Asymmetrical vs. Irregular

The concepts of "asymmetrical" and "irregular" wars tend to be blurred and used as if they depicted the same reality. Of course, I do not believe that reality can be encapsulated in mere concepts, and thus I propose both to draw a conceptual line between those two notions and to examine what we can learn from them about contemporary war and warfare.

Let’s begin by the notion of  "asymmetrical war". It is often use to depict a conflict in terms of different means. That is, asymmetry here suggests a huge imbalance between belligerents, one being the "strong" and the other the "weak". Much has been written about that notion and its explanatory power in order to predict outcomes in such conflicts. But, in order this notion to be analytically useful, one has to take into account a broader and deeper view of what "asymmetry" means.

  1. rather than speaking of means, one should instead insist on asymmetrical tactics: in such conflict, one side uses terrorism or guerrilla, instrumentalize the media and information in order to subvert the rules tying the "Strong" and to get around the latter’s "strenght". Furthermore, the "Weak"‘s organization and structure seems better adapted to the battlefield than the "Strong"s ones.
  2. the asymmetry is much deeper when looking at military objectives. One side may only achieve not to lose while the other has to win in order to complete his goals. That point is highlighted in David Galula’s work: the counter-insurgent must build while the insurgent may only destroy. Of course, in case of civil wars -where both parties seek to gain power- there is much of a zero-sum game, meaning that asymmetry being not the core of the concept’s essence.
  3. finally, there exists a third level in which asymmetry can be observed: that of the issues at stake, and the subsequent strategies that follow from them. In many instances, the "Weak" is engaged in "total war" (with absolute issues) through an attrition strategy while the "Strong" (especially in the case of foreign interventions) has less important issues at stake (because of the theater’s peripheral characteristic).

That notion seems relatively objective but is difficult to apply to any situation in which there is one "Weak" and one "Strong". The most important insight gains from this analysis relates to what it teaches us about the ontological difference between the two belligerents.

And that’s how it also relates to the concept of "irregularity" in war. Of course, the significance and the meaning of that concept cannot be separated from their historical context. By "irregular" war, I would mean a conflict in which the two following criteria are met:

  1. one actor uses tactics and technics deemed "non-conventional" with regards to the "Law of Armed Conflict" or the broader customs of warfare.
  2. one actor is not represented by a legitimate entity (meaning here a State).

Whereas these two criteria appear as objectives at a first glance, in reality they are not. "Irregularity"  indeed implies a normative aspect, by which an actor (usually the Western/Modern one) sees the other as "illegitimate". It is thus deeply rooted in the Modern conception of the State as the sole actor who has the legitimacy to use force and the monopoly on its means.

As normative, that category has many implications in the conduct of war. First, because not seeing the adversary as a legitimate actor (as it in the case of the classic Jus Gentium) tends to forget that he pursues political objectives. Rather, the adversary is considered as a criminal which uses political violence but is not waging war.. Remember: we don’t negotiate with terrorists (but what for political organization that seek to achieve their political goals using terrorism as a tactic?)

Second, because if the adversary is seen as a criminal, there’s sufficient reason to use every means at disposal in order to maintain order. In this case, it is even possible not to speak of "war", but rather of "events", "intervention", "stabilization", "peace enforcement" and so on.. If war is a dialectical interaction between two actors seeking to achieve their political goals, then facing an "irregular" opponent is not war.

Third because relying on the use of force while dismissing the opponent’s political goals creates a risk to rise to extremes. Whereas it is important to remember that negotiation and peace is the ultimate step in a war, it would not be the case if the opponent’s legitimacy to resort on coercion is not properly recognized. Furthermore, relying on brute force in order to suppress the irregular enemy means that it is seen as an "Enemy" in a Schmittian sense. This "depoliticization" process put at high risk the society on which that war is waged in that that does not allow to recognize proper goals and motives for the population when it sides with the insurgent. Of course, if the "Enemy" is a criminal against which every means is necessary, that would also lead to a strategy of annihilation.

To sum up, "irregular" seems much more tailored as a sociological framework to study today’s conflict while "asymmetrical" is more about the strategic dynamics between two belligerents. However, it seems to me that those two concepts do not fit well with several case studies, and do not include "civil wars" for instance.

In short, those two concepts are not highly relevant analytic tools. Those are mere ideal-types that tell us more about the way we define what is war in a normative way. Nevertheless, they are inscribed in the power relation that characterizes today’s international relations. Dario Battistella’s "hierarchical wars" concept show us how the distribution of power among actors (and mainly States) functions in a dual dimension: a material dimension (in which the US has a huge comparative advantage) but also a normative dimension (that allows democratic states not only to avoid war with each others but also to legitimate "intervention" against smaller or non-legitimate actors). As such, "irregular" and "asymmetrical" characterize the mainstream way of defining what is a legitimate actor and what is not (while this move is not unchallenged both a the domestic and the international levels) and reveals us the normative dominance of western countries and especially the United States. But, as they have strategic and ethical implications, their analysis should not be dismissed and should lead to a careful examination of our perceptions of both "war" (as a social and political activity) and "enemy" (as a social actor’s will using force to pursue its political goals).

Politique étrangère des Etats-Unis et stratégie (9): guerres par procuration

Avec les contraintes budgétaires accrues et la perception par les élites politico-militaires d’une relativisation de leur puissance, les Etats-Unis semblent revenir à un choix ancien: celui des guerres par procuration (proxy wars).

Au-delà d’une analyse historique de ce choix, il convient d’en saisir les raisons et motivations d’une part, les enjeux réels d’autre part. Passant d’une approche stratégique tout azimut à la nécessité de hiérarchiser des priorités entre leurs objectifs, les Etats-Unis doivent aussi apprendre à gérer une tactique certes peu coûteuse mais potentiellement dangereuse.

1) une approche rentable?

Comprendre la préférence de l’Administration actuelle pour les guerres par procuration nécessite de s’interroger non seulement sur la perception coûts/avantages qu’elle en a, mais également sur les facteurs qui pèsent dans la formulation stratégique.

Sous un certain angle, les guerres par procuration semblent effectivement rentables. En effet, elles permettent d’engager des opérations de guerre de manière indirecte. De ce fait, les coûts financiers et politiques inhérents à l’action sont assez faibles, surtout si on les compare aux conséquences des occupations de longue durée en Irak et en Afghanistan. De la même manière, la perception de l’engagement américain resterait limitée aux yeux de l’opinion domestique.

Néanmoins, la condition sine qua non à mener des guerres par procuration serait justement d’être dans une logique de guerre limitée. Dans ce cas en effet, les enjeux doivent être suffisamment bas pour supporter les défauts inhérents à ce mode d’action (et notamment le manque de contrôle direct sur les effets militaires et politiques). Néanmoins, l’approche technologisante ainsi que la perception biaisée de l’usage de la force (selon laquelle on peut contrôler celle-ci une fois déchaînée) qui prévalent au sein des élites américaines peut leur laisser croire que ce type d’action est utilisable y compris dans une logique plus absolue. Comme le montre la "guerre froide", l’utilisation de proxies a été envisagée contre l’arch-ennemi soviétique. Il importe cependant que l’affaire demeure discrète, notamment pour minorer les coûts en cas d’échec.

La préférence actuelle pour les proxy wars ne s’explique pas seulement par l’apparent avantage que cette stratégie recèle. Les opérations au Pakistan, au Yemen ou en Somalie (pour ne citer que les plus connues) s’expliquent également par l’articulation entre la perception du contexte par les élites (menaces de "basse intensité", contraintes budgétaires) et les préférences des acteurs bureaucratiques. Ainsi, ce mode d’action convient parfaitement aux élites militaires (notamment de l’Army) qui souhaitent éviter de nouvelles interventions durables, même si elles se sont adaptées à la pression politique en faveur des opérations de stabilisation ou de la "guerre irrégulière". Face à ces impératifs imposés par la sphère politique, les top brass ont davantage cherché à conserver leur structure de forces que de modifier entièrement celle-ci.

De la même manière, cette stratégie convient parfaitement au style décisionnel d’Obama ainsi qu’à son approche pragmatique de la politique étrangère: il s’agit de lutter contre des menaces identifiées comme telles par le consensus au sein des élites tout en poursuivant l’objectif d’amélioration de l’image des Etats-Unis dans le monde.

2) une stratégie hasardeuse:

On peut certes penser qu’il est intéressant de mener de telles opérations, notamment dans le cadre de guerres limitées. Une telle stratégie indirecte correspond parfaitement à la nécessité de limiter les coûts liées à une implication des forces américaines, dans la lignée de la "doctrine de l’anticorps".

Néanmoins, cette stratégie est plus problématique dès lors que l’enjeu local pour les Etats-Unis est plus élevé. En effet, si il s’agit d’empêcher la constitution d’un sanctuaire djihadiste, peu importent les effets politiques de long terme pour le territoire concerné. Tout juste admettra-t-on qu’il faut stabiliser une situation ou ne pas l’aggraver. En revanche, cette stratégie est dangereuse dans le cas d’un territoire que l’on veut maintenir sous contrôle, comme c’est le cas au Pakistan.

Car en effet, il faut tenir compte du fait que les intérêts des Etats-Unis et ceux de leurs proxies sont partagés jusqu’à un certain point: le Kenya partage avec eux l’intérêt de stabiliser le Sud de la Somalie pour des raisons sécuritaires et de sécurisation des approvisionnements énergétiques; les élites pakistanaises ne partagent avec les Etats-Unis que la nécessité de lutter contre Al-Qaïda et non celle de stabiliser l’Afghanistan. A ne pas tenir compte des divergences, ou du moins de l’inexistence d’un alignement parfait avec les intérêts des acteurs locaux, on court le risque de s’aliéner des alliés ou, pire, de se faire instrumentaliser par eux.

En d’autres termes, cette stratégie indirecte porte en son sein un des défauts de cette approche: la difficulté à maîtriser les effets politiques de l’action militaire en est largement accrue… Comme le cas de l’Afghanistan des années 1980 l’illustre parfaitement, les conséquences politiques de la guerre ne s’arrêtent pas à la défaite militaire de l’ennemi. Ouvrir la boîte de Pandore est une lourde responsabilité à prendre en compte.

Article publié sur Alliance Géostratégique.

Menaces irrégulières et guerres hiérarchiques

Corrigeant des copies (il fallait commenter un extrait de l’excellent ouvrage de Fareed Zakaria), j’ai pris conscience d’une difficulté pour les élèves à situer les acteurs non-étatiques "irréguliers" et à les voir systématiquement comme des menaces globales. Or, comme je l’ai dit dans le post précédent, cette question de la menace "irrégulière" est sensible dans la formulation stratégique américaine.

A leur décharge, je n’ai pas été suffisamment clair sur cette question, raison pour laquelle je pense devoir faire quelques précisions. Comme quoi, on corrige des copies, on se remet en cause et on réfléchit à des problématiques dans le même temps.

1) Quelles menaces présentent ces acteurs?

Il importe avant tout de définir correctement le  rôle que jouent ces acteurs. Celui-ci peut être de nature différente (économique, social, politique) mais a un impact plus local que global. Que l’on pense au seigneur de guerre et à ses milices, aux trafiquants divers ou même aux cartels mexicains.
A partir de là, on peut se demander quelle menace ces acteurs plus locaux que globaux représentent-ils aux yeux des Etats les plus puissants pour qu’ils s’y intéressent de plus près? J’écarte d’emblée l’hypothèse d’un effet de mode lié à l’Irak et à l’Afghanistan, même si on ne peut exclure que ces évènements (avec les attentats du 11 Septembre) ont joué un rôle majeur pour façonner l’imaginaire stratégique dominant et articuler des demandes politiques, des pratiques stratégiques ou des rivalités bureaucratiques.
  • Les acteurs criminels peuvent déstabiliser tout ou partie d’une économie locale, et comme ils se jouent de l’Etat et de son contrôle, on comprend que l’on oscille entre la volonté de les empêcher de nuire (ils ne respectent pas la loi, se moquent du monopole de l’Etat sur la coercition et entraînent des dégâts psychologiques et physiques sur les individus dont ils abusent dans leurs trafics) et la nécessité de les laisser opérer dans une certaine mesure.
  • les acteurs dit "irréguliers" peuvent avoir un agenda global (que l’on songe à Al Qaïda) ou bien local. Dans le cas des "Etats défaillants", ils sont à la fois prédateurs et déstabilisateurs. Ils posent donc un potentiel danger pour la sécurité régionale, voire pour la sécurité des plus puissants dont ils font leur cible.

2)Des guerres hiérarchiques?

On peut donc se demander si la définition de ces acteurs comme menace n’est pas de fait le reflet d’une autre problématique. En effet, la tendance à criminaliser l’ensemble de ces acteurs concerne la perception de leur illégitimité (de leur statut, de leur rôle, de leurs actions). Leur existence même serait un défi à l’ordre international et les combattre reviendrait à exercer une force de type policière.

La vision que donne Dario Battistella dans son dernier livre peut apporter un éclairage: partant du constat de la paix systémique entre grandes puissances, l’auteur l’explique à la fois par l’écart de puissance matérielle entre les EU et leurs compétiteurs possibles ainsi que par la communauté identitaire entre puissances démocratiques. Mais, dans le même temps, l’envers de la "longue paix" systémique entre puissances démocratiques serait la tendance à mener des guerres (que l’on n’appelle pas toujours ainsi) contre des adversaires "criminalisés" aux marges de l’ordre international libéral: dictateurs, acteurs irréguliers, acteurs criminels. On pourrait expliquer cette tendance comme des guerres pour la "reconnaissance" par lesquelles les Etats occidentaux (et notamment les Etats-Unis) affirmeraient leur identité de puissants.

Nous sommes donc bien ici dans la construction partielle d’une menace plutôt que dans un phénomène de réelle menace existentielle. Par ailleurs, rien de véritablement neuf: cette tendance des Etats (Européens puis Occidentaux) se constate déjà au XIX et XXèmes siècles (que l’on songe à la lutte des Britanniques contre les "pirates" du Golfe Persique au début du XIXème siècle). Simplement, elle se serait élargie à l’ensemble de la planète, parallèlement à l’élargissement de l’ordre normatif européen.

Où l’on discute de normes: la souveraineté

Lors d’un récent colloque durant lequel j’intervenais (un peu secoué par le vol de mon ordinateur quelques minutes auparavant), un éminent professeur spécialiste des Relations Internationales m’interpellait sur mon approche théorique.

Le sujet de ma communication portait sur la qualification "coloniale" des pratiques et stratégies américaines en et vis à vis de l’Irak. Je postulais qu’il ne s’agissait pas d’une continuité historique, et que par ailleurs les Américains avaient un projet "impérial" plutôt que colonial dans ce pays. Selon moi, cette qualification ne pouvait résulter que d’une analogie historique, portant sur deux périodes (décolonisation et conquête coloniale) avec lesquelles les opérations en Irak avaient plusieurs similarités:

  • la construction ou le maintien d’un ordre interne mais imposé de l’extérieur
  • le fait que le belligérant "occidental" considérait son adversaire comme "irrégulier", c’est à dire "illégitime"
  • la dépolitisation des "populations", c’est à dire le fait de considérer que les individus pouvaient (et devaient) être manipulés dans leurs intérêts et leurs identités

Du coup, pour juger de la pertinence stratégique de la reprise des savoirs et savoir-faire "coloniaux" (et notamment la pacification) en Irak, je considérais qu’il fallait prendre en compte les différences de contexte. Je posais la question suivante: "peut-on stabiliser et pacifier au XXIème siècle?". Et je répondais qu’on ne pouvait pas, voire qu’on ne voulait pas.

1) on ne peut pas: la raison en est l’intériorisation de la norme de souveraineté à la fois à l’échelle internationale et à l’échelle locale. "Pacifier" et "stabiliser" demanderaient ainsi:

  • une implication sur le long terme
  • des moyens plus conséquents
  • l’usage différencié de la violence (indiscriminée puis sélective)

2) donc, il y a fort à parier qu’on ne veuille pas: les coûts politiques seraient trop élevés. Ce qui mène au "dilemme de la stabilisation":

  • on ne peut ni obtenir d’accord entre les belligérants (en cas de guerre civile) ni autoriser que l’un de ceux-ci monopolise les moyens de coercition à son profit
  • on cherche à imposer une solution locale à partir de principes que l’on considère comme "universels"
  • entrent en conflit les impératifs de court terme avec les objectifs de long terme

La question posée par ce professeur portait sur mon choix théorique: celui d’expliquer les relations politiques par les normes, les identités et les valeurs. Bref, j’étais trop constructiviste à ses yeux. Etrangement d’ailleurs, il reprenait cette vision à son compte pour me démontrer qu’il y avait plusieurs systèmes normatifs concurrents et que je ne pouvais pas arguer de l’intériorisation de la "souveraineté" (une norme ou une "institution" occidentale) pour expliquer l’impossibilité de la "pacification".

Ma réponse a été la suivante: les normes n’expliquent pas tout, en revanche elle permettent de comprendre les références des acteurs. A mon sens, la souveraineté (et son corollaire le sentiment national) est aujourd’hui plus intériorisée (et en tout cas reconnue à tous) que durant la période de la conquête coloniale. (Petite parenthèse: ce qui signifie que, si on veut prendre l’analogie au sens strict, les opérations en Irak et en Afghanistan relèvent de la "conquête" pour ce qui est de leur modalité -construire un ordre interne imposé de l’extérieur- et de la "décolonisation" pour leur contexte -la reconnaissance du droit à la souveraineté pour tous les peuples depuis 1945).

En revanche, j’ajoutais que la norme de la souveraineté était elle-même disputée aujourd’hui: les normes sont l’objet d’interprétation éventuellement concurrentes qui donnent lieu à négociation entre acteurs. De fait, ceux-ci sont de plus en plus nombreux à pouvoir se faire entendre et avancer leur interprétation.

Pour faire court, on aurait:

  • l’interprétation défendue par les tenants de l’interventionnisme libéral: la souveraineté est conditionnelle, c’est à dire que l’on peut s’ingérer dans les affaires d’un Etat dans le cadre de la responsabilité de protéger (R2P)
  • l’interprétation défendue par les puissances émergentes et la diplomatie contestataire: la souveraineté est stricte, donc on ne peut s’ingérer dans les affaires d’un autre Etat.

Ce qui laisse en suspens l’autre aspect de la souveraineté: le sentiment de rejet des forces étrangères…

RIP Samuel HUNTINGTON

Il n’a pas échappé à grand monde que Samuel HUNTINGTON était décédé la veille de la fête de la Nativité. Pour mieux saisir la pensée de cet homme brillant, le bimensuel Foreign Affairs propose une sélection d’articles de sa main ainsi que des comptes-rendu  de certains de ses livres… A lire d’urgence.

L’image d’Obama

Comme l’illustrent les questions posées par les lecteurs du Monde à Bertrand BADIE (tout le monde n’aime pas dans le monde des "RI", mais je trouve que cela sort des visions réalistes ou critiques que l’on voit chez les spécialistes français), les préjugés sur la politique étrangère que suivrait Barack OBAMA en cas d’élection sont très instructifs:

-amalgame hégémonie/néoconservatisme/unilatéralisme

-irénisme sur l’Irak et l’Afghanistan (OBAMA prétend même aller porter la guerre au Pakistan, ce qui ravale "W" à un rang plus modeste dans le rôle de "faiseur de bazar")

-incompréhensions sur la vision que les élites politiques (dont OBAMA est un parfait exemple, en dépit des aspects extérieurs) ont sur la politique étrangère des Etats-Unis.

Bref, ces éléments nous en apprennent autant, sinon plus, sur la vision française de la politique américaine que sur ladite politique….

En revanche, Bertrand BADIE (qui intervient aussi sur La Croix de ce jour) donne une analyse intéressante sur la fin des "hiérarchies de puissance" sous-entendues (et entretenues) par le système Westphalien. Dans ce cadre, il serait intéressant de penser en quoi la "contre-insurrection" est le produit de cet état de fait. Non pas dans le sens où il y aurait une "insurrection" contre "l’hégémonie", mais dans le sens où la lutte contre la violence politique serait lue comme une forme de "police globale" diffuse. Cela pose en effet le problème de la "COIN" en tant que stratégie militaire: quelle fin sert-elle? Plus profondément, on peut se demander si la construction de la "contre-insurrection" ne répond pas davantage aux angoisses des militaires eux-mêmes depuis la fin de la "guerre froide": rappelons-nous que la question lancinante est celle de l’utilité de la force.

Create a free website or blog at WordPress.com.
Thème Esquire.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.