Asymmetrical vs. Irregular

The concepts of « asymmetrical » and « irregular » wars tend to be blurred and used as if they depicted the same reality. Of course, I do not believe that reality can be encapsulated in mere concepts, and thus I propose both to draw a conceptual line between those two notions and to examine what we can learn from them about contemporary war and warfare.

Let’s begin by the notion of  « asymmetrical war ». It is often use to depict a conflict in terms of different means. That is, asymmetry here suggests a huge imbalance between belligerents, one being the « strong » and the other the « weak ». Much has been written about that notion and its explanatory power in order to predict outcomes in such conflicts. But, in order this notion to be analytically useful, one has to take into account a broader and deeper view of what « asymmetry » means.

  1. rather than speaking of means, one should instead insist on asymmetrical tactics: in such conflict, one side uses terrorism or guerrilla, instrumentalize the media and information in order to subvert the rules tying the « Strong » and to get around the latter’s « strenght ». Furthermore, the « Weak »‘s organization and structure seems better adapted to the battlefield than the « Strong »s ones.
  2. the asymmetry is much deeper when looking at military objectives. One side may only achieve not to lose while the other has to win in order to complete his goals. That point is highlighted in David Galula’s work: the counter-insurgent must build while the insurgent may only destroy. Of course, in case of civil wars -where both parties seek to gain power- there is much of a zero-sum game, meaning that asymmetry being not the core of the concept’s essence.
  3. finally, there exists a third level in which asymmetry can be observed: that of the issues at stake, and the subsequent strategies that follow from them. In many instances, the « Weak » is engaged in « total war » (with absolute issues) through an attrition strategy while the « Strong » (especially in the case of foreign interventions) has less important issues at stake (because of the theater’s peripheral characteristic).

That notion seems relatively objective but is difficult to apply to any situation in which there is one « Weak » and one « Strong ». The most important insight gains from this analysis relates to what it teaches us about the ontological difference between the two belligerents.

And that’s how it also relates to the concept of « irregularity » in war. Of course, the significance and the meaning of that concept cannot be separated from their historical context. By « irregular » war, I would mean a conflict in which the two following criteria are met:

  1. one actor uses tactics and technics deemed « non-conventional » with regards to the « Law of Armed Conflict » or the broader customs of warfare.
  2. one actor is not represented by a legitimate entity (meaning here a State).

Whereas these two criteria appear as objectives at a first glance, in reality they are not. « Irregularity »  indeed implies a normative aspect, by which an actor (usually the Western/Modern one) sees the other as « illegitimate ». It is thus deeply rooted in the Modern conception of the State as the sole actor who has the legitimacy to use force and the monopoly on its means.

As normative, that category has many implications in the conduct of war. First, because not seeing the adversary as a legitimate actor (as it in the case of the classic Jus Gentium) tends to forget that he pursues political objectives. Rather, the adversary is considered as a criminal which uses political violence but is not waging war.. Remember: we don’t negotiate with terrorists (but what for political organization that seek to achieve their political goals using terrorism as a tactic?)

Second, because if the adversary is seen as a criminal, there’s sufficient reason to use every means at disposal in order to maintain order. In this case, it is even possible not to speak of « war », but rather of « events », « intervention », « stabilization », « peace enforcement » and so on.. If war is a dialectical interaction between two actors seeking to achieve their political goals, then facing an « irregular » opponent is not war.

Third because relying on the use of force while dismissing the opponent’s political goals creates a risk to rise to extremes. Whereas it is important to remember that negotiation and peace is the ultimate step in a war, it would not be the case if the opponent’s legitimacy to resort on coercion is not properly recognized. Furthermore, relying on brute force in order to suppress the irregular enemy means that it is seen as an « Enemy » in a Schmittian sense. This « depoliticization » process put at high risk the society on which that war is waged in that that does not allow to recognize proper goals and motives for the population when it sides with the insurgent. Of course, if the « Enemy » is a criminal against which every means is necessary, that would also lead to a strategy of annihilation.

To sum up, « irregular » seems much more tailored as a sociological framework to study today’s conflict while « asymmetrical » is more about the strategic dynamics between two belligerents. However, it seems to me that those two concepts do not fit well with several case studies, and do not include « civil wars » for instance.

In short, those two concepts are not highly relevant analytic tools. Those are mere ideal-types that tell us more about the way we define what is war in a normative way. Nevertheless, they are inscribed in the power relation that characterizes today’s international relations. Dario Battistella’s « hierarchical wars » concept show us how the distribution of power among actors (and mainly States) functions in a dual dimension: a material dimension (in which the US has a huge comparative advantage) but also a normative dimension (that allows democratic states not only to avoid war with each others but also to legitimate « intervention » against smaller or non-legitimate actors). As such, « irregular » and « asymmetrical » characterize the mainstream way of defining what is a legitimate actor and what is not (while this move is not unchallenged both a the domestic and the international levels) and reveals us the normative dominance of western countries and especially the United States. But, as they have strategic and ethical implications, their analysis should not be dismissed and should lead to a careful examination of our perceptions of both « war » (as a social and political activity) and « enemy » (as a social actor’s will using force to pursue its political goals).

La guerre est belle?

Lorsque l’on étudie la guerre, comme historien, politiste ou sociologue, il n’est pas rare que revienne le même leitmotiv: « mais au fond cette guerre, tu l’aimes! ». Etre soupçonné de l’aimer n’est d’ailleurs pas le pire: on peut être accusé d’être dans un camp ou dans un autre, voire de souhaiter et vouloir la guerre… Sans la guerre, qu’aurais-je à étudier? Et puis, il y a tous ceux -tout aussi nombreux- qui ne comprennent pas: comment un  homme éduqué du XXIème siècle, vivant en paix et dans un continent relativement pacifié, peut-il étudier cette relique du passé, ce signe de la barbarie de nos ancêtres?

Et pourtant. Après près de 6 années à étudier l’action des militaires américains en Irak, à disséquer la politique étrangère et la stratégie américaines (des couloirs de la Maison-Blanche à Fort Leavenworth, des rues de Bagdad aux cieux du Yémen), je ne peux souscrire à aucun de ces deux constats. Bien au contraire: si je n’aime pas la guerre (comment le pourrais-je?) et encore moins la souhaiter, je ne crois pas non plus qu’elle est une anomalie.

D’ailleurs, je ne peux non plus me résoudre à parler de LA guerre. Pour moi, cela reviendrait au même résultat qu’une analyse trop technique et froide (celle à laquelle a failli me conduire de prendre au sérieux le postulat selon lequel l’étude stratégique devait être « axiologiquement neutre »): cela déshumaniserait encore un peu plus les personnes et les groupes qui la font et parfois (souvent, trop souvent) la subissent. Alors bien sur, je crois qu’il est possible de porter un discours rationnel sur la stratégie, sur les caractéristiques d’un conflit. Je crois même que l’on peut le faire sans pour autant abandonner ni son humanité (sa sensibilité notamment), ni ses convictions politiques ou philosophiques.

J’ai suivi beaucoup des hommes et des femmes qui ont fait les guerres des dix dernières années. Pour certains, cela est passé par un contact personnel, et un petit nombre a même accepté de me confier ses craintes, ses doutes, ses motivations, ses joies et ses peines.  Pour la plupart, mon observation a été indirecte, et je les ai vu évoluer de loin, sans les connaitre personnellement, mais cherchant toujours à m’identifier à eux, à les comprendre sans les juger. Cette approche a été la même pour ceux qui ont décidé et mené ces guerres, notamment en Irak. J’ai pu m’apercevoir à quel point l’hypothèse d’une moindre transparence de la réalité guerrière me semblait devoir être vérifiée: en dépit de la couverture médiatique, de l’afflux d’informations, des témoignages nombreux, les conflits restent enveloppés d’un voile d’incertitude. Bienheureux voile qui empêche nos contemporains d’en savoir trop.. Du moins était-ce ma conviction profonde au début de ce travail.  Avant de prendre conscience que ce voile était instrumentalisé, qu’il était levé ou abaissé selon les intérêts politiques des décideurs ou d’autres acteurs, sur lesquels je me suis d’ailleurs efforcé de ne pas porter de jugement. Oui, on rend bien visible ou invisible les aspects des conflits que l’on veut montrer ou cacher. Et l’illusion du tout-médiatique et le culte (pour ne pas dire: l’idolâtrie) de la transparence nous masquent ce phénomène.

Aimé-je la guerre? Et bien, j’ai appris surtout à y voir une réalité humaine.. Humaine jusque dans ces aspects que l’on juge inhumains. Je regrette ne pas avoir pu me rendre en Irak et y rencontrer des Irakiens. Je l’ai fait indirectement et je crois ne pas avoir oublié que je traitais d’hommes et de femmes. Ainsi, on peut s’enthousiasmer aux récits héroïques, s’indigner des actes terribles qui s’y commettent, pleurer au martyre d’hommes, de femmes et d’enfants, victimes d’une violence que d’aucuns disent « aveugle » (mais qui répond bien souvent à une logique instrumentale), s’émouvoir aux plaintes et aux souffrances, y compris de gens que l’on ne connait pas personnellement. Je ne crois pas « aimer » cela: qui le pourrait? Disant que cela fait partie de notre humanité, je ne crois céder ni au cynisme, ni à la désillusion, ni à la fatalité. On peut, par empathie, se confronter au désarroi et à l’incertitude, à la peur et au courage, à l’amour et à la méfiance.

D’ailleurs, je ne céderai pas non plus à la facilité de dire qu’étudier les guerres doit permettre de les éviter à l’avenir. Je reste convaincu que le conflit peut toujours être évité, mais je ne suis pas naïf: les guerres n’opposent pas les « bons » aux « méchants », et elles restent un outil par lequel le pouvoir est exercé. Cela aussi est humain. Et ce qui est humain est à la fois grand et vain: ne pas y chercher la perfection ni l’ordre me semble être de la plus élémentaire sagesse.

Reste l’accusation de perpétuer par son étude la barbarie du passé. Ole Waever a tenté de montrer comment les Nations Européennes avaient tenté de changer leur identité par opposition à leur passé (ce qu’il appelle « Temporal Othering »). Et beaucoup sont ceux qui pensent que l’Europe est un oasis de paix et de sécurité dans un monde brutal, voire un chemin tout tracé allant dans le sens de l’Histoire. Etudier les conflits et la guerre devraient nécessairement passer par une déconstruction systématique afin d’en désamorcer les aspects négatifs et archaïques. A ceux-là, je rappellerai les mots que Lucien Jerphagnon employait pour railler le « présentisme » des historiens traitant avec mépris l’irruption des « religions orientales » dans l’Empire Romain au IIIème siècle après J-C:

« Beaucoup [des citoyens de l'Empire] croyaient entrevoir là un éclair d’espérance dans une vie difficile et qui doit un jour prendre fin sans qu’on en sache plus long. Il est certain que de nos jours, on appréhende les choses différemment: les angoisses sont solubles dans la science, théorique ou appliquée. On ne verra sans doute dans tout cela, confondu dans le concept complaisant de mysticisme, qu’illusions nées de l’incurable narcissisme de tout individu, aliéné par l’économique et mangé de névroses dès les premiers jours de l’enfance. On sait et on fait aujourd’hui tant de choses! Lassés d’interpréter le monde, les hommes s’affairent, dit-on, à le transformer. Dans notre ciel mathématisé, les étoiles ont perdu leur mystère. Elles ne sont plus que des cailloux et des gaz; on sait pourquoi elles brillent, et on peut calculer leur distance, selon des mesures dont les Anciens n’avaient aucune idée. Plus rien ne nous fait signe dans le cosmos: le monde est à la mesure des hommes. Nul ne semble en demander plus qu’un maximum de bien-être pour le temps, statistiquement calculé, de son « espérance de vie ». Pourtant, aucune époque ne ressemble à une autre, même à l’intérieur de ce que nous appelons un peu vite « l’Antiquité ». A Rome même, il y eut des temps où dominait l’absence d’espérance. Les hommes s’y résignaient avec un sourire méprisant ou subtilement ironique. Catulle l’avait écrit en des vers admirables, qu’on apprenait peut-être encore dans les écoles au temps des Sévères: « Les soleils se lèvent et se couchent. Pour nous, quand une fois sera tombée la brève lumière, il n’y aura plus qu’une longue nuit qu’il nous faudra dormir toujours ». Mais contre toute attente, voilà que s’étaient levés d’autres temps, et l’on ne pouvait décidément se résoudre au non-sens. On cherchait autre chose du côté des cieux et des enfers. Mépriserons-nous ceux qui, dans ces extases un peu inquiétantes, ont cru voir s’illuminer un instant la longue suite de leurs jours, et l’interminable nuit qu’il leur restait à dormir? Qui peut dire de quoi nos lendemains seront faits? »

Je ne réclame rien de plus que l’indulgence de mes lecteurs.

« 

Drone strikes (2)

Drone strikes

Sur le plan stratégique et militaire, le mandat du président Obama restera certainement marqué et caractérisé par l’utilisation des drones. Plusieurs ouvrages parus récemment aux Etats-Unis ont insisté sur ce point et sur les guerres « secrètes » menées par l’administration américaine au Pakistan, au Yémen et en Somalie. De ces récits, solidement informés et bénéficiant de sources parfois issues de « fuites », émerge un président à la fois soucieux de respecter ses buts politiques et ses principes moraux et engagé dans une lutte sans merci contre Al-Qaïda et ses « filiales ». Les aspects éthiques, couvrant les luttes politiques internes aux Etats-Unis, ont fortement dominé les débats au détriment d’autres questions portant sur le processus décisionnel américain, sur la pertinence tactique et stratégique de ces frappes ainsi que sur les caractéristiques de ces « guerres de l’ombre ».

Une inflexion stratégique:

Avec près de 280 attaques de drones pour le Pakistan seul, la période Obama surpasse de loin celle de son prédécesseur (à qui on impute près de 50 frappes). En effet, la politique étrangère poursuivie par le président cherche à réconcilier le monde arabo-musulman en réduisant (ou en retirant) la présence militaire américaine en Irak et en Afghanistan. Par ailleurs, il s’agit d’abandonner la rhétorique de Georges Bush sur la « guerre à la Terreur » (devenue « guerre contre Al Qaïda et ses affidés » dans la logique des « guerres accidentelles » inspirée de David Kilcullen). Le nouvel objectif est ainsi défini le 1er mars 2009: « démanteler, perturber et défaire Al Qaïda en Afghanistan et au Pakistan ». Bien entendu, ce but est étendu à l’ensemble des groupes se réclamant ou rattachés à AQ, tels que les Shebabs en Somalie, Al-Qaïda dans la Péninsule Arabique au Yemen, les Tehrik-e-Taliban (TTP ou Taliban Pakistanais) ou le Réseau Haqqani au Pakistan.

Dans cette optique, l’usage des frappes de drones peut être considéré en première instance comme une utilisation sélective de la force. C’est à dire qu’elle repose sur une violence maximale mais restreinte pour ne détruire ou endommager que l’adversaire.

Néanmoins, il faut relever deux illusions quant à leur efficacité tactique et leur capacité à accomplir les objectifs stratégiques:

  • leur précision n’est évidemment pas absolue, aussi bien du fait de l’environnement de la cible que de l’identification souvent hasardeuse de cette dernière (d’où l’usage par la CIA des signatures strikes, c’est à dire de frappes contre des individus ou des groupes présentant les « caractéristiques » des « terroristes »).
  • leur utilisation dans le cadre d’une stratégie de coercition par décapitation ou par intimidation semble avoir aliéné une grande partie des populations, ou suscite en tout cas des résistances politiques de la part des sociétés ou de certaines élites.

De ce fait, on ne peut nier l’efficacité des drones dans l’élimination du leadership d’Al Qaïda et des organisations ciblées, mais à  un coût politique qui ne prouve en rien l’avantage de ce moyen sur d’autres plus conventionnels. Par conséquent, si à court terme on peut constater l’affaiblissement d’Al Qaïda, on peut craindre que cette tactique ne nuise à moyen ou à long terme aux objectifs de politique étrangère du président.

Ce qui pose la question des intérêts et enjeux pour l’administration américaine: ne s’agit-il pas de poursuivre une stratégie destinée avant tout à persuader l’opinion publique américaine que les guerres coûteuses et sanglantes de l’ère Bush sont terminées?

L’arbre qui cache la forêt?

D’autre part, il faut être conscient que les drones ne sont que la partie émergée de l’iceberg que sont les « guerres de l’ombre ». Sans rentrer dans le discours scientifique postmoderne sur la « visibilité » de la guerre, on peut effectivement constater que la croissance des médias et la sophistication des moyens de communication ne rendent pas pour autant plus transparents les conflits contemporains.

De ce fait, disséquer les opérations « secrètes » ordonnées par l ‘administration et menées par les forces armées américaines et la CIA révèle bien plus que la focalisation sur les drones. En effet, même au Pakistan -où l’administration a du promettre de restreindre la visibilité de la présence américaine- les groupes de poursuite de la CIA (Counterterrorism Pursuit Teams) et les unités du Joint Special Operations Command sont largement présentes. En Somalie, des AC-130 Gunship apportent un soutien aérien aux forces kényanes et éthiopiennes, tandis que missiles de croisière et même des tirs d’artillerie navale participent à la lutte contre les Shébabs.

D’autre part, les opérations militaires en tant que telles sont inscrites dans une stratégie globale concernant ces trois théâtres: guerre par « procuration », soutien financier et assistance technique aux forces armées locales, effort global de contre-insurrection en soutien du « gouvernement-hôte ». Plus largement, dans le cadre de la lutte contre les actes terroristes, la stratégie de « nouvelle dissuasion » élaborée depuis le 11 Septembre comprend un large éventail de tactiques, qui vont du sabotage des réseaux Internet au financement de l’enseignement et de l’instruction dans nombre de pays, en passant par le démantèlement des organisations insurgées et terroristes en ciblant leurs « noeuds ».

La centralisation du processus de prise de décision:

Le principal effet de l’usage des drones est de concentrer encore davantage le processus décisionnel entre les mains du président. En effet, les divisions quant aux stratégies et aux tactiques à adopter vis à vis d’Al Qaïda et des mouvements qualifiés d’extrémistes sont extrêmement nombreuses. La fragmentation n’est pas seulement bureaucratique mais aussi individuelle. La focalisation sur les drones a permis à Obama de passer au-delà des querelles de chapelles, tout en laissant ces dernières se dérouler au sein du Pentagone, de Langley ou de l’Aile Ouest de la Maison-Blanche.

Dans un premier temps, Obama a réussi à coordonner la CIA et les militaires non pas en leur imposant une division du travail (les opérations spéciales au JSOC et les frappes de drones à l’Agence) mais en mêlant leurs compétences et leurs sphères d’activité. Cette mise en concurrence a été doublée d’une volonté de fusionner davantage les intérêts politiques et les cultures bureaucratiques des deux institutions. La nomination de Leon Panetta -ex-directeur de l’Agence- à la tête du Pentagone et celle de David Petraeus à la tête de la CIA n’en est que l’illustration la plus visible. Ce mode de gestion compétitif se retrouve également entre les principaux conseillers du président et jusqu’aux experts juridiques du Pentagone et de l’Agence chargés de valider ou non la « légalité » des frappes.

Dans un second temps, la centralisation du processus décisionnel a été accentuée à l’extrême puisque le passage en revue des cibles et l’autorisation de les frapper relève du seul président, entouré de John Brennan (son conseiller au contre-terrorisme) et du général Cartwright -ancien n°2 du Comité des Chefs d’Etat-major. On sait depuis peu l’importance des réunions du comité contre-terroriste du mardi dans la mise en place de kill-lists et l’importance qu’apporte Obama à autoriser lui-même les cibles. Toutefois, cette centralisation ne va pas sans les réticences bureaucratiques d’usage. Tout d’abord parce que le président a finalement cédé à la CIA quant aux signature-strikes (rebaptisées TADS pour terrorists-attack-disruption-strikes) après une forte réticence dans la première année de son mandat. Il n’a pu non plus s’opposer à la tactique consistant à cibler aussi les secours après une première frappe. Il en est de même avec les militaires qui ne peuvent frapper que des cibles individuelles et positivement identifiées mais qui n’ont cessé de vouloir élargir le théâtre des frappes aux alliés supposés d’Al-Qaïda (sans toujours tenir compte des rivalités internes aux organisations).

Par ailleurs, cette centralisation a un coût: coût moral puisque le président se retrouve à décider de la vie ou de la mort de personnes sur la base de renseignements qui ne sont pas absolument parfaits (outre les erreurs politiques qu’il peut y avoir à tuer de potentiels alliés, il faut noter que les civils représenteraient 17% des décès dus aux drones). On sait en revanche que le président a montré de l’obstination dans la traque de Anwar Al-Awlaki, le chef d’AQAP par ailleurs citoyen américain.  Coût politique surtout puisque, en dépit du bénéfice qu’il y aurait à montrer de la détermination pour répondre aux accusations de l’opposition Républicaine, c’est bien le président lui-même qui devient responsable de cette stratégie, de ses succès (la mort de Ben Laden ou celle du n°2 d’AQ) mais aussi de ses échecs. A ce titre, on peut d’autant plus parler des « guerres d’Obama »: non plus seulement les guerres qu’il doit mener par « nécessité » (ou pour gérer le lourd héritage de son prédécesseur) mais également celles qu’il mène seul dans le Bureau Ovale.

Or, outre les réticences internationales (Navi Pillay, haut-commissaire des Nations-Unies aux réfugiés, n’a pas hésité à affirmer que les attaques par drones posaient de sérieuses questions quant au respect du Droit International Humanitaire), il faut prendre en compte à la fois les risques locaux (l’aliénation des populations, l’instrumentalisation des frappes de drones par les élites et régimes locaux) et domestiques (les défenseurs des libertés fondamentales et les opposants à la guerre en Afghanistan se retrouvent pour condamner l’administration sur ce point). Plus grave: si Obama doit pouvoir donner des gages à l’opinion publique et aux élites politico-militaires américaines, il sera plus difficile de le faire avec les militaires eux-mêmes.

Conclusion: le secret, la bureaucratie et la guerre au XXIème siècle

L’essentiel des débats « critiques » ou « favorables » sur les frappes de drones porte sur le coût politique moindre de cette tactique: en effet, autant pour leur effet de précision et de portée que par l’absence de pilote embarqué, les plates-formes rendraient l’usage de la force -et partant le déclenchement des opérations militaires- plus aisé pour les décideurs politiques.

Or, outre que ce discours a déjà été tenu à la grande époque de la RMA ou de l’Airpower, il faut retenir que les frappes de drones et les soit-disant « guerres secrètes » (qui s’étalent en pleines pages dans les journaux nationaux) reflètent une autre tendance des guerres contemporaines, surtout pour les démocraties. Si, selon l’adage des théoriciens de la « Paix Démocratiques », les démocraties ne se font pas la guerre, elles usent sans hésiter de la force contre des dictatures ou des acteurs non-étatiques (qui n’ont à leurs yeux aucune légitimité à faire de même). Ces guerres hiérarchiques sont une composante majeure de l’analyse des relations internationales contemporaines.

Il n’en reste pas moins que peu d’études ont été menées sur les raisons pour lesquelles ces conflits sont déclenchés et rendus possibles, dans des sociétés réputées « post-héroïques » et hostiles au risque. Le cas de l’administration Obama dévoile un coin du voile: c’est la culture du secret (savamment entretenu ou agité comme un chiffon aux yeux des médias) et la sophistication des bureaucraties (ainsi que leurs rivalités) qui ont permis cette évolution vers un usage quotidien et brutal de la force…

Si l’alliance entre le secret et l’utilisation de la violence sélective n’est en effet pas neuve, ce n’est pas le cas de leur inscription dans une culture bureaucratique et politique au sein d’un système démocratique. Le secret y est en effet à double-tranchant: il permet de mener des opérations militaires ou clandestines, mais il expose les décideurs politiques à leur responsabilité. Sans compter que, dans le cadre d’une bureaucratie complexe et en constante rivalité, le secret peut devenir un obstacle cognitif majeur à l’origine de nombreuses erreurs. L’auteur de ces lignes n’a pas partagé l’enthousiasme plus ou moins général à l’élection d’Obama. Mais il faut reconnaître au président américain une force de caractère et un pragmatisme hors du commun.

Sources et données:

Les données compilées par le Bureau of Investigative Journalism

Les données de la New America Foundation: sur le Pakistan, et sur le Yémen.

L’ouvrage de David Sanger, Confront and Conceal: Obama’s Secret Wars and Surprising Use of American Power

L’ouvrage de Daniel Klaidman, Kill or Capture: The War on Terror and the Soul of the Obama Presidency

Many thanks to Adam Elkus for his incisive and brilliant thoughts on that question: you can visit and enjoy his blog here. He’s also a contributor to Andrew Exum’s Abu Muqawama weblog.

Afghanistan: quelques réflexions tactiques et stratégiques

Note: ce billet se veut une réponse un peu approfondie à une question posée sur nos tactiques en Afghanistan, et notamment l’opportunité ou non d’un « Plan Challe » revisité. Merci à Guillaume Ménager.

En réalité, le choix d’une tactique obéit à l’interaction entre trois impératifs:

  1. celui du contexte et de la tactique ou stratégie ennemie
  2. celui des moyens dont on dispose
  3. celui de l’objectif militaire que l’on s’est fixé afin d’atteindre le but politique

Dans le cas de l’Afghanistan, la tactique choisie ne peut prendre en compte la suppression de l’adversaire (c’est à dire sa neutralisation et sa destruction définitive). Pour plusieurs raisons:

  • un problème de moyens: le faire nécessiterait un contrôle étroit du territoire et de la société afghane, et donc une véritable conquête militaire calquée sur la « pacification »
  • un problème stratégique: mettre en équivalence la destruction des Taliban/insurgés et la victoire militaire suppose que tel est effectivement le but poursuivi. Outre que cela ne résoudrait qu’en partie la « question afghane » (laquelle est aussi celle d’un Etat défaillant et d’une société en pleine révolution depuis plus de 30 ans), un tel objectif n’est de toute manière pas celui qui a été retenu par les décideurs politiques, notamment américains.

En effet, si Obama a fait campagne sur le thème de l’Afghanistan comme « guerre de nécessité » qu’il se promettait de remporter, sa position a évolué. A tel point que l’on peut se demander (de manière rhétorique) si son objectif n’est pas aujourd’hui davantage un retrait (qui permettrait de garder une présence résiduelle aux portes du Pakistan, véritable enjeu de la région pour son administration).

En d’autres termes, la question n’est pas d’abord celui du choix tactique, mais bien du choix politique: qu’est-ce que « gagner » veut dire? Dans le cas de l’Afghanistan -et en acceptant que le cours de l’Histoire n’ait pas déjà été fortement infléchi par les décisions antérieures- nous aurions trois réponses:

  • éliminer les Taliban ou les empêcher de se réimplanter en Afghanistan
  • construire un Etat stable et démocratique
  • éviter de rester pour l’Histoire un nouveau Lyndon Johnson

Et  il semble bien que ce troisième but soit celui finalement retenu. Dès les débuts de sa réflexion sur l’Afghanistan (mars 2009), l’Administration Obama a été hantée par la peur d’un nouveau Vietnam et par la figure de Lyndon Johnson (Obama a même invité à dîner à la Maison-Blanche les historiens américains ayant le plus travaillé sur ce prédécesseur, son processus de prise de décision et ses « erreurs »).

Mais ce revirement n’est pas seulement du à la hantise du Président: il reflète aussi la hauteur des enjeux que représente la stabilisation de l’Afghanistan pour les Américains. Non plus déconnectés des intérêts des Etats-Unis, mais bien plus réalistes. Disons-le, l’Afghanistan n’a aujourd’hui d’intérêt que dans la mesure où:

  • c’est un point de passage éventuel pour les hydrocarbures évacués de la Mer Caspienne
  • sa stabilité relative peut éviter d’en faire un sanctuaire pour Al Qaïda
  • il s’agit d’empêcher la perte de contrôle de son arsenal nucléaire en plein développement par le Pakistan
  • le conflit est un lourd héritage à gérer et jouera un rôle dans le bilan du président sortant.

Au final, l’objectif militaire (« démanteler, perturber et défaire Al Qaïda au Pakistan et en Afghanistan ») ne demande ni le maintien d’une force d’occupation/stabilisation, ni la mise en oeuvre de tactiques de quadrillage et de ratissage.

 

Il n’en reste pas moins que risque d’émerger une incompréhension croissante avec les acteurs sur le terrain (c’est à dire les militaires). En effet, après leur avoir présenté la lutte contre les Taliban et la reconstruction de l’Etat Afghan comme des enjeux vitaux (pour lesquels tous les moyens doivent être mobilisés, ce qui suscite logiquement une perception des Taliban comme des ennemis absolus qu’il faut détruire), le fait de relativiser ces enjeux peut devenir source d’amertume et de rancoeur (car, à quoi bon tant de morts et de sacrifices?)… Si les décideurs politiques ont souvent à coeur de se concilier l’opinion publique et les élites militaires, il n’en est pas de même pour les soldats sur le terrain..

NB: petit détail historique. L’idée d’attirer les Taliban dans des embuscades est particulièrement présente dans l’approche choisie par la TF Korrigan du Col. Chanson en 2009. Articulant sa manoeuvre autour de la construction de routes dans la Kapissa, il a en effet choisi de s’en servir comme « aimant » destiné à provoquer des attaques et à prendre l’adversaire sur son terrain.. Mais une guerre ne se gagne pas sur le champ de bataille.

Proudly powered by WordPress
Theme: Esquire by Matthew Buchanan.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.