Unleash Hell!!! "War logic" and the war in Iraq

As far as I can remember, the biblical story of David vs. Goliath has never been to me the story of a bright victory of weakness against strength On the contrary, I’ve always thought that David was the strongest of both opponents. Not only does he rely on the will of God but he also draws upon his cleverness in order to defeat his adversary. It’s not so counter-intuitive as it could appear at a first glance: power doesn’t necessarily imply strength or having much more material capabilities.

From "war" to "logic of war":

In the last issue of Res Militaris, Laure Bardiès wrote a smart and insightful piece in which she argues to give up descriptive categories  and instead promote analytical ones in order to better explain and understand contemporary wars.

Basically, her arguments draw on weberian sociology to build ideal-types that could account for the logic of actors (by which she means not only the belligerents, but also different actors, pursuing different and sometimes diverging interests, inside a political-military apparatus). The reason is clear: categories we are used to employ in order to depict contemporary conflicts are either too descriptive (i.e. tied to the formal characteristics of wars) or too normative (i.e. shaped by one actor’s perception of the other). "Asymmetric" war (war between a "weak" and a "strong") falls in the former while "irregular" war (war between state-soldiers and terrorists/insurgents) is clearly typical of the latter.

She proposes to look further: according to Clausewitz, war is waged for political purpose. Means as well as ends are a function of the significance of the fight given by the actor. It could thus be possible to design ideal types that could account for their logic, the dynamic interplay between them and their evolution in time. Accordingly, she offers to transform the categories of "total war" and "limited war" into "total war logic" and "limited war logic".

In order to build her ideal type, she suggests to analyze the relations between issues, objectives and means.

Thus, a "total war logic" would exist when an actor has absolute issues at stake (like its survival), design accordingly its objectives as imposing its will whatever the costs and thus relies on every means at its disposal in order to do so. On the contrary, a "limited war logic" would be characterized by relative issues, objectives restricted by a threshold beyond whom costs would overcome the expected benefits, and  thus means would be quantitatively restricted.

Eventually, Laure Bardiès concludes by articulating a dynamic interaction between those logic:  what if an actor has a "limited war logic" against his opponent waging (in its own perception) a "total war"? Obviously, the latter has the advantage owing to its greater capacity to abide costs. In addition, she argues that the real difference between both logic lies in two criteria

1) the determination to pursue the armed struggle

2) the proportion of means effectively engaged in comparison to the total amount of means at the actor’s disposal

Applying "war logic" to the US War in Iraq:

Empirically, it is difficult to apply that model. Of course, this is precisely the function that ideal type is supposed to perform: to serve as a reference in order to analyze contingent situations.  No historical configuration would exactly fit with one of the ideal type, the greatest probability being that it would be situated somewhere between both poles of the spectrum (or, more precisely, that it would shift from one to another due to the dynamic characteristic of war). But, if we take the three elements of the model, the Iraq war (as waged by the Bush administration) would fit in the following table:

In that case, issues and objective are congruent with a "total war logic" while means comply more with the "limited war logic". Indeed, issues were raised at a very high level, with the Bush administration arguing that Saddam Hussein could use weapons of mass destruction or funnel them to terrorist groups in order to wage war on the US soil. Objectives were also designed as absolute: first to destroy the regime and then to transform Iraq in a stable, democratic State allied with the US in its struggle against Al Qaeda. On the contrary, means were mostly limited, both in the invasion phase and in the subsequent stage of occupation (the main strategy during the first years being to withdraw troops as soon as possible).

In order to understand that gap, one should examine the very reasons of the war against Saddam’s regime, which have nothing to do with the real threat it posed to the US (even if Bush and his counselors thought it could be a real threat at the time), but more with several ideologically biased perspectives about  the threat. First, the invasion was supposed to prevent (or preempt in the Bush’s rhetoric) attack from Saddam and second to deter any aggression. Instead of assessing the threat of non state actors, the Bush administration at the time was more concerned by the threat posed by rogue states. Second, that move was a way to fix the problem posed by the the regime of sanctions imposed on Iraq. Third, the war was also a mean to restore the status of the US after 9/11.

That gap could also be explained by the way Donald Rumsfeld and several strategists in the Pentagon thought war should be now waged: with limited, but more lethal and decisive, means. In their view, technological advance coupled with operational excellence would suffice to overthrow the regime.

Eventually, ideology had a vote: neoconservative Weltanschauung – which envisioned democracy as the "natural regime" of any society – coupled with the administration’s reluctance to nation building led to a poorly planned post-Saddam Iraq.

With regards to the means, they were mostly limited both in quantity (troops deployed on the ground were mostly insufficient to perform the task of securing Iraq after the fall of the regime and achieving Bremer’s revolutionary agenda) and in quality (meaning here that the strategy was oriented toward withdrawal).

Incoherent strategy: 

That discrepancy between issues and objectives on the one hand, and means on the other hand led to strategic incoherence.  In order to understand the difficulties encountered by the US military in Iraq, one has to add two critical variables.

  1. the dominant elements of the strategic and military culture insist on the necessity to achieve a decisive victory. In other words, even a "limited war logic" can imply the maximum use of force in order to win a quick victory (and one could add: all the more decisive that issues and objectives are "limited"). In the case of Iraq, that logic implied to deliver the maximum amount of force in order to topple the regime. The problem is that, once Saddam defeated, a much harder challenged emerged, which would have requested a much larger amount of political patience and strategic flexibility. Consequently, in the absence of a decisive victory in the other goal (building a stable and democratic Iraq), the Bush administration shifted to denial. That produced a lowering of the expectations regarding the final stage to achieve before withdrawing and releasing sovereignty to the Iraqi government. Hence, the hope raised by a temporary surge of force in order to achieve a decisive victory against insecurity. The fact that the Bush administration took such a long time to accept the challenge of the task and the reality suggests that the "total war logic" was almost rhetorical. The fact that it accepted to lower its expectations suggests that the logic became less and less "total" and more and more "limited" with time (and especially after Bush secured a second mandate). Nevertheless, the capabilities of the US to endure such a military effort on the long run is tied to both determination (especially regarding the political leaders and the officers deployed on the ground) and endurance (with regards to military capabilities to sustain a high tempo rotation cycle).
  2. given that first element, it is worth to underline the link between that culture of "decisive and quick victory" on the one hand and the reliance on a strategy of annihilation on the other hand. That link is in no way necessary. Insurgents’ strategy suggests that a "total war logic" can instead rely on a strategy of attrition, in order to raise the opponent’s costs until he decides to give up. Facing such a strategy, the Bush administration (and the theater commander) could not longer rely on the sole use of military force in order to win the decision. If the surge achieved several of the objectives set by the administration, it was a consequence of multiple factors, in which the US strategy is only  a part (even if I argue that it is the most important as it benefited from other political dynamics at play which it partially shaped in return). Although eventually that strategy morphed into a "hybrid" form, associating annihilation goals (dismantling "irreconcilable" actors) and attrition means (the use of SOF raids in order to disrupt AQI’s organization and leadership).

Time and interests:

That model is highly significant if one considers the very importance of time and interests. Actually, interests are what shape issues and objectives. Those interests lie in various actors and can take several forms: material as well as ideological, bureaucratic as well as corporate. In some case, they even can affect the whole society (when survival is at stake). But that doesn’t imply those interests to be stable or able to determinate issues and objectives in a strict causal way. A narrower view tends to show how the margin of maneuver for political leaders is more important than one would expect. Notwithstanding, interests play a role in limiting or raising issues.

But that’s also a function of time: the longer a conflict, the more the tendency to shift from one logic to the other. In the case of the war waged by the Bush administration in Iraq, determination and stubbornness was a byproduct of high issues and unrealistic objectives. But determination translated into denial and did not lead to raise the level of means deployed in Iraq, with the very exception of the surge. But Bush’s decision to escalate is not a proof a a "total war logic", it has more to do with the bias toward the need to achieve decisive victory. On issues and objectives, time tended to lower Bush’s expectations and focused his attention on more limited objectives in Iraq.  Quite the opposite, Obama’s narrowing of issues and objectives fit more with the "total war logic": by elevating the real objective of the US toward dismantling Al Qaeda and escalating drones strikes and SOF raids, the 44th president showed his willingness and determination to achieve victory.

In short, the Iraq war case study suggests that means are not necessarily determined by issues and objectives, but by other factors. Among them is the perception of what military force can achieve in terms of military and political effects. In return, that false perception gave way to a misleading assessment on those effects, leading to the belief that the US should avoid long term commitment on the ground in the near future.

To conclude, the war waged in Iraq by the Bush administration may fit the "war logic" model proposed by Laure Bardies. Indeed,both  determination and the relative level of means are  a function of the duration of the conflict. But, as her model deals more with the coherence between issues, objectives and means, it is worth to complete it with intermediary variables that would help to explain and understand the disjunction between those elements. In short, her work is the first step toward a better understanding of today’s dynamics of conflict. Further researches programs should focus on relevant question as the supposed role of the public opinion – or more accurately, its perception by political elites – in shaping strategic decision; while mine are more focused on the way "war logic" is an important component in the process of shaping political and military effects.. Because not only is strategy a bridge between ends and means, but its function is to generate effects.

 

Little America: quelques réflexions

Lisant l’excellent livre de Radjiv Chandrasekaran sur les Américains dans le Helmand, je ne peux m’empêcher de noter quelques réflexion. Bien informé, l’auteur nous livre en effet les éléments permettant de confirmer quelques hypothèses concernant d’autres théâtres (notamment l’Irak). Je prends deux exemples:

  1. Sur l’envoi de 10 000 Marines dans le Helmand en 2009. L’auteur montre que tous à Washington, ainsi que McChrystal d’ailleurs, savent que le déploiement de troupes supplémentaires à Kandahar serait plus pertinent. Au lieu de cela, le général Nicholson est envoyé dans cette province minée par l’insurrection mais ne représentant que 1% de la population du pays. On peut certes y trouver un enjeu: mettre fin à la culture de pavot qui alimenterait les Taliban (R. Holbrooke soulignant que l’essentiel du soutien financier vient plutôt de donateurs des pays du Golfe), faire pression sur les dirigeants corrompus d’une province que les Britanniques n’ont pu pacifier, démontrer enfin la validité des tactiques de "contre-insurrection". Il n’en reste pas moins que Kandahar est un objectif plus valable, non seulement parce qu’il s’agit de la troisème ville du pays, mais également en raison de sa situation de carrefour. Ce qui frappe sont les raisons avancées pour justifier le choix du Helmand: le refus des Canadiens de se faire épauler par les Américains (les Canadiens considérant que la sécurité s’est améliorée à Kandahar), la crainte d’aliéner les populations locales (Kandahar étant une cité symbolique pour les Pachtounes), mais surtout la demande expresse des Marines (via le général Conway lui-même) de déployer l’ensemble des moyens organiques d’une Force Expéditionnaire, bref de disposer d’un "Marinestan".
  2. Concernant la lutte contre la culture du pavot, on observe un écart -si ce n’est un fossé- entre les logiques des experts locaux, celles du Département d’Etat et celle de USAID. Ainsi, les spécialistes de la région recommandent de favoriser la culture du coton et l’industrie textile. USAID et le Département d’Etat considèrent au contraire qu’il faut transformer la région vers une agriculture de fruits et agrumes destinés à l’exportation. Les moyens qui sont alloués aux experts de la région et aux bonnes volontés locales sont extrêmement réduits, et on voit comment les représentants d’USAID s’enfoncent dans leur raisonnement, estimant que -dans l’attente du développement des vergers- il faut occuper la main d’oeuvre du Helmand à la construction de routes, ou bien favorisant les politiques d’épandage de défoliants dans les champs de pavot. Au bout du compte, les retards pris, l’insuffisance des moyens financiers et l’aveuglement bureaucratique conduisent non seulement à favoriser le pavot mais aussi à attiser la méfiance des agriculteurs locaux vis à vis des Américains (militaires, agences gouvernementales ou ONG) et même des représentants de Kaboul.

Ces deux exemples, hâtivement brossés, posent question. Ils montrent que, en dépit de la circulation accrue des informations entre le théâtre et Washington, l’enchevêtrement des logiques divergentes entre des acteurs multiples conduit soit à l’absence de décision, soit à l’élaboration de stratégies inefficaces voire contre-productives. Le deuxième enseignement, lié au premier, insiste sur l’éloignement géographique et social entre le terrain et Washington: la prise d’une décision et sa mise en oeuvre ne sont en rien linéaires. Il faut tenir compte de la médiatisation imposée par les acteurs et la distance. On peut certes arguer des lourdeurs bureaucratiques, des différences de perception, des logiques corporatistes. Mais c’est surtout l’existence de deux espaces distincts sans être séparés, de deux logiques (celle qui prévaut pour les acteurs sur place, celle qui anime les décideurs à Washington) qui démontre à quel point on ne peut simplement répliquer telles quelles des décisions et des stratégies décidées en haut lieu. Comment, en dépit des discours sur "la localisation de la contre-insurrection et de la stabilisation", le principe de subsidiarité n’est pas aussi simple à mettre en oeuvre.

Logique de guerre, logique de paix

Ce petit texte est un résumé du premier chapitre de ma thèse, ou plutôt d’une réflexion plus approfondie sur les liens entre décideurs politiques, décideurs militaires et unités déployées sur un théâtre extérieur (ici, l’Irak de 2003 à 2008).

La question posée est celle des évolutions observables dans les politiques, les stratégies, les doctrines et les tactiques américaines. En effet, on ne peut nier un effort d’adaptation dans tous ces domaines entre l’invasion de 2003 (voire les attentats du 11 septembre) et aujourd’hui. Toutefois, le scepticisme règne quant à la profondeur et à la pérennité de ces processus. Je renvoie notamment à David Ucko ici et. Le principal obstacle consiste à analyser ces processus comme si ils n’en formaient qu’un seul. Certes, ils sont liés et relativement interdépendants, mais il me semble que l’on peut les découper pour mieux comprendre en quoi ils fonctionnent selon des logiques bien différentes.

  1. L’adaptation des politiques, des stratégies et des institutions militaires relève d’une logique interne à l’appareil de Défense des Etats-Unis et, plus largement, au constant ajustement de la politique étrangère américaine depuis la fin de la guerre froide.  Dans une certaine mesure, les réformes accomplies restent superficielles, les stratégies répondent davantage à la pression exercée par la sphère politique sur les décideurs militaires. Enfin, il faut tenir compte des pressions internes provenant des élites et, dans une mesure plus difficile à quantifier, de l’opinion domestique. A titre d’exemple, l’insistance du Pentagone à vouloir des institutions adaptées aux menaces dites "irrégulières" n’est pas neuve, mais elle ne suscite que des ajustements non-significatifs qui renvoient au soucis des top brass de répondre à la demande politique en fonction de la manière dont ils perçoivent leurs intérêts.
  2. L’élaboration doctrinale est plus complexe. Elle a donné lieu à une refonte profonde des doctrines et des concepts, processus qui est toujours en cours d’ailleurs. Ce phénomène dépend davantage de dynamiques internes aux institutions, et notamment à la rivalité entre groupes de pression qui pourraient se découper entre "réformateurs", "conservateurs" et "modérés". Le mot d’ordre principal est celui de l’adaptation (en rapport avec le premier niveau). Il se manifeste par une volonté de certes "coller" au contexte des guerres contemporaines, mais également de rester le plus pertinent possible dans la concurrence entre organisations. A ce niveau, les acteurs sont partagés entre ceux qui font preuve de réflexivité et saisissent consciemment ces enjeux, et ceux qui adhèrent aux nouveaux concepts comme à des mythes essentiels ou à des solutions stratégiques.
  3. L’adaptation tactique est un processus organique aux unités déployées sur le terrain. Elle est presque essentiellement fonctionnelle (c’est à dire qu’elle cherche à répondre aux défis du contexte conflictuel), mais se trouve comme saisie par les enjeux des deux autres niveaux. La circulation des savoirs et des savoirs-faire qui en forme la clé de voûte est essentiellement horizontale et, lorsqu’elle se trouve liée au niveau supérieur, elle fonctionne plutôt du bas vers le haut.

Cette distinction de logiques (politiques, institutionnelles ou fonctionnelles) se comprend dès lors que l’on saisit qu’au fond il s’agit de deux espaces-temps bien distincts, sans être séparés. Les décideurs politiques et militaires agissent dans une logique de temps de paix, ce qui permet de les analyser selon les modèles "classiques" de Stephen Rosen ou de Barry Posen. Les unités déployées sur le terrain agissent dans une logique de temps de guerre, ce qui correspond davantage aux travaux d’un Bruce Gudmusson par exemple.

A cela, on peut ajouter une réflexion: les officiers et militaires sur le terrain se trouvent face à des objectifs politiques définis de manière ambitieuse ou floue. Laissés à eux-mêmes, ils développent leurs propres tactiques et tendent aussi à vouloir peser sur l’élaboration stratégique (notamment à travers le groupe des "réformateurs" et à partir du moment où les premiers officiers supérieurs ou généraux ayant fait leurs armes en Irak se retrouvent à des postes de responsabilité au sein de leurs institutions).

Enfin, on ne peut oublier qu’il existe des ponts entre ces trois niveaux d’analyse. C’est le cas notamment d’individus tel que le général David Petraeus. Bien qu’intéressé aux trois processus, on voit cependant que ce dernier reste orienté essentiellement par les deux premiers… Logiques de guerre et logiques de paix s’entremêlent ainsi, mais sans jamais se confondre.

Afghanistan: quelques réflexions tactiques et stratégiques

Note: ce billet se veut une réponse un peu approfondie à une question posée sur nos tactiques en Afghanistan, et notamment l’opportunité ou non d’un "Plan Challe" revisité. Merci à Guillaume Ménager.

En réalité, le choix d’une tactique obéit à l’interaction entre trois impératifs:

  1. celui du contexte et de la tactique ou stratégie ennemie
  2. celui des moyens dont on dispose
  3. celui de l’objectif militaire que l’on s’est fixé afin d’atteindre le but politique

Dans le cas de l’Afghanistan, la tactique choisie ne peut prendre en compte la suppression de l’adversaire (c’est à dire sa neutralisation et sa destruction définitive). Pour plusieurs raisons:

  • un problème de moyens: le faire nécessiterait un contrôle étroit du territoire et de la société afghane, et donc une véritable conquête militaire calquée sur la "pacification"
  • un problème stratégique: mettre en équivalence la destruction des Taliban/insurgés et la victoire militaire suppose que tel est effectivement le but poursuivi. Outre que cela ne résoudrait qu’en partie la "question afghane" (laquelle est aussi celle d’un Etat défaillant et d’une société en pleine révolution depuis plus de 30 ans), un tel objectif n’est de toute manière pas celui qui a été retenu par les décideurs politiques, notamment américains.

En effet, si Obama a fait campagne sur le thème de l’Afghanistan comme "guerre de nécessité" qu’il se promettait de remporter, sa position a évolué. A tel point que l’on peut se demander (de manière rhétorique) si son objectif n’est pas aujourd’hui davantage un retrait (qui permettrait de garder une présence résiduelle aux portes du Pakistan, véritable enjeu de la région pour son administration).

En d’autres termes, la question n’est pas d’abord celui du choix tactique, mais bien du choix politique: qu’est-ce que "gagner" veut dire? Dans le cas de l’Afghanistan -et en acceptant que le cours de l’Histoire n’ait pas déjà été fortement infléchi par les décisions antérieures- nous aurions trois réponses:

  • éliminer les Taliban ou les empêcher de se réimplanter en Afghanistan
  • construire un Etat stable et démocratique
  • éviter de rester pour l’Histoire un nouveau Lyndon Johnson

Et  il semble bien que ce troisième but soit celui finalement retenu. Dès les débuts de sa réflexion sur l’Afghanistan (mars 2009), l’Administration Obama a été hantée par la peur d’un nouveau Vietnam et par la figure de Lyndon Johnson (Obama a même invité à dîner à la Maison-Blanche les historiens américains ayant le plus travaillé sur ce prédécesseur, son processus de prise de décision et ses "erreurs").

Mais ce revirement n’est pas seulement du à la hantise du Président: il reflète aussi la hauteur des enjeux que représente la stabilisation de l’Afghanistan pour les Américains. Non plus déconnectés des intérêts des Etats-Unis, mais bien plus réalistes. Disons-le, l’Afghanistan n’a aujourd’hui d’intérêt que dans la mesure où:

  • c’est un point de passage éventuel pour les hydrocarbures évacués de la Mer Caspienne
  • sa stabilité relative peut éviter d’en faire un sanctuaire pour Al Qaïda
  • il s’agit d’empêcher la perte de contrôle de son arsenal nucléaire en plein développement par le Pakistan
  • le conflit est un lourd héritage à gérer et jouera un rôle dans le bilan du président sortant.

Au final, l’objectif militaire ("démanteler, perturber et défaire Al Qaïda au Pakistan et en Afghanistan") ne demande ni le maintien d’une force d’occupation/stabilisation, ni la mise en oeuvre de tactiques de quadrillage et de ratissage.

 

Il n’en reste pas moins que risque d’émerger une incompréhension croissante avec les acteurs sur le terrain (c’est à dire les militaires). En effet, après leur avoir présenté la lutte contre les Taliban et la reconstruction de l’Etat Afghan comme des enjeux vitaux (pour lesquels tous les moyens doivent être mobilisés, ce qui suscite logiquement une perception des Taliban comme des ennemis absolus qu’il faut détruire), le fait de relativiser ces enjeux peut devenir source d’amertume et de rancoeur (car, à quoi bon tant de morts et de sacrifices?)… Si les décideurs politiques ont souvent à coeur de se concilier l’opinion publique et les élites militaires, il n’en est pas de même pour les soldats sur le terrain..

NB: petit détail historique. L’idée d’attirer les Taliban dans des embuscades est particulièrement présente dans l’approche choisie par la TF Korrigan du Col. Chanson en 2009. Articulant sa manoeuvre autour de la construction de routes dans la Kapissa, il a en effet choisi de s’en servir comme "aimant" destiné à provoquer des attaques et à prendre l’adversaire sur son terrain.. Mais une guerre ne se gagne pas sur le champ de bataille.

US strategy in Iraq: an analytical perspective

In a previous post on Strategy(ies), I highlighted the critical importance to both grasp Strategy’s role and function.. If Strategy’s role is to bridge the gap between ends and means, it functions as an effect-generator and is thus an accurate metric for power.

I’d like to advance a few hypothesis on US strategy in Iraq between 2003 and 2008. My aim is to focus on the significance of strategic adjustments made in 2003, 2004, 2005, 2007 and 2008.

It is important to underline the lack of precise and clear objectives between 2003 and 2007. If the objective seems clear in 2003 (to topple Saddam’s regime), it quickly became more confuse once reached. Hence a vague and ambitious endstate: a democratic, allied and stable Iraq.

In order to achieve that goal, it would have necessited to develop and implement a complex strategy with all necessary means needed. Instead, the political leaders decided to maintain a low troop-level and to underline such critical steps as economic reconstruction, a new Constitution and democratic elections.

The main result of that planning was to leave the strategic decision to in-theater Commanders. Even if the Pentagon issued the directive 3000.05 en 2005 (that insisted on the necessity for military institutions to prepare for stability operations and military support to stability operations) and the Quadriennal Defense Review in 2006 (that focused on irregular threats), it was a pressure directed to the services in order they adjust their doctrine and tactics. Put it simply, it was not a reconsideration of the political goals but rather an incentive for the military (and especially general Georges Casey) to seek other means in order to achieve the initial goals.

In both 2004 and 2005, general Casey (and his immediate superior, general John Abizaid) outlined a strategy that struggle to meet those objective with limited means and in front of a growing insurgency (and the incoming civil war). Hence a campaign plan and tactical directives that insisted on building Iraqi institutions through a top-down process.

It is not clear for Historians if the 2006 strategic review consisted in a conscient move by President Bush to lower the political goals. Meanwhile, the product was a significant departure from the previous approach. For the first time, the Administration sought to advance less ambitious goals and, more important, adjusted to domestic political pressure. Hence a strategy that moved goals, ways and means. The goal was to secure Iraq in order to ease the withdrawal process, the way was a political approach to reconciliate the various Iraqi actors and the means were new tactical and operational procedures embodied in the "counterinsurgency" word.

In a sense, the strategy moved from solving the Iraqi "problem" to easing the future withdrawal of troops. By focusing on more coherent, precise and less ambitious goals, the Bush Administration enhanced the strategic approach and allowed a more sophisticated campaign plan that focused on generating effects designed to shape audiences in Iraq and in the US.

The most important point here lies in defining issues: if Iraq was first depicted as an absolute issue, it has become a more realist one (that is, more aligned to real US interests).. Issue is thus a critical point for any strategic analysis that focuses too much on ways and means.

Update: that means that a strategy can be attrited both from above and from below (thanks to Jason Fritz).

  • From above: when issues are raised too high (that is, when they don’t match with real interests. For instance, toppling Saddam Hussein could make sense because of the WMD threats -that wasn’t- and in order to ensure oil flows from Iraq). For "artificial issues" to be met, political leaders must obtain a total mobilization of his Nation’s means. To do that, he must be able to ideologize his audience and ensure his definition of the issues to be credible enough. Another problem is met when artificial issues do not lead to credible ends: that is, issues are deemed as absolute but ends are either too vague or too irrealistic. For instance, "stabilization" means building institutions in the hope that democracy and free market (and all the "liberal" stuff) will emerge like Venus from the sea. Third, in expeditionary operations, it is more difficult to ensure the coherence between issues, their perception by the domestic opinion (and especially the political and military elites) and thus to achieve a sufficient level of means in order to reach the goals. Hence the perpetual dilemma in Iraq between presence and withdrawal into large bases. My hypothesis here is the fact that, in Iraq, issues were raised high in order to ensure public and international support to the invasion, but were not of critical importance for the political elite in the Bush Administration (except the fact that, once in war, it is difficult for any leader to accept defeat, thus leading to maintain the issues at a high level for a long time). Thus, political ends (a democratic Iraq) were left too vague and the military leaders had just to align with that goal with insufficient means.
  • From below: it is the case when political ends are not discussed and taken for granted. The main problem is to define how to meet those goals. If military leaders (as it is the case in expeditionary operations) are left on their own, they would have tendency to craft a strategy starting from the means at their disposal (meaning level of troops of course, but also those tactical procedures that seem to succeed). In Iraq, both military commanders (Casey and Petraeus) sought to design a strategy starting from the collection of tactics and operational procedures we call "population-centric counterinsurgency". If the political leader does not define his ends in a strict and coherent way, then that hypothesis would predict that Tactics (means) will lead the strategic process.

That implies a critical point: as a bridge, Strategy has to reconcile ends, ways and means. Normatively, a real strategy will have to be defined starting from above (the definition of ends). Those ends being the product of a political choice (resulting from a complex political process involving many actors), it’s not sure that they will match interests. More important, once decided, those ends will not be discussed nor criticized. Hence, a tendency to discuss means and ways rather than ends. In addition, in the case of  "limited wars" (that is, with little interests at stake, even if issues have been raised high by the political leader), there would be a tendency to define strategy starting from the context, and then the tactics and procedures available.

Guerre et paix: adaptations tactiques et innovations organisationnelles

Les thèmes de l’innovation, de l’apprentissage et de l’adaptation des forces armées américaines en Irak sont de ceux dont je traite depuis les débuts de l’aventure doctorale.

Il est en effet intéressant de chercher à comprendre pourquoi et comment les militaires américains ont su adapter leurs tactiques, bien avant la publication du FM 3-24, et pourquoi cette dernière publication n’a pas donné lieu à de profondes réformes internes à l’Army et aux Marines.

La littérature académique sur ce thème s’est surtout intéressée à l’innovation organisationnelle en s’intéressant aux processus hiérarchiques (top down) qui en sont la cause:

  • pour Barry Posen, les décideurs politiques imposent le changement lorsqu’ils perçoivent une modification dans le contexte international (vrai si l’on prend en compte le contrôle étroit exercé par Rumsfeld et les documents qui demandent de s’adapter aux "défis irréguliers" après le 11/09 et l’invasion de l’Irak: DoD Directive 3000.05, QDR 2006, etc.)
  • Pour Déborah Avant, les décideurs politiques sont les "patrons" des institutions militaires qui dès lors imposent des changements internes pour "coller" aux demandes externes, notamment sous la forme d’incitations à suivre une carrière adaptée (système de promotion): plutôt faux si l’on considère la contre-insurrection, plutôt vrai si l’on considère la Transformation
  • Pour Stephen Rosen, les décideurs politiques peuvent imposer une pression, mais l’innovation organisationnelle est le résultat de luttes politiques internes aux institutions (plutôt vrai si l’on prend le processus doctrinal: tant le FM 3-24, que les manuels "opérations" et "stabilisation", plutôt faux pour les réformes en profondeur que l’ajustement de l’Army et des Marines à la contre-insurrection aurait nécessité).

De fait, l’innovation organisationnelle n’est pas au rendez-vous, tandis que les adaptations tactiques sont indéniables. Il y a donc bien un processus indépendant qui s’est déroulé au sein des unités déployées en Irak. Ce processus a été organique et a été permis par les réseaux horizontaux de RETEX mais aussi grâce en partie aux débats qui ont agité la communauté de Défense des Etats-Unis depuis 2004.

Mon hypothèse est la suivante: innovation doctrinale et adaptation tactique ont été deux processus distincts (unis sans confusion, distincts sans être totalement séparés) qui ont opéré dans deux contextes différents.

  1. l’adaptation tactique est un processus de temps de guerre. Il a été rendu possible par la nécessité de "coller" au contexte et s’est déroulé en fonction d’interprétations données par les expériences collectives passées et par les débats propres à la communauté de Défense.
  2. l’innovation doctrinale est un processus de temps de paix. Il a fonctionné selon d’autres enjeux, essentiellement bureaucratiques et liés aux relations civilo-militaires.

Du coup, cela se comprend si on part du principe de cette distinction spatio-temporelle. Cela montre deux choses:

  1. l’Amérique n’a été en guerre que de manière rhétorique. Ou plutôt, comme il s’est agit d’une opération expéditionnaire aux marges de "l’Empire", la guerre menée n’a pas porté autant d’enjeux que ce qu’en disent les décideurs politiques. Les vrais enjeux étaient domestiques, et non liés à l’Irak.
  2. le rôle des médias et l’environnement informationnel est intéressant: plutôt que de rapprocher l’opinion domestique du théâtre, ces derniers l’ont bien plutôt éloigné. Les soldats américains faisaient la guerre, l’opinion publique américaine n’était pas en guerre.

On pourrait d’ailleurs élargir cette réflexion  à l’ensemble des guerres menées par les Etats-Unis depuis 1865 et considérer qu’à chaque fois, l’enjeu pour le décideur politique a été de pouvoir mobiliser la société en vue de mener la guerre "totale" qu’il décrivait….

Où l’on parle des femmes en unités de combat

Dans un article publié mercredi par le Marine Corps Times (qui n’est pas un organe officiel de l’institution, ni d’une association de ses membres), on apprend que les officiers et engagés volontaires féminines pourront accéder à l’Infantry Officers Course. Par conséquent, elles pourront commander et appartenir à des unités de combat.

Pour une institution telle que le Corps des Marines -dont l’image véhicule des stéréotypes machistes-cela peut paraître paradoxal.

Pourtant, la tendance s’affirme plutôt au sein des forces armées des Etats-Unis, du fait des déploiements en Irak et en Afghanistan. Ainsi, le Major Jane Blair a-t-elle raconté son expérience en unité de combat en Irak dans Hesitation Kills: A Female Marine Officer’s Combat Experience in Iraq.

Dans un article publié en mai 2001 dans le Washington Post, Jane Blair tentait de déconstruire les "mythes" entourant la présence des femmes au combat, devenant ainsi une célébrité aux Etats-Unis et s’attirant foudre et admiration de la part de ses anciens collègues.

 

La demande politique dans le sens d’une adéquation à la réalité des opérations en Irak et en Afghanistan est également très forte: en février, le Département de la Défense annonçait qu’il allait modifier laDirect Ground Combat Definition and Assignment Rule de 1994 interdisant aux femmes d’intégrer des unités de combat en-dessous du niveau du bataillon.

Cependant, les différents services s’adaptent plus ou moins facilement à cette demande. Le général Raymond Odierno, chef d’Etat-major de l’Army, répondait dans une interview le 16 octobre 2011 qu’il trouvait le rapport interne qui lui avait été proposé insuffisant: non seulement on devait ouvrir des postes d’officiers de renseignement en unité de combat, mais également leur proposer un rôle plus important. Au sein du Corps des Marines, la décision récente s’est prise dans un climat de division interne. Carlton Kent, Sergeant-Major of the Marine Corps (le sous-officier le plus prestigieux de l’institution) a même du circuler au sein des organes de formation pour apaiser les tensions.

Au-delà des questionnements simplistes (est-ce du politiquement correct? de la discrimination positive? ou alors une adaptation des règles et procédures à une réalité existante?) ou des polémiques sans fin sur les capacités des femmes au combat, un enseignement majeur concerne l’adoption de telles mesures apparemment contraire à la "culture" institutionnelle.

Il semble bien que, au-delà d’une volonté des décideurs militaires de répondre à la demande de leur "patron" (au sens d’une relation de patronage), il faille comprendre cette décision comme la résultante des mutations importantes connues par les institutions militaires à l’occasion des guerres en Irak et en Afghanistan. Il est fort probable que, comme le prédisait Thomas Ricks lors de la sortie de The Gamble en 2009, les effets de la présence américaine en Irak ne se fassent encore attendre, et de manière imprévue.

Publication: Sécurité Globale n°10

Enfin! Le numéro 10 de la revue Sécurité Globale éditée par l’Institut Choiseul vient de sortir.

Son thème: "contre-insurrection(s)". Son coordinateur: Georges-Henri BRICET DES VALLONS et votre serviteur.

Sommaire:

Dossier | Contre-insurrection(s)
Coordonné par Georges-Henri Bricet des Vallons
et Stéphane Taillat
-Contre-insurrection(s) : les forces armées occidentales à la croisée
des chemins
Stéphane TAILLAT
-Les mythes de la contre-insurrection et leurs dangers :
une vision critique de l’US Army
Gian P. GENTILE
-Les dilemmes de la doctrine de contre-insurrection américaine :
répétition, pertinence et effet
David UCKO
-L’expérience militaire britannique dans la province afghane
du Helmand (2006-2009)
Michel GOYA
-Contre-insurrection et « responsabilité de protéger » :
panacée ou supercherie ?
Christian OLSSON
-L’action intégrale ou la contre-insurrection à la mode colombienne
Jérôme CARIO, Antonin TISSERON

Pour le moment, ces numéros ne sont pas encore accessibles en ligne. Mais je recommande  de cliquer régulièrement sur le lien de l’Institut pour les mises à jour .

Je tiens à remercier les contributeurs qui ont accepté de me suivre dans l’aventure: Christian Olsson, Michel Goya et Antonin Tisseron (amicales salutations à Jérôme Cario aussi) pour le domaine francophone, le colonel Gian Gentile et David Ucko pour le domaine anglophone.

Et bien entendu, merci encore à Georges-Henri de sa disponibilité (il est également doctorant et je sais que c’est prenant), de son ouverture d’esprit et de sa gentillesse, vertu si rare de nos jours car perçue comme "faible".

Pacification?

Une des prétentions de la contre-insurrection orthodoxe américaine est de pacifier les populations ou les situations politiques contre un insurgé considéré comme criminel et violent.

(publié simultanément sur AGS)

ussoldiers_child_iraq

Pourtant, une analyse empirique de la situation en Irak nous montre qu’il est nécessaire de critiquer cette approche pour essayer de considérer ce qui est vraiment "pacificateur".

Sur un plan discursif, les doctrines occidentales actuelles considèrent que l’une des tâches centrales des forces armées est de contribuer à la pacification des violences et  à la protection des populations notamment dans le cadre de conflits qui sont de plus en plus définis comme des guerres civiles. Cela est surtout vrai pour l’Irak depuis 2006, mais également pour l’Afghanistan dès lors que le discours discriminant entre Taleban, Jihadistes et tribus devient dominant dans l’explication de l’origine des violences comme compétition politique interne attisée par des éléments étrangers (Al Qaeda).

Deux visions modernes:

Plus globalement, l’action militaire s’inscrit dans une opposition entre deux visions de ce type de guerre. La première considère que les parties en présence entretiennent une inimitié absolue du fait de leur altérité, source de leur divergence d’intérêts, voire de leur concurrence pour la survie. La solution est de s’interposer entre les factions. On peut ainsi comprendre le Plan de Sécurité de Bagdad ou la création des "communautés fermées" par les militaires américains en Irak. Bien entendu, la stratégie est plus complexe parce qu’elle reconnaît que des acteurs radicaux vont entretenir la violence d’une communauté contre une autre. Mais il n’en reste pas moins qu’il s’agit d’avaliser une forme de partition géographique entre les ethnies. En dépit des recherches empiriques ayant invalidé cette vue, elle n’en reste pas moins prégnante dans l’imaginaire politique et sécuritaire américain.

L’autre conception s’appuie sur les présupposés constructivistes pour faire de l’altérité entre les acteurs le produit d’une construction identitaire contingente. A la limite, ces différences ne seraient qu’une illusion, dans la lignée des courants de pensée monistes. Dans ce cadre, on peut placer les tentatives évoquées par les spécialistes américains de la COIN de changer les identités, voire de les nier. Même si cette position est minoritaire, elle n’en reste pas moins opérationnelle en Irak, comme le démontrent par exemple les volontés de création de forces armées qui seraient le creuset de la nation irakienne refondée. A noter également que la volonté néoconservatrice de créer un Irak sur le modèle américain ressort de cette logique.

Dans un certain sens, s’opposeraient ainsi ceux qui "démodernisent" les sociétés irakiennes ou afghanes (notamment autour d’un concept strict et idéalisé de "tribus") et ceux qui chercheraient à les "moderniser" en niant l’importance des communautés traditionnelles. Dans un cas comme dans l’autre, nous sommes bien en présence de la projection de nos catégories occidentales issues de la modernité libérale séculière. Ou, pour le dire encore autrement, il est possible de considérer les actions menées par les militaires comme calquées sur les "mythes" entourant la construction de l’Etat moderne pour ce qui concerne la gestion de la violence et de la force.

Or , il semble plus pertinent de se demander dans quelles conditions l’altérité est-elle construite comme inimitié. Bien souvent, c’est le fruit de la mobilisation de la violence ou de griefs réels ou perçus par des entrepreneurs politiques. Pour le dire rapidement, il est peu coûteux de s’appuyer sur le discours du  "nous contre eux". Il faut également prendre en compte le rôle joué par les acteurs extérieurs, ici les Américains et les Iraniens, dans la définition des groupes ethnoconfessionnels. Ce rôle peut être discursif (les déclarations politiques, les compte-rendus militaires voire les doctrines et analyses) ou même performatif (les actions militaires et politiques entrent pratiquement toutes dans cette catégorie). Bref, l’altérité ethnique ne crée pas la violence. C’est bien plutôt la violence qui, auto-entretenue parfois sur le mode mimétique, aggrave les clivages.

De la même manière, il faut comprendre que les groupes ethniques et sociaux existent bien en tant que communautés. Certes, leurs contours sont d’ordinaires plutôt flous et la plupart de leurs membres partagent un sentiment d’identité avec d’autres groupes ou ensembles sociaux. Il n’en reste pas moins que des spécificités culturelles forment ces communautés, et qu’elles sont renforcées, transformées ou affaiblies par les relations entre les personnes qui les composent. Il faut donc absolument éviter les deux écueils réalistes et postmodernes qu’illustrent par exemple les errements de nos discours et actes visant à légitimer la présence et l’action militaire occidentale "au sein des populations". En effet, nous pensons bien souvent que la légitimité va s’acquérir autour de la construction d’un consensus rassemblant des individus, alors qu’il faut également prendre en compte l’aspect des croyances politiques et de la médiation exercée par les communautés, que celles-ci soient hiérarchisées (comme c’est le cas en Irak) ou non (comme cela semble être plus le cas en Afghanistan).

Les pacificateurs:

Le terme de "pacification" ne doit pas être l’objet d’un contresens. Les actions militaires américaines et occidentales en Irak et en Afghanistan ne peuvent être assimilées aux destructions massives et aux punitions collectives entrevues dans d’autres conflits. On ne peut en effet dire que "l’ordre règne à Kaboul (ou à Bagdad)" de la même manière qu’il "régnait à Varsovie".

La séparation forcée ou négociée des parties, de même que la négation de ce qui peut éventuellement servir à les opposer, sont deux impasses. Rien ne dit en effet que la violence ne se nourrisse pas davantage d’une partition qui aura officialisé une différence vécue comme inamicale. D’autre part, le déni des communautés lorsqu’elles sont anciennement inscrites sur un territoire et dans une histoire ressemble autant à une "fausse paix".

Il est bon ici de s’interroger sur les murs de sécurité mis en place dans la capitale irakienne dans le cadre de la stratégie des "communautés fermées" à compter de janvier 2007. La rationalité de ces mesures a été largement éclairée par ses acteurs et trouve son expression la plus achevée dans ce schéma de David Kilcullen, l’un de ses architectes.

Source: David Kilcullen
Source: David Kilcullen

Il s’agit donc de protéger les communautés ethnoconfessionnelles à la fois contre les radicaux de leur bord et contre ceux de l’ethnie adverse. Le problème est le suivant: alors que la géographie de Bagdad (plutôt mixe dans l’ensemble) a justement été modifiée par les "nettoyages ethniques" entrepris par Al Qaeda en Irak dans les "ceintures" (en 2005) et par les milices extrémistes chiites en 2006, cette stratégie vise à renforcer ce mouvement. Comme le montre la série de documentairesréalisés par Gaith Abdul Ahad, correspondant du Guardian en Irak, la construction des murs a crée de nouveaux quartiers en redécoupant la géographie humaine de la capitale. On peut donc dire que la baisse des violences dans la capitale est passée par une stratégie biopolitique consistant à poursuivre la partition de la capitale irakienne, dans la droite ligne des discours du Vice-Président BIDEN sur la tripartition de l’Irak entier.

Les militaires ont néanmoins la possibilité d’être des pacificateurs si ils s’inscrivent dans une voie exigeante mais pourtant nécessaires, notamment à l’échelon interpersonnel et local, celui de la confiance et de la coopération. En effet, ces deux attitudes permettent de construire des ponts entre des communautés et de restaurer une vision pacificatrice du sentiment identitaire (trop souvent réduit par une certaine vulgate à un "repli frileux"). Il s’agit pour cela de comprendre  que les causes de la violence ne sont pas externes (c’est à dire liées à une inimitié éternelle entre "dominants" et "dominés" comme dans le cas des Chiites et des Sunnites par exemple) mais bien internes (la violence provient de la manière dont j’interprète l’attitude de l’autre comme hostile ou inamicale). Et que des facteurs extérieurs peuvent conditionner la manière dont cette violence va éclater et se manifester. A ce titre, les haines interconfessionnelles en Irak sont à mettre sur le compte de deux visions concurrentes du monde, celle des Américains pour qui il y a eu des "mauvais" Sunnites et des "bons" Chiites, et celle des jihadistes pour lesquels le "Perse" est l’ennemi héréditaire de l’Arabe. Le tout sur fond de vide du pouvoir, d’écroulement de la structure politique et de compétitions pour le pouvoir.

Ce qui signifie que la contre-insurrection orthodoxe américaine crée davantage d’opportunité de violence que d’opportunité de pacification, dès lors qu’elle voit l’insurrection comme un corps étranger et illégitime pour la population. A ce titre, l’asymétrie galulienne (l’insurgé détruit là où le contre-insurgé construit) vaut certainement le mimétisme de Trinquier (les deux concourent pour le "prix" du contrôle de la population).

Agir sur les causes de la violence impose donc non seulement de déconstruire les discours "sécuritaires" comme nous y invitent les tenants des principes "critiques" des études de sécurité (et donc de dénoncer les "entrepreneurs politiques" et autres "seigneurs de guerre"). Mais également d’agir pour préserver les communautés en tant qu’ensembles relationnels, sans les figer dans une configuration particulière. Et dans un deuxième temps, il est également nécessaire de bâtir des "ponts" entre les communautés, les groupes et les factions. Ce peut être fait autour de projets communs (la reconstruction des infrastructures, la réconciliation politique) mais surtout par les relations interpersonnelles.

C’est là que l’Irak et l’Afghanistan diffèrent. Si la "guerre civile" a été en quelque sorte une "divine surprise" pour les Américains en leur permettant de s’interposer et de réconcilier (même si cela est passé par la permanence d’un discours ethniciste) pour le premier cas, il n’est pas sur que la compétition entre Taleban et militaires occidentaux ne soient pas insurmontables. En effet, comment protéger et pacifier lorsque l’on est soi-même producteur de la menace ?

"Débarrassé de l’illusion de sa propre rationalité, il ne reste [à la modernité libérale] que le pouvoir brut, mais tout le pouvoir" (John MILBANK)

"Nous vivons dans les ruines des moralités passés (…) Dans les ténèbres qui nous entourent déjà" (Alasdair McINTHYRE)

"Le royaume pacifique (…) n"est pas fondé sur la reconnaissance de notre moralité humaine commune, mais sur notre fidélité à être la communauté pacifique qui ne craint pas nos différends" (Stanley HAUERWAS)

Rupture ou continuité

Deux discussions et nouvelles plutôt intéressantes concernant les deux derniers commandants en chef américains en Afghanistan, Stanley McChrystal et David McKiernan (la mafia des écossais-américains a frappé fort dans la promo 1976 de West Point).

Le premier est un débat fort passionnant lancé par The Security Crank, blog que je recommande vivement pour prendre de la distance avec le conformisme croissant de la blogosphère COIN US (j’aime bien Andrew Exum, mais il a parfois du mal à discerner entre la recherche de la vérité et les impératifs de ses patrons du CNAS). Selon lui, le limogeage de David McKiernan, plutôt incompréhensible si l’on considère qu’il est le premier commandant de théâtre limogé dans le cadre de ses fonctions opérationnelles depuis McArthur en 1950 et si on compare son bilan avec ceux de Ricardo Sanchez ou de George Casey en Irak, est du à son absence de réseau au sein de la classe politique américaine couplée à ses réticences face à une guerre par milices tribales interposées défendue entre autres par le CNAS. L’auteur anonyme du blog démonte avec vigueur le "mythe McKiernan" (équivalent afghan de la "narration Petraeus") et adresse au passage un coup de griffe bien ajusté aux adorateurs du Powerpoint en lieu et place d’ordres donnés clairement "face au terrain" (ou via le traditionnel OPO résultant d’une bonne MEDO). Un papier fort stimulant pour qui veut comprendre les dessous politiciens des changements de stratégie à Washington et les défauts inhérents à la "culture technique" de nos amis américains.

Le second est un article de Noah Schachtman (Danger Room) qui montre que la stratégie dont il est question est bien plus complexe que celle que l’on nous a présenté à longueur de temps depuis les débats McChrystal/Biden de cet automne. Pour faire bref, les attaques ciblés par drones auraient connu un pic depuis la prise de commandement du général Américain. L’explication paraît simple: mieux vaut restreindre les frappes aériennes qui risquent de provoquer des dommages collatéraux et user des bonnes vieilles méthodes d’assassinats ciblés. Ou comment mêler le contre-terrorisme propre à l’officier des Forces Spéciales à la contre-insurrection "orthodoxe" définie par le CNAS.

copyright: Noah Schachtman

Le hic: c’est que le rapport de l’ONU sur les pertes civiles en Afghanistan a démontré que celles-ci n’avaient cessé de croître dans l’automne 2009. Forcément, tout dépend du renseignement que l’on a obtenu sur les "cibles de haute valeur". Comme on peut s’en douter, l’imprécision et les incertitudes de celui-ci peut conduire à des erreurs, qui accroissent en retour les pertes si l’on use plus fréquemment d’un outil que l’on juge, à tort ou à raison, plus sur et plus éthique. Pour faire bref: on croît que l’on va faire moins de dégâts, alors on utilise plus. Or, la marge d’erreur contenue dans toute appréciation humaine non habituée à pratiquer l’antique vertu de prudence (à ne pas confondre avec la pusillanimité) reste tout aussi élevée.

Propulsé par WordPress.com.
Thème Esquire.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.