Obama, les drones et le contre-terrorisme

Dans un discours très attendu prononcé hier à la National Defense University, Barack Obama s’est prononcé pour la première fois sur l’ensemble de la stratégie des Etats-Unis contre Al-Qaïda et ses affiliés. Loin d’être le tournant annoncé par certains, sa déclaration semble surtout avoir été motivée par le désir de répondre aux interrogations et aux craintes suscitées par l’utilisation des drones dans des campagnes de décapitation.

 

Parmi ces contestations, il faut noter la crispation sur certains points: la pratique des "signature strikes" (tirs d’opportunité), la légalité de l’utilisation de la force sur des territoires d’Etats avec lesquels les Etats-Unis ne sont pas en guerre, le cadre légal de l’emploi des drones (et donc le statut des individus ciblés), la peur de conséquences contre-productives (aliénation des sociétés locales voire de leurs élites), la question de la transparence du processus de sélection des cibles et de la  mise en oeuvre des drones, enfin, la crainte de voir s’épanouir un dispositif global de surveillance et d’élimination, y compris contre des citoyens américains. Au-delà de ces interrogations légitimes, il peut être utile de se pencher sur ce discours et sur les modalités du recours aux drones armés par les Etats-Unis qu’il annonce, redéfinit et – d’une certaine manière – normalise.

L’Amérique à la croisée des chemins?

Le discours d’Obama doit d’abord se comprendre comme un exercice de style propre au président: une manière qu’il juge politiquement efficace de façonner les termes du débat et de faire savoir les nuances de son approche, loin de tout manichéisme. En second lieu, il s’inscrit dans un contexte de politisation croissante de la stratégie d’éliminations ciblées et de l’approche contre-terroriste adoptée par son administration. Qu’il s’agisse des objections formulées par le rapporteur spécial de l’ONU pour les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires, des critiques émanant d’universitaires ou encore d’activistes, voire de la tentative du sénateur Rand Paul de porter le débat sur la place publique, la question des targeted killings a pris une place croissante dans les débats au moins depuis la mort de Anouar Al-Aulaki, ce citoyen américain considéré comme un membre important d’Al-Qaïda dans la Péninsule Arabique (AQAP). Dit autrement, le discours d’Obama n’a pas pour seule fonction de répondre à ces critiques mais bien de modeler la perception de l’attitude passée, présente et future de l’administration.

Ainsi, le président américain fait-il remarquer que pas une seule frappe de drones n’a été soustraite à la connaissance des commissions ad hoc du Congrès. De la même manière, le président rappelle que le choix des individus ciblés et de l’exécution de la frappe répond à des considérations  concernant le risque que poserait une tentative de capture, l’imminence de la menace que l’individu représente pour les Etats-Unis ainsi que le manque de volonté ou de capacités des forces de sécurité locales. Il annonce son souhait de réduire le nombre de frappes en encadrant davantage encore l’utilisation des drones. Du reste, il semble que l’administration ait fait preuve de davantage de retenue ces derniers mois (à l’exception peut-être du Yémen), ce qui correspond à l’analyse donnée dans le discours: la technologie et l’efficacité tactique du drone ne doivent pas laisser croire qu’il soit sage de les utiliser en toutes circonstances. En d’autres termes, le président fait une analogie entre la nécessité de la retenue et le désengagement progressif d’Irak et d’Afghanistan qu’il a initié.

Au-delà, ce discours se veut d’abord l’occasion pour Obama de rappeler son attachement à l’Etat de droit et aux valeurs fondatrices de l’Amérique. C’est la raison pour laquelle il tend la main au Congrès concernant la révision (et l’abrogation éventuelle) de l’Authorization of the Use of Military Force (AUMF) ainsi que la mise en place de procédures de contrôle par la branche législative. Il réaffirme ainsi son souhait de ne pas laisser se développer un pouvoir présidentiel absolu dans la conduite du contre-terrorisme ainsi que sa volonté de respecter l’équilibre des pouvoirs. Enfin, il rappelle l’impératif formulée dès 2009 de fermer la prison de Guantanamo.

Enfin, le président américain tient à rassurer ses concitoyens: à l’image de ses prédécesseurs, il ne souhaite pas conserver une posture de "guerre permanente" d’autant que la nature de la menace présentée par Al-Qaïda a changé. Selon lui en effet, les branches locales du mouvement sont davantage intéressées au niveau local et régional et ne présentent pas une menace directe pour les Etats-Unis, à l’exception d’AQAP. L’attentat de Boston lui donne l’occasion de réaffirmer la menace des homegrown terrorists et d’insister sur les trois dangers auxquels l’Amérique fait face: ces derniers, les attaques contre les intérêts américains, le fait qu’Al-Qaïda dispose encore de capacités même si l’organisation est moins létale. D’après lui, tout ceci s’apparente à la situation qui prévalait avant le 11 Septembre. Paradoxalement peut-être, ce constat prudent (mais modérément optimiste) justifie la poursuite des campagnes d’éliminations ciblées.

La logique du moindre mal?

La nécessité de se pencher sur les questions éthiques et légales ne répond pas seulement à des impératifs politiques internes. Nul doute que cela s’inscrit dans l’approche pragmatique d’un président qui a cherché à gérer l’héritage de son prédécesseur en donnant une nouvelle signification politique, stratégique et morale aux dispositifs mis en place par ce dernier.

L’utilisation des drones dans des campagnes d’éliminations ciblées doit se comprendre en effet comme une réponse élaborée par les organisations en charge de la lutte contre Al-Qaïda à la demande formulée par le président Bush après le 11 Septembre. Si ce dernier a demandé la mise en place d’une véritable chasse à l’homme globale, il n’a pas particulièrement pesé sur les choix stratégiques. Ceux-ci sont revenus à Donald Rumsfeld d’une part, aux directeurs successifs de la CIA (Georges Tenet, Porter Goss et Michael Hayden) d’autre part. Les drones sont progressivement devenus une arme de choix dès lors que le Pentagone a bâti une organisation capable d’opérations spéciales et de renseignement (le JSOC). Pour l’Agence, les réticences initiales de nombre de fonctionnaires ont été levées par les critiques internes portant sur le réseau de prisons secrètes et les "techniques d’interrogatoire avancées". La dernière année de la présidence Bush voit ainsi s’accélérer le nombre de frappes dans les zones tribales pakistanaises, d’autant que la CIA a patiemment mis au point un réseau d’informateurs sur ce territoire de manière à pouvoir se passer de l’ISI.

Barack Obama renforce ce recours aux drones dès lors que se pose la question de la détention et qu’émergent des menaces croissantes au Yémen et en Somalie. Dans aucun de ces deux pays en effet, l’administration n’est désireuse (ni capable) de déployer des forces spéciales. Au Pakistan, la collaboration difficile avec les élites pakistanaises rend de plus en plus périlleux le déploiement de troupes au sol. En dépit de son succès, le raid sur Abbotabad aggrave encore la difficulté à planifier et à conduire ce type d’opérations. De ce fait, le recours aux drones apparaît bien comme la seule issue possible.

Enfin, dans un contexte où le président américain considère qu’une intervention massive et de longue durée est à exclure, les drones paraissent résoudre partiellement la quadrature du cercle, promettant une plus grande discrimination, des pertes nulles et des coûts politiques d’autant plus réduits qu’il s’agit d’une guerre menée dans l’ombre.

Contraintes et réalités du contre-terrorisme:

Si donc la politisation croissante entourant les drones et les éliminations ciblées est à l’origine du discours d’hier, il ne faut pas négliger l’impact des contraintes locales. Le choix d’une stratégie à l’empreinte légère (light-footprint strategy) nécessite en effet de s’appuyer sur des relais locaux, qu’il s’agisse de gouvernements ou d’agences de renseignement (comme au Yémen), d’informateurs (comme au Pakistan) ou bien de seigneurs de guerre ou de factions (comme en Somalie). Comme toute stratégie, celle-ci présente des risques importants: celui d’être instrumentalisés (d’autant que les gouvernements yéménites et pakistanais limitent l’accès à leur espace aérien, ce qui leur permet de faire intervenir les drones parfois à leur profit), celui de ne pas maîtriser les dynamiques politiques locales (le soutien aux seigneurs de guerre somaliens ayant abouti à renforcer davantage l’emprise des Shebabs), celui de s’aliéner les populations civiles ou les élites (comme c’est le cas au Pakistan). A terme, il est certainement de plus en plus difficile de mettre en oeuvre les plate-formes sans pilote – même si les Américains ont sécurisé des bases en Arabie Saoudite, à Djibouti et aux Seychelles – d’autant plus que l’adversaire s’adapte également. Si les drones sont efficaces en ce qu’ils maintiennent la pression sur les "militants", les forçant à se cacher et à ralentir leurs opérations, ils ne peuvent suffire en eux-mêmes à vaincre Al-Qaïda. Le président Obama le reconnaît sans peine lorsqu’il rappelle la nécessité de lier les frappes de drones à une stratégie globale visant à éradiquer les "racines" de la radicalisation, ou encore lorsqu’il précise que l’objectif est de dégrader l’organisation ou ses filiales, et non l’anéantir.

Ainsi, on constate que la stratégie et l’approche de l’administration ont lentement mûri. Notamment, Obama a progressivement fait basculer l’appareil de sécurité nationale d’une "guerre à la terreur" qu’il faut gagner à tout prix vers une gestion  de la menace visant à atténuer celle-ci. Dans cette évolution, les drones ont largement trouvé leur place mais nécessitent certainement une adaptation vers un usage plus retenu. Obama n’a pas déclaré que la guerre était terminée, ni même qu’elle pourrait être gagnée, mais simplement que les Américains devaient apprendre à vivre avec la menace.

Stéphane Taillat (posté également sur Alliance Géostratégique)

Bibliographie:

Mark Mazetti, The Way of the Knife: The CIA, a Secret Army and a War at the Ends of the Earth, New-York: Penguin Books, 2013.

Daniel Klaidman, Kill or Capture : The War on Terror and the Soul of the Obama Presidency, New-York : Houghton Mifflin, 2012.

Tom Shanker et Eric Schmitt, Counterstrike: The Untold Story of America’s Campaign Against Al-Qaeda, New-York: Times Book, 2011.

Gregory D. Johnsen, The Last Refuge: Yemen, Al Qaeda and America’s War in Arabia, New-York: Norton&Co., 2012.

Sources:

Données du Bureau of Investigative Journalism

Données du Long War Journal (PakistanYémen)

Données de la New America Foundation (PakistanYémen)

 

Logique de guerre, logique de paix

Ce petit texte est un résumé du premier chapitre de ma thèse, ou plutôt d’une réflexion plus approfondie sur les liens entre décideurs politiques, décideurs militaires et unités déployées sur un théâtre extérieur (ici, l’Irak de 2003 à 2008).

La question posée est celle des évolutions observables dans les politiques, les stratégies, les doctrines et les tactiques américaines. En effet, on ne peut nier un effort d’adaptation dans tous ces domaines entre l’invasion de 2003 (voire les attentats du 11 septembre) et aujourd’hui. Toutefois, le scepticisme règne quant à la profondeur et à la pérennité de ces processus. Je renvoie notamment à David Ucko ici et. Le principal obstacle consiste à analyser ces processus comme si ils n’en formaient qu’un seul. Certes, ils sont liés et relativement interdépendants, mais il me semble que l’on peut les découper pour mieux comprendre en quoi ils fonctionnent selon des logiques bien différentes.

  1. L’adaptation des politiques, des stratégies et des institutions militaires relève d’une logique interne à l’appareil de Défense des Etats-Unis et, plus largement, au constant ajustement de la politique étrangère américaine depuis la fin de la guerre froide.  Dans une certaine mesure, les réformes accomplies restent superficielles, les stratégies répondent davantage à la pression exercée par la sphère politique sur les décideurs militaires. Enfin, il faut tenir compte des pressions internes provenant des élites et, dans une mesure plus difficile à quantifier, de l’opinion domestique. A titre d’exemple, l’insistance du Pentagone à vouloir des institutions adaptées aux menaces dites "irrégulières" n’est pas neuve, mais elle ne suscite que des ajustements non-significatifs qui renvoient au soucis des top brass de répondre à la demande politique en fonction de la manière dont ils perçoivent leurs intérêts.
  2. L’élaboration doctrinale est plus complexe. Elle a donné lieu à une refonte profonde des doctrines et des concepts, processus qui est toujours en cours d’ailleurs. Ce phénomène dépend davantage de dynamiques internes aux institutions, et notamment à la rivalité entre groupes de pression qui pourraient se découper entre "réformateurs", "conservateurs" et "modérés". Le mot d’ordre principal est celui de l’adaptation (en rapport avec le premier niveau). Il se manifeste par une volonté de certes "coller" au contexte des guerres contemporaines, mais également de rester le plus pertinent possible dans la concurrence entre organisations. A ce niveau, les acteurs sont partagés entre ceux qui font preuve de réflexivité et saisissent consciemment ces enjeux, et ceux qui adhèrent aux nouveaux concepts comme à des mythes essentiels ou à des solutions stratégiques.
  3. L’adaptation tactique est un processus organique aux unités déployées sur le terrain. Elle est presque essentiellement fonctionnelle (c’est à dire qu’elle cherche à répondre aux défis du contexte conflictuel), mais se trouve comme saisie par les enjeux des deux autres niveaux. La circulation des savoirs et des savoirs-faire qui en forme la clé de voûte est essentiellement horizontale et, lorsqu’elle se trouve liée au niveau supérieur, elle fonctionne plutôt du bas vers le haut.

Cette distinction de logiques (politiques, institutionnelles ou fonctionnelles) se comprend dès lors que l’on saisit qu’au fond il s’agit de deux espaces-temps bien distincts, sans être séparés. Les décideurs politiques et militaires agissent dans une logique de temps de paix, ce qui permet de les analyser selon les modèles "classiques" de Stephen Rosen ou de Barry Posen. Les unités déployées sur le terrain agissent dans une logique de temps de guerre, ce qui correspond davantage aux travaux d’un Bruce Gudmusson par exemple.

A cela, on peut ajouter une réflexion: les officiers et militaires sur le terrain se trouvent face à des objectifs politiques définis de manière ambitieuse ou floue. Laissés à eux-mêmes, ils développent leurs propres tactiques et tendent aussi à vouloir peser sur l’élaboration stratégique (notamment à travers le groupe des "réformateurs" et à partir du moment où les premiers officiers supérieurs ou généraux ayant fait leurs armes en Irak se retrouvent à des postes de responsabilité au sein de leurs institutions).

Enfin, on ne peut oublier qu’il existe des ponts entre ces trois niveaux d’analyse. C’est le cas notamment d’individus tel que le général David Petraeus. Bien qu’intéressé aux trois processus, on voit cependant que ce dernier reste orienté essentiellement par les deux premiers… Logiques de guerre et logiques de paix s’entremêlent ainsi, mais sans jamais se confondre.

Politique étrangère des Etats-Unis et stratégie (9): guerres par procuration

Avec les contraintes budgétaires accrues et la perception par les élites politico-militaires d’une relativisation de leur puissance, les Etats-Unis semblent revenir à un choix ancien: celui des guerres par procuration (proxy wars).

Au-delà d’une analyse historique de ce choix, il convient d’en saisir les raisons et motivations d’une part, les enjeux réels d’autre part. Passant d’une approche stratégique tout azimut à la nécessité de hiérarchiser des priorités entre leurs objectifs, les Etats-Unis doivent aussi apprendre à gérer une tactique certes peu coûteuse mais potentiellement dangereuse.

1) une approche rentable?

Comprendre la préférence de l’Administration actuelle pour les guerres par procuration nécessite de s’interroger non seulement sur la perception coûts/avantages qu’elle en a, mais également sur les facteurs qui pèsent dans la formulation stratégique.

Sous un certain angle, les guerres par procuration semblent effectivement rentables. En effet, elles permettent d’engager des opérations de guerre de manière indirecte. De ce fait, les coûts financiers et politiques inhérents à l’action sont assez faibles, surtout si on les compare aux conséquences des occupations de longue durée en Irak et en Afghanistan. De la même manière, la perception de l’engagement américain resterait limitée aux yeux de l’opinion domestique.

Néanmoins, la condition sine qua non à mener des guerres par procuration serait justement d’être dans une logique de guerre limitée. Dans ce cas en effet, les enjeux doivent être suffisamment bas pour supporter les défauts inhérents à ce mode d’action (et notamment le manque de contrôle direct sur les effets militaires et politiques). Néanmoins, l’approche technologisante ainsi que la perception biaisée de l’usage de la force (selon laquelle on peut contrôler celle-ci une fois déchaînée) qui prévalent au sein des élites américaines peut leur laisser croire que ce type d’action est utilisable y compris dans une logique plus absolue. Comme le montre la "guerre froide", l’utilisation de proxies a été envisagée contre l’arch-ennemi soviétique. Il importe cependant que l’affaire demeure discrète, notamment pour minorer les coûts en cas d’échec.

La préférence actuelle pour les proxy wars ne s’explique pas seulement par l’apparent avantage que cette stratégie recèle. Les opérations au Pakistan, au Yemen ou en Somalie (pour ne citer que les plus connues) s’expliquent également par l’articulation entre la perception du contexte par les élites (menaces de "basse intensité", contraintes budgétaires) et les préférences des acteurs bureaucratiques. Ainsi, ce mode d’action convient parfaitement aux élites militaires (notamment de l’Army) qui souhaitent éviter de nouvelles interventions durables, même si elles se sont adaptées à la pression politique en faveur des opérations de stabilisation ou de la "guerre irrégulière". Face à ces impératifs imposés par la sphère politique, les top brass ont davantage cherché à conserver leur structure de forces que de modifier entièrement celle-ci.

De la même manière, cette stratégie convient parfaitement au style décisionnel d’Obama ainsi qu’à son approche pragmatique de la politique étrangère: il s’agit de lutter contre des menaces identifiées comme telles par le consensus au sein des élites tout en poursuivant l’objectif d’amélioration de l’image des Etats-Unis dans le monde.

2) une stratégie hasardeuse:

On peut certes penser qu’il est intéressant de mener de telles opérations, notamment dans le cadre de guerres limitées. Une telle stratégie indirecte correspond parfaitement à la nécessité de limiter les coûts liées à une implication des forces américaines, dans la lignée de la "doctrine de l’anticorps".

Néanmoins, cette stratégie est plus problématique dès lors que l’enjeu local pour les Etats-Unis est plus élevé. En effet, si il s’agit d’empêcher la constitution d’un sanctuaire djihadiste, peu importent les effets politiques de long terme pour le territoire concerné. Tout juste admettra-t-on qu’il faut stabiliser une situation ou ne pas l’aggraver. En revanche, cette stratégie est dangereuse dans le cas d’un territoire que l’on veut maintenir sous contrôle, comme c’est le cas au Pakistan.

Car en effet, il faut tenir compte du fait que les intérêts des Etats-Unis et ceux de leurs proxies sont partagés jusqu’à un certain point: le Kenya partage avec eux l’intérêt de stabiliser le Sud de la Somalie pour des raisons sécuritaires et de sécurisation des approvisionnements énergétiques; les élites pakistanaises ne partagent avec les Etats-Unis que la nécessité de lutter contre Al-Qaïda et non celle de stabiliser l’Afghanistan. A ne pas tenir compte des divergences, ou du moins de l’inexistence d’un alignement parfait avec les intérêts des acteurs locaux, on court le risque de s’aliéner des alliés ou, pire, de se faire instrumentaliser par eux.

En d’autres termes, cette stratégie indirecte porte en son sein un des défauts de cette approche: la difficulté à maîtriser les effets politiques de l’action militaire en est largement accrue… Comme le cas de l’Afghanistan des années 1980 l’illustre parfaitement, les conséquences politiques de la guerre ne s’arrêtent pas à la défaite militaire de l’ennemi. Ouvrir la boîte de Pandore est une lourde responsabilité à prendre en compte.

Article publié sur Alliance Géostratégique.

Stratégie et Politique étrangère américaine (8): risques, menaces et préparation

La question de la préparation des forces aux menaces actuelles ou futures est centrale dans les débats stratégiques aux Etats-Unis. Elle n’est pas simplement de l’ordre de la décision politique mais relève aussi des stratégies bureaucratiques.Les institutions doivent en effet s’adapter à la demande des décideurs politiques tout en préservant leur autonomie, leur prestige et leurs ressources. Par ailleurs, la perception du contexte est cruciale: elle révèle quels sont les risques opérationnels les plus saillants aux yeux des élites politico-militaires américaines. Ces trois éléments (le choix politique, les stratégies bureaucratiques, la perception de l’environnement) interagissent sur le produit final de la stratégie américaine.

Dans le cadre de ce billet, je propose de m’intéresser à la perception des menaces induite par la lecture de la Quadriennal Defense Review de 2010. En effet, celle-ci propose de prendre en compte les menaces sur tout le "spectre des opérations". Pourtant, il ne s’agit pas de se préparer à n’importe quels défis. Le document, reprenant la vision traduite par la National Security Strategy, insiste sur les menaces présentes aux deux bouts du spectre:

  • Les menaces liées aux guerres "irrégulières", à la stabilisation des Etats "défaillants", aux réseaux terroristes: en réponse, l’institution militaire propose de développer les capacités de contre-terrorisme, d’Assistance aux Forces de Sécurité (SFA) et de partenariat avec les autres agences gouvernementales, les ONG ou les OIG.
  • les menaces asymétriques de haute capacité (ou HEAT pour High-End Asymmetric Threats), c’est à dire le risque de cyberattaques, d’utilisation d’ADM par des réseaux terroristes, le développement de capacités ballistiques et celui de capacités d’interdiction: en retour, le Département de la Défense propose d’insister sur la "cyberguerre", le bouclier anti-missile et les capacités visant à annuler "l’anti-accès" de la part des puissances régionales ou globales.

Ainsi, le contexte perçu est celui de menaces divergentes. Selon cette représentation des défis actuels et futurs, les forces armées des Etats-Unis auraient à combattre les menaces de "haute" et "basse" intensité, et devraient donc se spécialiser selon une division du travail entre forces terrestres ("basse intensité") et forces aériennes/navales ("haute intensité", dissuasion, aspects technologiques). Cette vision est particulièrement évidente dans le concept AirSea Battle que l’Air Force et la Navy développent dans le cadre d’une confrontation éventuelle avec la Chine. La Defense Strategic Guidance du président Obama insiste effectivement sur la place centrale du théâtre Asie-Pacifique pour le dispositif stratégique américain (p.2).

Pourtant, prenant en compte la notion de "risques opérationnels", Frank Hoffman (officier des Marines en retraite et chercheur dans un think tank institutionnel) met en lumière le peu de pertinence d’une telle perception. Partant du principe que les menaces les plus fréquentes sont "irrégulières" mais que les acteurs non-étatiques se dotent de capacités de plus en plus létales, Hoffman considère que l’essentiel de la demande pour les forces armées concernera dans le futur le milieu du spectre: Etats défaillants, menaces hybrides, extrémisme violent, etc.

Frank Hoffman, "Future Threats and Strategic Thinking", Infinity journal, automne 2011

En conséquence, Hoffman propose de développer des forces capables d’affronter l’ensemble du spectre des menaces, principalement en maintenant le niveau d’effectif actuel des forces terrestres, au lieu de les diminuer comme le souhaiteraient les tenants de la "Division du Travail". Il faut souligner que cette perception des menaces et des capacités associées est actuellement dominante au sein des élites militaires de l’Army et des Marines, pour des raisons évidentes puisque ces institutions se présentent comme les seules à pouvoir assurer l’ensemble des missions.

 

Deux questions demeurent:

  1. prétendre que la demande politique précède toujours l’adaptation institutionnelle (ici sous la forme de concepts, de stratégies ou de doctrines) est bien entendu excessif: il s’agit plutôt d’une interaction entre politiques et militaires dans la définition du contexte et des mesures à adopter pour s’y adapter. Le pouvoir politique articule sa demande en fonction des éléments qui lui sont également fournis par les militaires.
  2. la question de la préparation pour les défis futurs est complexe: dans ce domaine, on ne peut prédire avec certitude et l’on doit souvent chercher quelles sont les lignes de force du contexte contemporain et extrapoler sur leur prolongement éventuel ou leurs évolutions. Dans un certain sens, la définition des guerres du futur est davantage un exercice bureaucratique interne qui est fonction de l’environnement dans lequel se meuvent les institutions: rivalités et visions concurrentes internes, rivalités et convergences avec les autres institutions, pressions du pouvoir politique.

Guerre et paix: adaptations tactiques et innovations organisationnelles

Les thèmes de l’innovation, de l’apprentissage et de l’adaptation des forces armées américaines en Irak sont de ceux dont je traite depuis les débuts de l’aventure doctorale.

Il est en effet intéressant de chercher à comprendre pourquoi et comment les militaires américains ont su adapter leurs tactiques, bien avant la publication du FM 3-24, et pourquoi cette dernière publication n’a pas donné lieu à de profondes réformes internes à l’Army et aux Marines.

La littérature académique sur ce thème s’est surtout intéressée à l’innovation organisationnelle en s’intéressant aux processus hiérarchiques (top down) qui en sont la cause:

  • pour Barry Posen, les décideurs politiques imposent le changement lorsqu’ils perçoivent une modification dans le contexte international (vrai si l’on prend en compte le contrôle étroit exercé par Rumsfeld et les documents qui demandent de s’adapter aux "défis irréguliers" après le 11/09 et l’invasion de l’Irak: DoD Directive 3000.05, QDR 2006, etc.)
  • Pour Déborah Avant, les décideurs politiques sont les "patrons" des institutions militaires qui dès lors imposent des changements internes pour "coller" aux demandes externes, notamment sous la forme d’incitations à suivre une carrière adaptée (système de promotion): plutôt faux si l’on considère la contre-insurrection, plutôt vrai si l’on considère la Transformation
  • Pour Stephen Rosen, les décideurs politiques peuvent imposer une pression, mais l’innovation organisationnelle est le résultat de luttes politiques internes aux institutions (plutôt vrai si l’on prend le processus doctrinal: tant le FM 3-24, que les manuels "opérations" et "stabilisation", plutôt faux pour les réformes en profondeur que l’ajustement de l’Army et des Marines à la contre-insurrection aurait nécessité).

De fait, l’innovation organisationnelle n’est pas au rendez-vous, tandis que les adaptations tactiques sont indéniables. Il y a donc bien un processus indépendant qui s’est déroulé au sein des unités déployées en Irak. Ce processus a été organique et a été permis par les réseaux horizontaux de RETEX mais aussi grâce en partie aux débats qui ont agité la communauté de Défense des Etats-Unis depuis 2004.

Mon hypothèse est la suivante: innovation doctrinale et adaptation tactique ont été deux processus distincts (unis sans confusion, distincts sans être totalement séparés) qui ont opéré dans deux contextes différents.

  1. l’adaptation tactique est un processus de temps de guerre. Il a été rendu possible par la nécessité de "coller" au contexte et s’est déroulé en fonction d’interprétations données par les expériences collectives passées et par les débats propres à la communauté de Défense.
  2. l’innovation doctrinale est un processus de temps de paix. Il a fonctionné selon d’autres enjeux, essentiellement bureaucratiques et liés aux relations civilo-militaires.

Du coup, cela se comprend si on part du principe de cette distinction spatio-temporelle. Cela montre deux choses:

  1. l’Amérique n’a été en guerre que de manière rhétorique. Ou plutôt, comme il s’est agit d’une opération expéditionnaire aux marges de "l’Empire", la guerre menée n’a pas porté autant d’enjeux que ce qu’en disent les décideurs politiques. Les vrais enjeux étaient domestiques, et non liés à l’Irak.
  2. le rôle des médias et l’environnement informationnel est intéressant: plutôt que de rapprocher l’opinion domestique du théâtre, ces derniers l’ont bien plutôt éloigné. Les soldats américains faisaient la guerre, l’opinion publique américaine n’était pas en guerre.

On pourrait d’ailleurs élargir cette réflexion  à l’ensemble des guerres menées par les Etats-Unis depuis 1865 et considérer qu’à chaque fois, l’enjeu pour le décideur politique a été de pouvoir mobiliser la société en vue de mener la guerre "totale" qu’il décrivait….

Où l’on parle des femmes en unités de combat

Dans un article publié mercredi par le Marine Corps Times (qui n’est pas un organe officiel de l’institution, ni d’une association de ses membres), on apprend que les officiers et engagés volontaires féminines pourront accéder à l’Infantry Officers Course. Par conséquent, elles pourront commander et appartenir à des unités de combat.

Pour une institution telle que le Corps des Marines -dont l’image véhicule des stéréotypes machistes-cela peut paraître paradoxal.

Pourtant, la tendance s’affirme plutôt au sein des forces armées des Etats-Unis, du fait des déploiements en Irak et en Afghanistan. Ainsi, le Major Jane Blair a-t-elle raconté son expérience en unité de combat en Irak dans Hesitation Kills: A Female Marine Officer’s Combat Experience in Iraq.

Dans un article publié en mai 2001 dans le Washington Post, Jane Blair tentait de déconstruire les "mythes" entourant la présence des femmes au combat, devenant ainsi une célébrité aux Etats-Unis et s’attirant foudre et admiration de la part de ses anciens collègues.

 

La demande politique dans le sens d’une adéquation à la réalité des opérations en Irak et en Afghanistan est également très forte: en février, le Département de la Défense annonçait qu’il allait modifier laDirect Ground Combat Definition and Assignment Rule de 1994 interdisant aux femmes d’intégrer des unités de combat en-dessous du niveau du bataillon.

Cependant, les différents services s’adaptent plus ou moins facilement à cette demande. Le général Raymond Odierno, chef d’Etat-major de l’Army, répondait dans une interview le 16 octobre 2011 qu’il trouvait le rapport interne qui lui avait été proposé insuffisant: non seulement on devait ouvrir des postes d’officiers de renseignement en unité de combat, mais également leur proposer un rôle plus important. Au sein du Corps des Marines, la décision récente s’est prise dans un climat de division interne. Carlton Kent, Sergeant-Major of the Marine Corps (le sous-officier le plus prestigieux de l’institution) a même du circuler au sein des organes de formation pour apaiser les tensions.

Au-delà des questionnements simplistes (est-ce du politiquement correct? de la discrimination positive? ou alors une adaptation des règles et procédures à une réalité existante?) ou des polémiques sans fin sur les capacités des femmes au combat, un enseignement majeur concerne l’adoption de telles mesures apparemment contraire à la "culture" institutionnelle.

Il semble bien que, au-delà d’une volonté des décideurs militaires de répondre à la demande de leur "patron" (au sens d’une relation de patronage), il faille comprendre cette décision comme la résultante des mutations importantes connues par les institutions militaires à l’occasion des guerres en Irak et en Afghanistan. Il est fort probable que, comme le prédisait Thomas Ricks lors de la sortie de The Gamble en 2009, les effets de la présence américaine en Irak ne se fassent encore attendre, et de manière imprévue.

Propulsé par WordPress.com.
Thème Esquire.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.