situation à Anbar… pas l’Army, donc nous sommes les spécialistes de la COIN… en Afgh, cela va mal, appelez-nous) et placer l’institution en position avantageuse sur un théâtre « réservé »…
    -au SUD, je suis moins renseigné. En fait, les Américains y ont été peu présents. Il semble que les Britanniques à Bassorah ont échoué à contenir le jeu des Seigneurs de la Guerre: concrêtement, il y aurait eu accord entre les soldats de Sa Majesté et certaines milices chiites pour leur laisser le soin de maintenir l’ordre.
    -en complément sur les Marines: le 7 avril 2003, le Commandant du Corps (CMC) HAGEE disait déjà que le travail des Marines n’était pas de rester en Irak car c’est une force expéditionnaire.
    -sur le SUD: bien sur, ni Al Qaeda, ni les insurgés sunnites n’ont pu y prendre pied. Du coup, on assiste à des conflits entre factions chiites, dont certaines sont soutenues par l’Iran et entretiennent des milices qui fonctionnent sur un mode criminel

    Voila pour le moment… Quelle idée j’ai eu de faire ce post🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :