Attentats sur les marchés de Bagdad: la fin de l’accalmie?

Hier, deux attentats commis à 15 minutes d’intervalle sur le marché de Ghazil et le marché aux pigeons auraient fait une soixantaine de victimes. Au-delà de l’horreur du geste, plusieurs éléments sont à signaler:

-la tactique utilisée semble démontrer encore une fois les capacités d’adaptations des insurgés, ici certainement membres de Al Qaeda en Irak (AQI ou État Islamique en Irak). Ayant vu ses fabriques de voitures piégées démantelées, ses caches découvertes et détruites et faisant face à une présence accrue tant des forces américaines que des « Citoyens Locaux Engagés » (CLC: milices sunnites composées d’anciens insurgés et chargées de la sécurité locale), l’organisation terroriste passe désormais aux attaques suicides menées par des femmes. Il est donc illusoire de croire que la situation soit définitivement stabilisée. Ayant replié une partie de son infrastructure à Mossoul à la suite des opérations Phantom Thunder (15 juin-13 août 2007), Phantom Strike (depuis le 13 août) et Phantom Phoenix (depuis le 15 janvier), AQI cherche donc à rallumer la flamme des conflits inter-ethniques qui avaient vu les escadrons de la mort chiites et l’organisation terroriste sunnite s’affronter et provoquer une purification ethnique des zones mixtes de Bagdad, d’Anbar et de Diyala. Enfin, AQI, dont la direction a été démantelée, doit montrer à la fois aux Américains, aux Irakiens et à Ousama Ben Laden que ses capacités de nuisance demeurent intactes.

-selon de nombreux habitués de ces deux marchés anciens et traditionnels de la capitale, les membres des CLC feraient preuve d’amateurisme dans leurs actions de contrôle de zone, notamment dans les Check-points et les patrouilles. Par ailleurs, déjà soumis à de multiples attentats, ces groupes sembleraient plus enclins à la prudence. Là encore, c’est toute la complexité de la situation politique irakienne qui doit être soulignée. Le gouvernement Maliki, chiite, ayant en effet refusé d’intégrer les groupes sunnites au sein des forces de sécurité nationales, il se présente comme un des principaux obstacles à la réconciliation nationale prônée par les Américains.

-enfin, ces attentats interviennent alors que la situation à Bagdad semble s’améliorer: le marché immobilier redémarre, et les contacts inter-ethniques se resserrent. Par ailleurs, le débat sur le calendrier de retrait des troupes s’envenime entre Petraeus, souhaitant allonger les échéances qu’il a lui-même fixées, et le CENTCOM, l’amiral Fallon ou encore James Conway, Commandant du Corps des Marines militant depuis octobre pour le transfert de 3000 Marines de la Province d’Anbar vers l’Afghanistan.

Quoi qu’il en soit, et quelques soient les sentiments ressenties face à de tels actes, le contre-insurgé ne doit surtout pas rentrer dans le piège de la couverture médiatique excessive de ce genre d’évènements. Il est significatif en effet que la guerre en Irak ne redevienne un point d’actualité que lors de tels massacres.

Bonus: statistiques sur les attentats les plus meurtriers depuis septembre 2006 (via le Washington Post)

[kml_flashembed movie="http://www.washingtonpost.com/wp-srv/world/interactives/iraq/bombings.swf" width="600" height="600"/]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :