Unleash Hell!!! "War logic" and the war in Iraq

As far as I can remember, the biblical story of David vs. Goliath has never been to me the story of a bright victory of weakness against strength On the contrary, I’ve always thought that David was the strongest of both opponents. Not only does he rely on the will of God but he also draws upon his cleverness in order to defeat his adversary. It’s not so counter-intuitive as it could appear at a first glance: power doesn’t necessarily imply strength or having much more material capabilities.

From "war" to "logic of war":

In the last issue of Res Militaris, Laure Bardiès wrote a smart and insightful piece in which she argues to give up descriptive categories  and instead promote analytical ones in order to better explain and understand contemporary wars.

Basically, her arguments draw on weberian sociology to build ideal-types that could account for the logic of actors (by which she means not only the belligerents, but also different actors, pursuing different and sometimes diverging interests, inside a political-military apparatus). The reason is clear: categories we are used to employ in order to depict contemporary conflicts are either too descriptive (i.e. tied to the formal characteristics of wars) or too normative (i.e. shaped by one actor’s perception of the other). "Asymmetric" war (war between a "weak" and a "strong") falls in the former while "irregular" war (war between state-soldiers and terrorists/insurgents) is clearly typical of the latter.

She proposes to look further: according to Clausewitz, war is waged for political purpose. Means as well as ends are a function of the significance of the fight given by the actor. It could thus be possible to design ideal types that could account for their logic, the dynamic interplay between them and their evolution in time. Accordingly, she offers to transform the categories of "total war" and "limited war" into "total war logic" and "limited war logic".

In order to build her ideal type, she suggests to analyze the relations between issues, objectives and means.

Thus, a "total war logic" would exist when an actor has absolute issues at stake (like its survival), design accordingly its objectives as imposing its will whatever the costs and thus relies on every means at its disposal in order to do so. On the contrary, a "limited war logic" would be characterized by relative issues, objectives restricted by a threshold beyond whom costs would overcome the expected benefits, and  thus means would be quantitatively restricted.

Eventually, Laure Bardiès concludes by articulating a dynamic interaction between those logic:  what if an actor has a "limited war logic" against his opponent waging (in its own perception) a "total war"? Obviously, the latter has the advantage owing to its greater capacity to abide costs. In addition, she argues that the real difference between both logic lies in two criteria

1) the determination to pursue the armed struggle

2) the proportion of means effectively engaged in comparison to the total amount of means at the actor’s disposal

Applying "war logic" to the US War in Iraq:

Empirically, it is difficult to apply that model. Of course, this is precisely the function that ideal type is supposed to perform: to serve as a reference in order to analyze contingent situations.  No historical configuration would exactly fit with one of the ideal type, the greatest probability being that it would be situated somewhere between both poles of the spectrum (or, more precisely, that it would shift from one to another due to the dynamic characteristic of war). But, if we take the three elements of the model, the Iraq war (as waged by the Bush administration) would fit in the following table:

In that case, issues and objective are congruent with a "total war logic" while means comply more with the "limited war logic". Indeed, issues were raised at a very high level, with the Bush administration arguing that Saddam Hussein could use weapons of mass destruction or funnel them to terrorist groups in order to wage war on the US soil. Objectives were also designed as absolute: first to destroy the regime and then to transform Iraq in a stable, democratic State allied with the US in its struggle against Al Qaeda. On the contrary, means were mostly limited, both in the invasion phase and in the subsequent stage of occupation (the main strategy during the first years being to withdraw troops as soon as possible).

In order to understand that gap, one should examine the very reasons of the war against Saddam’s regime, which have nothing to do with the real threat it posed to the US (even if Bush and his counselors thought it could be a real threat at the time), but more with several ideologically biased perspectives about  the threat. First, the invasion was supposed to prevent (or preempt in the Bush’s rhetoric) attack from Saddam and second to deter any aggression. Instead of assessing the threat of non state actors, the Bush administration at the time was more concerned by the threat posed by rogue states. Second, that move was a way to fix the problem posed by the the regime of sanctions imposed on Iraq. Third, the war was also a mean to restore the status of the US after 9/11.

That gap could also be explained by the way Donald Rumsfeld and several strategists in the Pentagon thought war should be now waged: with limited, but more lethal and decisive, means. In their view, technological advance coupled with operational excellence would suffice to overthrow the regime.

Eventually, ideology had a vote: neoconservative Weltanschauung – which envisioned democracy as the "natural regime" of any society – coupled with the administration’s reluctance to nation building led to a poorly planned post-Saddam Iraq.

With regards to the means, they were mostly limited both in quantity (troops deployed on the ground were mostly insufficient to perform the task of securing Iraq after the fall of the regime and achieving Bremer’s revolutionary agenda) and in quality (meaning here that the strategy was oriented toward withdrawal).

Incoherent strategy: 

That discrepancy between issues and objectives on the one hand, and means on the other hand led to strategic incoherence.  In order to understand the difficulties encountered by the US military in Iraq, one has to add two critical variables.

  1. the dominant elements of the strategic and military culture insist on the necessity to achieve a decisive victory. In other words, even a "limited war logic" can imply the maximum use of force in order to win a quick victory (and one could add: all the more decisive that issues and objectives are "limited"). In the case of Iraq, that logic implied to deliver the maximum amount of force in order to topple the regime. The problem is that, once Saddam defeated, a much harder challenged emerged, which would have requested a much larger amount of political patience and strategic flexibility. Consequently, in the absence of a decisive victory in the other goal (building a stable and democratic Iraq), the Bush administration shifted to denial. That produced a lowering of the expectations regarding the final stage to achieve before withdrawing and releasing sovereignty to the Iraqi government. Hence, the hope raised by a temporary surge of force in order to achieve a decisive victory against insecurity. The fact that the Bush administration took such a long time to accept the challenge of the task and the reality suggests that the "total war logic" was almost rhetorical. The fact that it accepted to lower its expectations suggests that the logic became less and less "total" and more and more "limited" with time (and especially after Bush secured a second mandate). Nevertheless, the capabilities of the US to endure such a military effort on the long run is tied to both determination (especially regarding the political leaders and the officers deployed on the ground) and endurance (with regards to military capabilities to sustain a high tempo rotation cycle).
  2. given that first element, it is worth to underline the link between that culture of "decisive and quick victory" on the one hand and the reliance on a strategy of annihilation on the other hand. That link is in no way necessary. Insurgents’ strategy suggests that a "total war logic" can instead rely on a strategy of attrition, in order to raise the opponent’s costs until he decides to give up. Facing such a strategy, the Bush administration (and the theater commander) could not longer rely on the sole use of military force in order to win the decision. If the surge achieved several of the objectives set by the administration, it was a consequence of multiple factors, in which the US strategy is only  a part (even if I argue that it is the most important as it benefited from other political dynamics at play which it partially shaped in return). Although eventually that strategy morphed into a "hybrid" form, associating annihilation goals (dismantling "irreconcilable" actors) and attrition means (the use of SOF raids in order to disrupt AQI’s organization and leadership).

Time and interests:

That model is highly significant if one considers the very importance of time and interests. Actually, interests are what shape issues and objectives. Those interests lie in various actors and can take several forms: material as well as ideological, bureaucratic as well as corporate. In some case, they even can affect the whole society (when survival is at stake). But that doesn’t imply those interests to be stable or able to determinate issues and objectives in a strict causal way. A narrower view tends to show how the margin of maneuver for political leaders is more important than one would expect. Notwithstanding, interests play a role in limiting or raising issues.

But that’s also a function of time: the longer a conflict, the more the tendency to shift from one logic to the other. In the case of the war waged by the Bush administration in Iraq, determination and stubbornness was a byproduct of high issues and unrealistic objectives. But determination translated into denial and did not lead to raise the level of means deployed in Iraq, with the very exception of the surge. But Bush’s decision to escalate is not a proof a a "total war logic", it has more to do with the bias toward the need to achieve decisive victory. On issues and objectives, time tended to lower Bush’s expectations and focused his attention on more limited objectives in Iraq.  Quite the opposite, Obama’s narrowing of issues and objectives fit more with the "total war logic": by elevating the real objective of the US toward dismantling Al Qaeda and escalating drones strikes and SOF raids, the 44th president showed his willingness and determination to achieve victory.

In short, the Iraq war case study suggests that means are not necessarily determined by issues and objectives, but by other factors. Among them is the perception of what military force can achieve in terms of military and political effects. In return, that false perception gave way to a misleading assessment on those effects, leading to the belief that the US should avoid long term commitment on the ground in the near future.

To conclude, the war waged in Iraq by the Bush administration may fit the "war logic" model proposed by Laure Bardies. Indeed,both  determination and the relative level of means are  a function of the duration of the conflict. But, as her model deals more with the coherence between issues, objectives and means, it is worth to complete it with intermediary variables that would help to explain and understand the disjunction between those elements. In short, her work is the first step toward a better understanding of today’s dynamics of conflict. Further researches programs should focus on relevant question as the supposed role of the public opinion – or more accurately, its perception by political elites – in shaping strategic decision; while mine are more focused on the way "war logic" is an important component in the process of shaping political and military effects.. Because not only is strategy a bridge between ends and means, but its function is to generate effects.

 

Armée et Nation: le retour de la conscription aux Etats-Unis?

Le 29 juin dernier, lors du 2012 Aspen Ideas Festival, le général McChrystal s’exprimait ainsi:

"I think we ought to have a draft. I think if a nation goes to war, it shouldn’t be solely be represented by a professional force, because it gets to be unrepresentative of the population (…) I think if a nation goes to war, every town, every city needs to be at risk. You make that decision and everybody has skin in the game"

Autrement dit: le retour à la conscription.

Or, voilà bien quelque chose d’étonnant: l’établissement d’une force entièrement professionnelle en 1973 (All-Volunteer Force) répondait au soucis des décideurs militaires de reprendre le contrôle de l’outil militaire des mains des politiques qu’ils estimaient être responsables du désastre vietnamien. En cause: la micro-gestion, l’élévation artificielle des enjeux et la pression de McNamara ou de Johnson sur les chefs d’Etat-major (et même si on s’en tient à la ligne définie par Henry McMaster qui estime que ces derniers ont manqué à leur devoir en se taisant). La constitution d’une force professionnelle ainsi que la complexification des mécanismes de levée des réserves devaient permettre aux décideurs militaires d’empêcher toute interventionnisme. Dans la lignée de la doctrine Powell, les militaires s’érigeaient ainsi en arbitre de l’usage de la force, usurpant les prérogatives de la sphère politique (et même si on considère les sphères politiques et militaires comme distinctes sans être réellement séparées).

Après 10 années d’interventionnisme, certains tenant de l’école de la "suprématie militaire" considèrent qu’ils doivent non seulement reprendre le contrôle de l’outil militaire, mais également assurer que soit garanti le soutien de l’opinion publique. Cela répond à l’un des mythes dominant au sein de la société militaire: celui qui explique la défaite par le manque d’implication de la société (ou de la "Nation" pour reprendre la terminologie souvent utilisée) à cause des médias, de la trahison ou de la microgestion du pouvoir politique. Lier étroitement Nation et Armées est vu comme naturel (l’Armée est fait pour gagner les guerres de la Nation, c’est même la définition que se donne l’Army, tandis que la Nation compose l’Armée) et doit permettre de garantir un soutien sans faille de l’opinion domestique.

C’est d’ailleurs l’argument repris par McChrystal:

"We’ve never done that in the United State before; we’ve never fought an extended war with an all- volunteer military. So what it means is you’ve got a very small population that you’re going to and you’re going to it over and over again (…) Because it’s less than one percent of the population… people are very supportive but they don’t have the same connection to it."

Bien entendu, c’est une voix qui n’est certainement pas dominante (puisque penser la sphère militaire comme unitaire est une erreur, à rebours de ce que voudraient faire croire de nombreux officiers), mais qui se fait entendre de plus en plus au sein de certains cercles. Elle montre que restent tenaces certains poncifs. Mais au-delà des préjugés, il est intéressant de saisir l’enjeu d’une telle demande (qui a peu de chance d’aboutir évidemment): il s’agit de lier véritablement le sort des armes (sur un théâtre expéditionnaire lointain) et celui de la société…

Loin de moi l’idée de ne pas saisir ce qui peut animer une telle demande, au-delà des préjugés et des poncifs sur les "civils": il s’agit de mettre fin aussi à cette dichotomie spatio-temporelle expérimentée par beaucoup en Irak et en Afghanistan (et qu’illustre aussi le sort des vétérans aux Etats-Unis)… Etre mieux compris en quelque sorte. Certes, cela ne doit pas empêcher de rappeler la hiérarchie qui doit exister entre les sphères politiques et militaires, et de prendre conscience que l’absence de menaces réelles ou d’ennemis identifiés  rend moins pertinente l’existence de la conscription…

Logique de guerre, logique de paix

Ce petit texte est un résumé du premier chapitre de ma thèse, ou plutôt d’une réflexion plus approfondie sur les liens entre décideurs politiques, décideurs militaires et unités déployées sur un théâtre extérieur (ici, l’Irak de 2003 à 2008).

La question posée est celle des évolutions observables dans les politiques, les stratégies, les doctrines et les tactiques américaines. En effet, on ne peut nier un effort d’adaptation dans tous ces domaines entre l’invasion de 2003 (voire les attentats du 11 septembre) et aujourd’hui. Toutefois, le scepticisme règne quant à la profondeur et à la pérennité de ces processus. Je renvoie notamment à David Ucko ici et. Le principal obstacle consiste à analyser ces processus comme si ils n’en formaient qu’un seul. Certes, ils sont liés et relativement interdépendants, mais il me semble que l’on peut les découper pour mieux comprendre en quoi ils fonctionnent selon des logiques bien différentes.

  1. L’adaptation des politiques, des stratégies et des institutions militaires relève d’une logique interne à l’appareil de Défense des Etats-Unis et, plus largement, au constant ajustement de la politique étrangère américaine depuis la fin de la guerre froide.  Dans une certaine mesure, les réformes accomplies restent superficielles, les stratégies répondent davantage à la pression exercée par la sphère politique sur les décideurs militaires. Enfin, il faut tenir compte des pressions internes provenant des élites et, dans une mesure plus difficile à quantifier, de l’opinion domestique. A titre d’exemple, l’insistance du Pentagone à vouloir des institutions adaptées aux menaces dites "irrégulières" n’est pas neuve, mais elle ne suscite que des ajustements non-significatifs qui renvoient au soucis des top brass de répondre à la demande politique en fonction de la manière dont ils perçoivent leurs intérêts.
  2. L’élaboration doctrinale est plus complexe. Elle a donné lieu à une refonte profonde des doctrines et des concepts, processus qui est toujours en cours d’ailleurs. Ce phénomène dépend davantage de dynamiques internes aux institutions, et notamment à la rivalité entre groupes de pression qui pourraient se découper entre "réformateurs", "conservateurs" et "modérés". Le mot d’ordre principal est celui de l’adaptation (en rapport avec le premier niveau). Il se manifeste par une volonté de certes "coller" au contexte des guerres contemporaines, mais également de rester le plus pertinent possible dans la concurrence entre organisations. A ce niveau, les acteurs sont partagés entre ceux qui font preuve de réflexivité et saisissent consciemment ces enjeux, et ceux qui adhèrent aux nouveaux concepts comme à des mythes essentiels ou à des solutions stratégiques.
  3. L’adaptation tactique est un processus organique aux unités déployées sur le terrain. Elle est presque essentiellement fonctionnelle (c’est à dire qu’elle cherche à répondre aux défis du contexte conflictuel), mais se trouve comme saisie par les enjeux des deux autres niveaux. La circulation des savoirs et des savoirs-faire qui en forme la clé de voûte est essentiellement horizontale et, lorsqu’elle se trouve liée au niveau supérieur, elle fonctionne plutôt du bas vers le haut.

Cette distinction de logiques (politiques, institutionnelles ou fonctionnelles) se comprend dès lors que l’on saisit qu’au fond il s’agit de deux espaces-temps bien distincts, sans être séparés. Les décideurs politiques et militaires agissent dans une logique de temps de paix, ce qui permet de les analyser selon les modèles "classiques" de Stephen Rosen ou de Barry Posen. Les unités déployées sur le terrain agissent dans une logique de temps de guerre, ce qui correspond davantage aux travaux d’un Bruce Gudmusson par exemple.

A cela, on peut ajouter une réflexion: les officiers et militaires sur le terrain se trouvent face à des objectifs politiques définis de manière ambitieuse ou floue. Laissés à eux-mêmes, ils développent leurs propres tactiques et tendent aussi à vouloir peser sur l’élaboration stratégique (notamment à travers le groupe des "réformateurs" et à partir du moment où les premiers officiers supérieurs ou généraux ayant fait leurs armes en Irak se retrouvent à des postes de responsabilité au sein de leurs institutions).

Enfin, on ne peut oublier qu’il existe des ponts entre ces trois niveaux d’analyse. C’est le cas notamment d’individus tel que le général David Petraeus. Bien qu’intéressé aux trois processus, on voit cependant que ce dernier reste orienté essentiellement par les deux premiers… Logiques de guerre et logiques de paix s’entremêlent ainsi, mais sans jamais se confondre.

Drone strikes

Sur le plan stratégique et militaire, le mandat du président Obama restera certainement marqué et caractérisé par l’utilisation des drones. Plusieurs ouvrages parus récemment aux Etats-Unis ont insisté sur ce point et sur les guerres "secrètes" menées par l’administration américaine au Pakistan, au Yémen et en Somalie. De ces récits, solidement informés et bénéficiant de sources parfois issues de "fuites", émerge un président à la fois soucieux de respecter ses buts politiques et ses principes moraux et engagé dans une lutte sans merci contre Al-Qaïda et ses "filiales". Les aspects éthiques, couvrant les luttes politiques internes aux Etats-Unis, ont fortement dominé les débats au détriment d’autres questions portant sur le processus décisionnel américain, sur la pertinence tactique et stratégique de ces frappes ainsi que sur les caractéristiques de ces "guerres de l’ombre".

Une inflexion stratégique:

Avec près de 280 attaques de drones pour le Pakistan seul, la période Obama surpasse de loin celle de son prédécesseur (à qui on impute près de 50 frappes). En effet, la politique étrangère poursuivie par le président cherche à réconcilier le monde arabo-musulman en réduisant (ou en retirant) la présence militaire américaine en Irak et en Afghanistan. Par ailleurs, il s’agit d’abandonner la rhétorique de Georges Bush sur la "guerre à la Terreur" (devenue "guerre contre Al Qaïda et ses affidés" dans la logique des "guerres accidentelles" inspirée de David Kilcullen). Le nouvel objectif est ainsi défini le 1er mars 2009: "démanteler, perturber et défaire Al Qaïda en Afghanistan et au Pakistan". Bien entendu, ce but est étendu à l’ensemble des groupes se réclamant ou rattachés à AQ, tels que les Shebabs en Somalie, Al-Qaïda dans la Péninsule Arabique au Yemen, les Tehrik-e-Taliban (TTP ou Taliban Pakistanais) ou le Réseau Haqqani au Pakistan.

Dans cette optique, l’usage des frappes de drones peut être considéré en première instance comme une utilisation sélective de la force. C’est à dire qu’elle repose sur une violence maximale mais restreinte pour ne détruire ou endommager que l’adversaire.

Néanmoins, il faut relever deux illusions quant à leur efficacité tactique et leur capacité à accomplir les objectifs stratégiques:

  • leur précision n’est évidemment pas absolue, aussi bien du fait de l’environnement de la cible que de l’identification souvent hasardeuse de cette dernière (d’où l’usage par la CIA des signatures strikes, c’est à dire de frappes contre des individus ou des groupes présentant les "caractéristiques" des "terroristes").
  • leur utilisation dans le cadre d’une stratégie de coercition par décapitation ou par intimidation semble avoir aliéné une grande partie des populations, ou suscite en tout cas des résistances politiques de la part des sociétés ou de certaines élites.

De ce fait, on ne peut nier l’efficacité des drones dans l’élimination du leadership d’Al Qaïda et des organisations ciblées, mais à  un coût politique qui ne prouve en rien l’avantage de ce moyen sur d’autres plus conventionnels. Par conséquent, si à court terme on peut constater l’affaiblissement d’Al Qaïda, on peut craindre que cette tactique ne nuise à moyen ou à long terme aux objectifs de politique étrangère du président.

Ce qui pose la question des intérêts et enjeux pour l’administration américaine: ne s’agit-il pas de poursuivre une stratégie destinée avant tout à persuader l’opinion publique américaine que les guerres coûteuses et sanglantes de l’ère Bush sont terminées?

L’arbre qui cache la forêt?

D’autre part, il faut être conscient que les drones ne sont que la partie émergée de l’iceberg que sont les "guerres de l’ombre". Sans rentrer dans le discours scientifique postmoderne sur la "visibilité" de la guerre, on peut effectivement constater que la croissance des médias et la sophistication des moyens de communication ne rendent pas pour autant plus transparents les conflits contemporains.

De ce fait, disséquer les opérations "secrètes" ordonnées par l ‘administration et menées par les forces armées américaines et la CIA révèle bien plus que la focalisation sur les drones. En effet, même au Pakistan -où l’administration a du promettre de restreindre la visibilité de la présence américaine- les groupes de poursuite de la CIA (Counterterrorism Pursuit Teams) et les unités du Joint Special Operations Command sont largement présentes. En Somalie, des AC-130 Gunship apportent un soutien aérien aux forces kényanes et éthiopiennes, tandis que missiles de croisière et même des tirs d’artillerie navale participent à la lutte contre les Shébabs.

D’autre part, les opérations militaires en tant que telles sont inscrites dans une stratégie globale concernant ces trois théâtres: guerre par "procuration", soutien financier et assistance technique aux forces armées locales, effort global de contre-insurrection en soutien du "gouvernement-hôte". Plus largement, dans le cadre de la lutte contre les actes terroristes, la stratégie de "nouvelle dissuasion" élaborée depuis le 11 Septembre comprend un large éventail de tactiques, qui vont du sabotage des réseaux Internet au financement de l’enseignement et de l’instruction dans nombre de pays, en passant par le démantèlement des organisations insurgées et terroristes en ciblant leurs "noeuds".

La centralisation du processus de prise de décision:

Le principal effet de l’usage des drones est de concentrer encore davantage le processus décisionnel entre les mains du président. En effet, les divisions quant aux stratégies et aux tactiques à adopter vis à vis d’Al Qaïda et des mouvements qualifiés d’extrémistes sont extrêmement nombreuses. La fragmentation n’est pas seulement bureaucratique mais aussi individuelle. La focalisation sur les drones a permis à Obama de passer au-delà des querelles de chapelles, tout en laissant ces dernières se dérouler au sein du Pentagone, de Langley ou de l’Aile Ouest de la Maison-Blanche.

Dans un premier temps, Obama a réussi à coordonner la CIA et les militaires non pas en leur imposant une division du travail (les opérations spéciales au JSOC et les frappes de drones à l’Agence) mais en mêlant leurs compétences et leurs sphères d’activité. Cette mise en concurrence a été doublée d’une volonté de fusionner davantage les intérêts politiques et les cultures bureaucratiques des deux institutions. La nomination de Leon Panetta -ex-directeur de l’Agence- à la tête du Pentagone et celle de David Petraeus à la tête de la CIA n’en est que l’illustration la plus visible. Ce mode de gestion compétitif se retrouve également entre les principaux conseillers du président et jusqu’aux experts juridiques du Pentagone et de l’Agence chargés de valider ou non la "légalité" des frappes.

Dans un second temps, la centralisation du processus décisionnel a été accentuée à l’extrême puisque le passage en revue des cibles et l’autorisation de les frapper relève du seul président, entouré de John Brennan (son conseiller au contre-terrorisme) et du général Cartwright -ancien n°2 du Comité des Chefs d’Etat-major. On sait depuis peu l’importance des réunions du comité contre-terroriste du mardi dans la mise en place de kill-lists et l’importance qu’apporte Obama à autoriser lui-même les cibles. Toutefois, cette centralisation ne va pas sans les réticences bureaucratiques d’usage. Tout d’abord parce que le président a finalement cédé à la CIA quant aux signature-strikes (rebaptisées TADS pour terrorists-attack-disruption-strikes) après une forte réticence dans la première année de son mandat. Il n’a pu non plus s’opposer à la tactique consistant à cibler aussi les secours après une première frappe. Il en est de même avec les militaires qui ne peuvent frapper que des cibles individuelles et positivement identifiées mais qui n’ont cessé de vouloir élargir le théâtre des frappes aux alliés supposés d’Al-Qaïda (sans toujours tenir compte des rivalités internes aux organisations).

Par ailleurs, cette centralisation a un coût: coût moral puisque le président se retrouve à décider de la vie ou de la mort de personnes sur la base de renseignements qui ne sont pas absolument parfaits (outre les erreurs politiques qu’il peut y avoir à tuer de potentiels alliés, il faut noter que les civils représenteraient 17% des décès dus aux drones). On sait en revanche que le président a montré de l’obstination dans la traque de Anwar Al-Awlaki, le chef d’AQAP par ailleurs citoyen américain.  Coût politique surtout puisque, en dépit du bénéfice qu’il y aurait à montrer de la détermination pour répondre aux accusations de l’opposition Républicaine, c’est bien le président lui-même qui devient responsable de cette stratégie, de ses succès (la mort de Ben Laden ou celle du n°2 d’AQ) mais aussi de ses échecs. A ce titre, on peut d’autant plus parler des "guerres d’Obama": non plus seulement les guerres qu’il doit mener par "nécessité" (ou pour gérer le lourd héritage de son prédécesseur) mais également celles qu’il mène seul dans le Bureau Ovale.

Or, outre les réticences internationales (Navi Pillay, haut-commissaire des Nations-Unies aux réfugiés, n’a pas hésité à affirmer que les attaques par drones posaient de sérieuses questions quant au respect du Droit International Humanitaire), il faut prendre en compte à la fois les risques locaux (l’aliénation des populations, l’instrumentalisation des frappes de drones par les élites et régimes locaux) et domestiques (les défenseurs des libertés fondamentales et les opposants à la guerre en Afghanistan se retrouvent pour condamner l’administration sur ce point). Plus grave: si Obama doit pouvoir donner des gages à l’opinion publique et aux élites politico-militaires américaines, il sera plus difficile de le faire avec les militaires eux-mêmes.

Conclusion: le secret, la bureaucratie et la guerre au XXIème siècle

L’essentiel des débats "critiques" ou "favorables" sur les frappes de drones porte sur le coût politique moindre de cette tactique: en effet, autant pour leur effet de précision et de portée que par l’absence de pilote embarqué, les plates-formes rendraient l’usage de la force -et partant le déclenchement des opérations militaires- plus aisé pour les décideurs politiques.

Or, outre que ce discours a déjà été tenu à la grande époque de la RMA ou de l’Airpower, il faut retenir que les frappes de drones et les soit-disant "guerres secrètes" (qui s’étalent en pleines pages dans les journaux nationaux) reflètent une autre tendance des guerres contemporaines, surtout pour les démocraties. Si, selon l’adage des théoriciens de la "Paix Démocratiques", les démocraties ne se font pas la guerre, elles usent sans hésiter de la force contre des dictatures ou des acteurs non-étatiques (qui n’ont à leurs yeux aucune légitimité à faire de même). Ces guerres hiérarchiques sont une composante majeure de l’analyse des relations internationales contemporaines.

Il n’en reste pas moins que peu d’études ont été menées sur les raisons pour lesquelles ces conflits sont déclenchés et rendus possibles, dans des sociétés réputées "post-héroïques" et hostiles au risque. Le cas de l’administration Obama dévoile un coin du voile: c’est la culture du secret (savamment entretenu ou agité comme un chiffon aux yeux des médias) et la sophistication des bureaucraties (ainsi que leurs rivalités) qui ont permis cette évolution vers un usage quotidien et brutal de la force…

Si l’alliance entre le secret et l’utilisation de la violence sélective n’est en effet pas neuve, ce n’est pas le cas de leur inscription dans une culture bureaucratique et politique au sein d’un système démocratique. Le secret y est en effet à double-tranchant: il permet de mener des opérations militaires ou clandestines, mais il expose les décideurs politiques à leur responsabilité. Sans compter que, dans le cadre d’une bureaucratie complexe et en constante rivalité, le secret peut devenir un obstacle cognitif majeur à l’origine de nombreuses erreurs. L’auteur de ces lignes n’a pas partagé l’enthousiasme plus ou moins général à l’élection d’Obama. Mais il faut reconnaître au président américain une force de caractère et un pragmatisme hors du commun.

Sources et données:

Les données compilées par le Bureau of Investigative Journalism

Les données de la New America Foundation: sur le Pakistan, et sur le Yémen.

L’ouvrage de David Sanger, Confront and Conceal: Obama’s Secret Wars and Surprising Use of American Power

L’ouvrage de Daniel Klaidman, Kill or Capture: The War on Terror and the Soul of the Obama Presidency

Many thanks to Adam Elkus for his incisive and brilliant thoughts on that question: you can visit and enjoy his blog here. He’s also a contributor to Andrew Exum’s Abu Muqawama weblog.

Politique étrangère des Etats-Unis et stratégie (9): guerres par procuration

Avec les contraintes budgétaires accrues et la perception par les élites politico-militaires d’une relativisation de leur puissance, les Etats-Unis semblent revenir à un choix ancien: celui des guerres par procuration (proxy wars).

Au-delà d’une analyse historique de ce choix, il convient d’en saisir les raisons et motivations d’une part, les enjeux réels d’autre part. Passant d’une approche stratégique tout azimut à la nécessité de hiérarchiser des priorités entre leurs objectifs, les Etats-Unis doivent aussi apprendre à gérer une tactique certes peu coûteuse mais potentiellement dangereuse.

1) une approche rentable?

Comprendre la préférence de l’Administration actuelle pour les guerres par procuration nécessite de s’interroger non seulement sur la perception coûts/avantages qu’elle en a, mais également sur les facteurs qui pèsent dans la formulation stratégique.

Sous un certain angle, les guerres par procuration semblent effectivement rentables. En effet, elles permettent d’engager des opérations de guerre de manière indirecte. De ce fait, les coûts financiers et politiques inhérents à l’action sont assez faibles, surtout si on les compare aux conséquences des occupations de longue durée en Irak et en Afghanistan. De la même manière, la perception de l’engagement américain resterait limitée aux yeux de l’opinion domestique.

Néanmoins, la condition sine qua non à mener des guerres par procuration serait justement d’être dans une logique de guerre limitée. Dans ce cas en effet, les enjeux doivent être suffisamment bas pour supporter les défauts inhérents à ce mode d’action (et notamment le manque de contrôle direct sur les effets militaires et politiques). Néanmoins, l’approche technologisante ainsi que la perception biaisée de l’usage de la force (selon laquelle on peut contrôler celle-ci une fois déchaînée) qui prévalent au sein des élites américaines peut leur laisser croire que ce type d’action est utilisable y compris dans une logique plus absolue. Comme le montre la "guerre froide", l’utilisation de proxies a été envisagée contre l’arch-ennemi soviétique. Il importe cependant que l’affaire demeure discrète, notamment pour minorer les coûts en cas d’échec.

La préférence actuelle pour les proxy wars ne s’explique pas seulement par l’apparent avantage que cette stratégie recèle. Les opérations au Pakistan, au Yemen ou en Somalie (pour ne citer que les plus connues) s’expliquent également par l’articulation entre la perception du contexte par les élites (menaces de "basse intensité", contraintes budgétaires) et les préférences des acteurs bureaucratiques. Ainsi, ce mode d’action convient parfaitement aux élites militaires (notamment de l’Army) qui souhaitent éviter de nouvelles interventions durables, même si elles se sont adaptées à la pression politique en faveur des opérations de stabilisation ou de la "guerre irrégulière". Face à ces impératifs imposés par la sphère politique, les top brass ont davantage cherché à conserver leur structure de forces que de modifier entièrement celle-ci.

De la même manière, cette stratégie convient parfaitement au style décisionnel d’Obama ainsi qu’à son approche pragmatique de la politique étrangère: il s’agit de lutter contre des menaces identifiées comme telles par le consensus au sein des élites tout en poursuivant l’objectif d’amélioration de l’image des Etats-Unis dans le monde.

2) une stratégie hasardeuse:

On peut certes penser qu’il est intéressant de mener de telles opérations, notamment dans le cadre de guerres limitées. Une telle stratégie indirecte correspond parfaitement à la nécessité de limiter les coûts liées à une implication des forces américaines, dans la lignée de la "doctrine de l’anticorps".

Néanmoins, cette stratégie est plus problématique dès lors que l’enjeu local pour les Etats-Unis est plus élevé. En effet, si il s’agit d’empêcher la constitution d’un sanctuaire djihadiste, peu importent les effets politiques de long terme pour le territoire concerné. Tout juste admettra-t-on qu’il faut stabiliser une situation ou ne pas l’aggraver. En revanche, cette stratégie est dangereuse dans le cas d’un territoire que l’on veut maintenir sous contrôle, comme c’est le cas au Pakistan.

Car en effet, il faut tenir compte du fait que les intérêts des Etats-Unis et ceux de leurs proxies sont partagés jusqu’à un certain point: le Kenya partage avec eux l’intérêt de stabiliser le Sud de la Somalie pour des raisons sécuritaires et de sécurisation des approvisionnements énergétiques; les élites pakistanaises ne partagent avec les Etats-Unis que la nécessité de lutter contre Al-Qaïda et non celle de stabiliser l’Afghanistan. A ne pas tenir compte des divergences, ou du moins de l’inexistence d’un alignement parfait avec les intérêts des acteurs locaux, on court le risque de s’aliéner des alliés ou, pire, de se faire instrumentaliser par eux.

En d’autres termes, cette stratégie indirecte porte en son sein un des défauts de cette approche: la difficulté à maîtriser les effets politiques de l’action militaire en est largement accrue… Comme le cas de l’Afghanistan des années 1980 l’illustre parfaitement, les conséquences politiques de la guerre ne s’arrêtent pas à la défaite militaire de l’ennemi. Ouvrir la boîte de Pandore est une lourde responsabilité à prendre en compte.

Article publié sur Alliance Géostratégique.

Stratégie(s)

Dans un billet publié il y a quelques jours sur son blog, Olivier Kempf se demande si la stratégie existe et comment la définir. Me faisant l’honneur immérité de me citer, l’auteur me donne en quelque sorte l’occasion de préciser quelques points.

1) Stratégie et stratégies:

On pourrait commencer par délimiter les contours de l’activité stratégique en distinguant la Stratégie des stratégies particulières. Dans ce cas, la Stratégie est un domaine d’action et de réflexion dont on peut déterminer certains traits immuables, tandis que les stratégies en sont les expressions historiques.

Il ne s’agit pourtant pas d’un concept auquel on pourrait réduire la réalité. La Stratégie regroupe au moins deux éléments qui en sont l’essence: la dialectique des intelligences et des volontés d’une part (il faut un adversaire ou un autre), l’utilisation ou la menace d’utilisation de la force d’autre part. Ces caractéristiques sont donc intrinsèquement liées à la guerre, même si la tendance a été à l’élargissement de la Stratégie au temps de paix et à des domaines non militaires (Stratégie globale).

Ce qui signifie que l’on peut analyser les stratégies particulières en se fondant sur des logiques d’acteurs (je renvoie mes lecteurs à la communication que présentera Melle Laure Bardiès, Maître de Conférence en Sociologie à l’ENS-Cachan détachée aux Ecoles de Coëtquidan, lors de la Journée d’Etude "vers une analyse du raisonnement stratégique").

2) la Stratégie est un pont:

Cette métaphore a été explicitée par Colin Gray dans son ouvrage The Strategy Bridge: Theory for Practice.

Pour le stratégiste américano-britannique (dont je recommande la lecture attentive et extensive), la Stratégie a une fonction et un rôle.

  • Sa fonction est de faire le lien (le "pont") entre les intentions des acteurs (les fins qu’ils se fixent, en fonction des enjeux qu’ils dessinent, et qui ne sont pas forcément liés à des intérêts objectifs) et leurs actions (les moyens et ressources dont ils disposent). Elle se distingue donc de la politique en tant que celle-ci fixe et détermine les fins.
  • Son rôle est de générer des effets permettant d’atteindre les fins fixées. C’est la raison pour laquelle la Stratégie est liée à la puissance, en tant que cette dernière est la capacité à engendrer des effets désirés.

3) Un processus itératif:

Etant donné son caractère dialectique, et le fait qu’elle s’inscrit dans un contexte qui évolue, la stratégie est itérative: elle nécessite des ajustements et des adaptations. C’est la raison qui explique pourquoi il est difficile de repérer une "Grande Stratégie" dans l’Histoire. Comme le dit Marcus Jones dans son étude sur la stratégie Bismarckienne: "dans un monde où les résultats restent indéterminés, une stratégie compétente ne consiste pas à fixer des objectifs de long terme et à structurer systématiquement des procédures pour les réaliser, mais plutôt dans une appréhension claire de ses propres principes et priorités associée à une approche flexible et créative afin de produire des gains cumulatifs sur le court terme".

Ce processus itératif n’est pas déterminé par la seule interaction stratégique avec un adversaire ou bien par le contexte. Le processus de prise de décision est ainsi fonction des rivalités bureaucratiques, des luttes politiques concernant enjeux, fins et moyens, de la dialectique entre compétence politique (qui est légitime pour fixer les fins?) et expertise technique (qui est compétent pour discuter des moyens en rapport avec les fins?)

Cette dernière caractéristique montre que la formulation stratégique doit tenir compte des relations entre décideurs politiques et opinion publique d’une part (car il faut mobiliser cette dernière, notamment si sa perception des enjeux n’est pas la même que celle des décideurs), décideurs et exécutants militaires d’autre part. Les caractéristiques des relations politico-militaires sont donc essentielles pour saisir pourquoi et comment certaines stratégies sont formulées, éventuellement exécutées, tandis que d’autres sont écartées. Il est tentant en effet d’oublier que les liens entre sphère militaire et sphère politique sont à la fois hiérarchiques (subordination et contrôle, qui sont en tension avec désir d’autonomie -voire dissidence- et intrusion) et fonctionnelles (les militaires peuvent vouloir peser sur la définition des fins, les politiques peuvent accentuer leur demande sur les militaires pour tels ou tels moyens).

C’est la raison pour laquelle certaines stratégies reflètent davantage un compromis entre les acteurs, tandis que d’autres révèlent le rapport de forces existant au sein de l’appareil de Défense. Une stratégie particulière n’est donc pas forcément la plus rationnelle (au sens d’un calcul coûts/bénéfices qui serait abstrait de tout biais cognitif ou de tout intérêt politique). Dit autrement, une stratégie n’est pas toujours choisie parce qu’elle est la plus optimale en fonction de l’adversaire et/ou du contexte. Elle peut être retenue comme la plus satisfaisante, quelle qu’en soit la raison (consensus, intérêts particuliers, perception du contexte). Un des éléments les plus importants concerne le niveau d’incertitude perçu par les décideurs et leur niveau d’insécurité par rapport à ce fait. Les acteurs auront tendance à planifier de manière trop ou pas assez précise en fonction de ce rapport.


Stratégie et Politique étrangère américaine (8): risques, menaces et préparation

La question de la préparation des forces aux menaces actuelles ou futures est centrale dans les débats stratégiques aux Etats-Unis. Elle n’est pas simplement de l’ordre de la décision politique mais relève aussi des stratégies bureaucratiques.Les institutions doivent en effet s’adapter à la demande des décideurs politiques tout en préservant leur autonomie, leur prestige et leurs ressources. Par ailleurs, la perception du contexte est cruciale: elle révèle quels sont les risques opérationnels les plus saillants aux yeux des élites politico-militaires américaines. Ces trois éléments (le choix politique, les stratégies bureaucratiques, la perception de l’environnement) interagissent sur le produit final de la stratégie américaine.

Dans le cadre de ce billet, je propose de m’intéresser à la perception des menaces induite par la lecture de la Quadriennal Defense Review de 2010. En effet, celle-ci propose de prendre en compte les menaces sur tout le "spectre des opérations". Pourtant, il ne s’agit pas de se préparer à n’importe quels défis. Le document, reprenant la vision traduite par la National Security Strategy, insiste sur les menaces présentes aux deux bouts du spectre:

  • Les menaces liées aux guerres "irrégulières", à la stabilisation des Etats "défaillants", aux réseaux terroristes: en réponse, l’institution militaire propose de développer les capacités de contre-terrorisme, d’Assistance aux Forces de Sécurité (SFA) et de partenariat avec les autres agences gouvernementales, les ONG ou les OIG.
  • les menaces asymétriques de haute capacité (ou HEAT pour High-End Asymmetric Threats), c’est à dire le risque de cyberattaques, d’utilisation d’ADM par des réseaux terroristes, le développement de capacités ballistiques et celui de capacités d’interdiction: en retour, le Département de la Défense propose d’insister sur la "cyberguerre", le bouclier anti-missile et les capacités visant à annuler "l’anti-accès" de la part des puissances régionales ou globales.

Ainsi, le contexte perçu est celui de menaces divergentes. Selon cette représentation des défis actuels et futurs, les forces armées des Etats-Unis auraient à combattre les menaces de "haute" et "basse" intensité, et devraient donc se spécialiser selon une division du travail entre forces terrestres ("basse intensité") et forces aériennes/navales ("haute intensité", dissuasion, aspects technologiques). Cette vision est particulièrement évidente dans le concept AirSea Battle que l’Air Force et la Navy développent dans le cadre d’une confrontation éventuelle avec la Chine. La Defense Strategic Guidance du président Obama insiste effectivement sur la place centrale du théâtre Asie-Pacifique pour le dispositif stratégique américain (p.2).

Pourtant, prenant en compte la notion de "risques opérationnels", Frank Hoffman (officier des Marines en retraite et chercheur dans un think tank institutionnel) met en lumière le peu de pertinence d’une telle perception. Partant du principe que les menaces les plus fréquentes sont "irrégulières" mais que les acteurs non-étatiques se dotent de capacités de plus en plus létales, Hoffman considère que l’essentiel de la demande pour les forces armées concernera dans le futur le milieu du spectre: Etats défaillants, menaces hybrides, extrémisme violent, etc.

Frank Hoffman, "Future Threats and Strategic Thinking", Infinity journal, automne 2011

En conséquence, Hoffman propose de développer des forces capables d’affronter l’ensemble du spectre des menaces, principalement en maintenant le niveau d’effectif actuel des forces terrestres, au lieu de les diminuer comme le souhaiteraient les tenants de la "Division du Travail". Il faut souligner que cette perception des menaces et des capacités associées est actuellement dominante au sein des élites militaires de l’Army et des Marines, pour des raisons évidentes puisque ces institutions se présentent comme les seules à pouvoir assurer l’ensemble des missions.

 

Deux questions demeurent:

  1. prétendre que la demande politique précède toujours l’adaptation institutionnelle (ici sous la forme de concepts, de stratégies ou de doctrines) est bien entendu excessif: il s’agit plutôt d’une interaction entre politiques et militaires dans la définition du contexte et des mesures à adopter pour s’y adapter. Le pouvoir politique articule sa demande en fonction des éléments qui lui sont également fournis par les militaires.
  2. la question de la préparation pour les défis futurs est complexe: dans ce domaine, on ne peut prédire avec certitude et l’on doit souvent chercher quelles sont les lignes de force du contexte contemporain et extrapoler sur leur prolongement éventuel ou leurs évolutions. Dans un certain sens, la définition des guerres du futur est davantage un exercice bureaucratique interne qui est fonction de l’environnement dans lequel se meuvent les institutions: rivalités et visions concurrentes internes, rivalités et convergences avec les autres institutions, pressions du pouvoir politique.

Guerre et paix: adaptations tactiques et innovations organisationnelles

Les thèmes de l’innovation, de l’apprentissage et de l’adaptation des forces armées américaines en Irak sont de ceux dont je traite depuis les débuts de l’aventure doctorale.

Il est en effet intéressant de chercher à comprendre pourquoi et comment les militaires américains ont su adapter leurs tactiques, bien avant la publication du FM 3-24, et pourquoi cette dernière publication n’a pas donné lieu à de profondes réformes internes à l’Army et aux Marines.

La littérature académique sur ce thème s’est surtout intéressée à l’innovation organisationnelle en s’intéressant aux processus hiérarchiques (top down) qui en sont la cause:

  • pour Barry Posen, les décideurs politiques imposent le changement lorsqu’ils perçoivent une modification dans le contexte international (vrai si l’on prend en compte le contrôle étroit exercé par Rumsfeld et les documents qui demandent de s’adapter aux "défis irréguliers" après le 11/09 et l’invasion de l’Irak: DoD Directive 3000.05, QDR 2006, etc.)
  • Pour Déborah Avant, les décideurs politiques sont les "patrons" des institutions militaires qui dès lors imposent des changements internes pour "coller" aux demandes externes, notamment sous la forme d’incitations à suivre une carrière adaptée (système de promotion): plutôt faux si l’on considère la contre-insurrection, plutôt vrai si l’on considère la Transformation
  • Pour Stephen Rosen, les décideurs politiques peuvent imposer une pression, mais l’innovation organisationnelle est le résultat de luttes politiques internes aux institutions (plutôt vrai si l’on prend le processus doctrinal: tant le FM 3-24, que les manuels "opérations" et "stabilisation", plutôt faux pour les réformes en profondeur que l’ajustement de l’Army et des Marines à la contre-insurrection aurait nécessité).

De fait, l’innovation organisationnelle n’est pas au rendez-vous, tandis que les adaptations tactiques sont indéniables. Il y a donc bien un processus indépendant qui s’est déroulé au sein des unités déployées en Irak. Ce processus a été organique et a été permis par les réseaux horizontaux de RETEX mais aussi grâce en partie aux débats qui ont agité la communauté de Défense des Etats-Unis depuis 2004.

Mon hypothèse est la suivante: innovation doctrinale et adaptation tactique ont été deux processus distincts (unis sans confusion, distincts sans être totalement séparés) qui ont opéré dans deux contextes différents.

  1. l’adaptation tactique est un processus de temps de guerre. Il a été rendu possible par la nécessité de "coller" au contexte et s’est déroulé en fonction d’interprétations données par les expériences collectives passées et par les débats propres à la communauté de Défense.
  2. l’innovation doctrinale est un processus de temps de paix. Il a fonctionné selon d’autres enjeux, essentiellement bureaucratiques et liés aux relations civilo-militaires.

Du coup, cela se comprend si on part du principe de cette distinction spatio-temporelle. Cela montre deux choses:

  1. l’Amérique n’a été en guerre que de manière rhétorique. Ou plutôt, comme il s’est agit d’une opération expéditionnaire aux marges de "l’Empire", la guerre menée n’a pas porté autant d’enjeux que ce qu’en disent les décideurs politiques. Les vrais enjeux étaient domestiques, et non liés à l’Irak.
  2. le rôle des médias et l’environnement informationnel est intéressant: plutôt que de rapprocher l’opinion domestique du théâtre, ces derniers l’ont bien plutôt éloigné. Les soldats américains faisaient la guerre, l’opinion publique américaine n’était pas en guerre.

On pourrait d’ailleurs élargir cette réflexion  à l’ensemble des guerres menées par les Etats-Unis depuis 1865 et considérer qu’à chaque fois, l’enjeu pour le décideur politique a été de pouvoir mobiliser la société en vue de mener la guerre "totale" qu’il décrivait….

Où l’on parle des femmes en unités de combat

Dans un article publié mercredi par le Marine Corps Times (qui n’est pas un organe officiel de l’institution, ni d’une association de ses membres), on apprend que les officiers et engagés volontaires féminines pourront accéder à l’Infantry Officers Course. Par conséquent, elles pourront commander et appartenir à des unités de combat.

Pour une institution telle que le Corps des Marines -dont l’image véhicule des stéréotypes machistes-cela peut paraître paradoxal.

Pourtant, la tendance s’affirme plutôt au sein des forces armées des Etats-Unis, du fait des déploiements en Irak et en Afghanistan. Ainsi, le Major Jane Blair a-t-elle raconté son expérience en unité de combat en Irak dans Hesitation Kills: A Female Marine Officer’s Combat Experience in Iraq.

Dans un article publié en mai 2001 dans le Washington Post, Jane Blair tentait de déconstruire les "mythes" entourant la présence des femmes au combat, devenant ainsi une célébrité aux Etats-Unis et s’attirant foudre et admiration de la part de ses anciens collègues.

La demande politique dans le sens d’une adéquation à la réalité des opérations en Irak et en Afghanistan est également très forte: en février, le Département de la Défense annonçait qu’il allait modifier laDirect Ground Combat Definition and Assignment Rule de 1994 interdisant aux femmes d’intégrer des unités de combat en-dessous du niveau du bataillon.

Cependant, les différents services s’adaptent plus ou moins facilement à cette demande. Le général Raymond Odierno, chef d’Etat-major de l’Army, répondait dans une interview le 16 octobre 2011 qu’il trouvait le rapport interne qui lui avait été proposé insuffisant: non seulement on devait ouvrir des postes d’officiers de renseignement en unité de combat, mais également leur proposer un rôle plus important. Au sein du Corps des Marines, la décision récente s’est prise dans un climat de division interne. Carlton Kent, Sergeant-Major of the Marine Corps (le sous-officier le plus prestigieux de l’institution) a même du circuler au sein des organes de formation pour apaiser les tensions.

Au-delà des questionnements simplistes (est-ce du politiquement correct? de la discrimination positive? ou alors une adaptation des règles et procédures à une réalité existante?) ou des polémiques sans fin sur les capacités des femmes au combat, un enseignement majeur concerne l’adoption de telles mesures apparemment contraire à la "culture" institutionnelle.

Il semble bien que, au-delà d’une volonté des décideurs militaires de répondre à la demande de leur "patron" (au sens d’une relation de patronage), il faille comprendre cette décision comme la résultante des mutations importantes connues par les institutions militaires à l’occasion des guerres en Irak et en Afghanistan. Il est fort probable que, comme le prédisait Thomas Ricks lors de la sortie de The Gamble en 2009, les effets de la présence américaine en Irak ne se fassent encore attendre, et de manière imprévue.

L’internet social et la guerre 2.0

Publié simultanément sur AGS

L’interrogation sur les liens entre nouvelle conflictualité et Internet social est l’objet du livre de Thomas RID et Marc HECKER paru l’année dernière chez Praeger. Ils s’interrogent notamment sur la pertinence de l’idée selon laquelle le « web 2.0 » serait l’outil ultime des insurrections et de la contestation politique. 


 

war201
 

Le livre de Rid et Hecker est ainsi l’occasion d’une plongée au cœur des opérations de communication menées par les mouvements insurgés et terroristes en ce début du 21e siècle, dans une gradation entre le plus localement enraciné (Hezbollah) et le plus global (Al Qaeda), les Talibans étant pris entre le « jihad global » et une stratégie locale. Notamment, l’enquête montre comment la combinaison évoquée plus haut, qui ressort autant d’une réminiscence des guerres « de libération nationale » de la seconde moitié du 20e siècle que de la pensée organisationnelle alternative (notamment l’idée d’organisations décentralisées et prenant la forme de rhizomes), offre autant d’opportunités que de risques. 
 

S’il est, en effet, possible de s’affranchir partiellement du « terrain humain » sur lequel vivent traditionnellement les insurrections tout autant que de limiter les risques liés à la diffusion physique des informations dès lors que celles-ci sont virtualisées, il est évident que se posent des problèmes de coordination et d’action. L’ouvrage aboutit ainsi, pour ce qui concerne les acteurs « irréguliers », à une conclusion paradoxale : le contexte informationnel issu de « l’Internet social » facilite la « démocratisation » de la doctrine et des savoir-faire extrémistes, permettant la constitution d’un réseau mondialisé de sympathisants, d’auxiliaires ou de « jihadistes », mais il rend improbable la victoire prochaine du « jihad » ainsi proclamé et entretenu. S’inspirant des conclusions des études de marketing sur l’impact de l’Internet interactif, les auteurs montrent que si le seuil de viabilité des mouvements politiques « marginaux » n’a cessé de baisser, il n’augmente pas pour autant leur chance de gagner un soutien populaire large et stable. Si l’insurrection « globale » est donc moins « populo-centrée » que ne le veut la théorie classique de la guerre populaire maoïste, elle est également plus marginale que jamais. 
 

Mais cette étude est également l’occasion de mesurer comment les armées conventionnelles s’adaptent à ces nouveaux défis. Nouveaux en tant qu’ils modifient les pratiques et les concepts plus que par la grâce de la nouveauté technique. Trois études de cas balaient les représentations, les opérations et les évolutions des trente dernières années dans les forces armées américaines, britanniques et israéliennes. Au-delà des adaptations effectuées du fait des opérations en Irak, en Afghanistan ou dans la bande de Gaza, il faut noter que perdurent des obstacles culturels et institutionnels. La double pression des guerres irrégulières et de l’Internet social conduit ainsi les institutions militaires occidentales à accentuer certaines de leurs tensions internes et externes. 
 

Les militaires américains se sont adaptés le plus rapidement et le plus précocement aux impératifs sociaux et culturels de la « guerre au sein des populations », mais sont également soumis aux exigences d’une culture technique de l’efficacité qui mesure mal de tels impératifs. 
 

L’armée britannique connaît un regain de tensions entre les décideurs politiques et militaires du fait de la mainmise des premiers sur la communication institutionnelle et des rapports étroits et officieux entre journalistes et officiers. Enfin, l’armée israélienne a certes réussi à démontrer sa capacité à rivaliser avec les organisations palestiniennes dans l’opération « plomb durci » de janvier 2009, montrant ainsi sa maîtrise des moyens de communication du Web 2.0, mais essentiellement à destination des opinions publiques occidentales ou israéliennes, aux dépens d’une véritable conquête des esprits et des cœurs des populations locales, selon l’impératif de la contre-insurrection classique. Le mouvement d’adaptation vers le pôle de la guerre 2.0 aboutit ainsi à contredire la spécialisation et la professionnalisation des forces armées occidentales, pourtant au cœur de leur évolution séculaire. 
 

Par ailleurs, l’accent mis sur la recherche de stratégies et de pratiques contre-insurrectionnelles est ambivalent. Il révèle certes la compréhension des ressorts de la guerre irrégulière « classique », à savoir l’appréhension et la maîtrise des conditions socioculturelles et politiques locales. Mais il démontre peut-être une incapacité à s’inscrire véritablement dans le nouveau paradigme. En effet, outre le caractère moins « populo-centrée» des insurrections contemporaines, celui-ci semblerait nécessiter davantage de décentralisation des responsabilités sous la forme d’une subsidiarité dans la décision militaire autant que dans la diffusion de l’information, à rebours du fonctionnement hiérarchique des forces armées. 
 

Dans une perspective de longue durée, l’évolution que le livre met en lumière concernant l’augmentation du contrôle social des militaires grâce aux changements technologiques est peut-être sur le point de s’infléchir. En effet, si le télégraphe permet le contrôle stratégique, le téléphone de campagne le contrôle opératif et la radio le contrôle tactique, Internet et le téléphone portable introduisent un élément potentiellement anarchique qu’illustre la prolifération des réseaux d’échange tactiques ou des blogs militaires.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.
Thème Esquire.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.