Situation en Irak

Voici quelques éléments susceptibles d’alimenter la confusion quand à la situation réelle de la sécurité dans le pays… A moins qu’ils n’apparaissent comme des signes relativement clairs d’une dégradation relative liée aux recompositions politiques internes au pays.

-le leader d’AQI, Abu Omar Al Baghdadi, aurait été arrêté la semaine dernière. Ce personnage, dont l’existence a parfois été remise en cause et dont l’image a été instrumentalisée par les contre-insurgés pour "incarner" l’organisation terroriste/insurgée/extrémiste, semble servir les intérêts du PM MALIKI qui a confirmé son arrestation alors que les militaires américains exprimaient leurs doutes.

-Le PM, dont j’ai déjà eu l’occasion de tenter d’évaluer les motivations réelles, a dernièrement condamné un raid mené par les Américains contre un cheik de KUT qui a tué deux civils (c’était dimanche dernier). De fait, déterminer les responsabilités respectives des militaires américains et irakiens semble relativement confus dans cette affaire: raid des forces spéciales sans communication avec le commandant de brigade américain local, accord des responsables militaires irakiens locaux, tout prête à confusion dans cette histoire. Ce qui l’est moins en revanche est le bénéfice attendu par le PM en terme de sentiment national et de ralliement à sa personne, alors même qu’un membre réputé hostile du Parti Islamique Irakien (un Sunnite) vient d’être élu à la Présidence de l’Assemblée Nationale et que l’élection des conseils provinciaux ne va pas forcément dans le sens du gouvernement. Quoi qu’il en soit, la demande du PM de faire juger les militaires responsables par les tribunaux irakiens, ainsi que la confusion sur la délimitation des pouvoirs de chacun, montre à quel point le SOFA, si il est moins favorable que d’autres accords similaires pour les forces américaines, sert les discours du gouvernement actuel et, au-delà, des diverses forces politiques en présence en Irak.

-Il semble donc bien que l’Accord sur le Statut des Forces  soit un terrain de choix pour conforter une assise nationale et faire pression sur les Américains. Si ces derniers espèrent maintenir des forces dans les bases situées autour de Bagdad et au sein de la cité de Mossoul, il leur faut compter avec les militaires et les hommes politiques irakiens qui entendent bien concurrencer les partis nationalistes (que ce soit Moqtada Al Sadr ou les groupes favorables à la rébellion sunnite). Il faut en tout cas espérer que la sécurité, qui a été malmenée ces derniers temps, ne fasse pas les frais de cette posture: il semblerait en effet que le retrait prévu en juin des troupes de combat US ne conduise pas à une relève du dispositif des avant-postes par les forces irakiennes.

Battle for Baghdad (2007)

Article cross-posté sur AGS.

 

Les villes peuvent parfois devenir le reflet d’autres évènements que ceux qui s’y déroulent. Ainsi, si l’infiltration des colonnes blindées de la 3ème division d’infanterie au coeur de la capitale irakienne en avril 2003 empruntent à Jénine ou à Naplouse (opération "Rempart" 2002), l’action menée dans le cadre du Plan de Sécurité de Bagdad à compter de février 2007 s’apparente plus au contrôle de la Casbah par les parachutistes de la 10DP en 1957. Pour autant, on ne saurait réduire les opérations militaires au coeur de la métropole tigréenne à une simple répétition du contrôle des populations. Quoiqu’il en soit, la comparaison entre 2003 et 2007/2008 illustre une autre réalité: le contrôle physique des points-clé de la cité a été complété dans l’imaginaire stratégique par la nécessité de contrôler sa population. Au terme, c’est bien la géographie totale de la ville qui en a été profondément modifiée.

Lire la suite

Fault line?

There are many reasons why this expression is largely used and misused in current discourses about Iraq. On one hand, so-called "sectarian" crimes have prompted Sunnis and Shias to form ethnically cleansed areas at national, regional and local level. At national level, the constitution of regional areas in the South, West and North (respectively Shias, Sunnis and Kurds) is a main threat to national unity, with a central Government of Iraq (GoI) being tempted by both sectarianism and nationalism. At the local level, it is worth saying that the counterinsurgency strategy of providing security in Baghdad has produced a new geography of the city filled with "gated communities" and distributed by blast walls and cheikpoints, as one can see in the documentaries by Ghaith Abdul-Ahad. It is one historical problema still to be resolved to assess if  Fardh Al-Qanoon has reduced sectarian hatred or if it has exploited it in order to produce only a truce. At the regional level, the New York Times has a good piece and a graph on the relationships between Kurds and Arabs in the North. In the governorates running from Nineveh in the NorthWest to Diyala in the SouthEast, it would exist a "fault line" separating the two ethnoconfessional groups and evolving according to military success of the coalition or changing alliances made by american troops. From 2003 onwards, the region was marked by Kurds supported by the US and Sunnis controlled by a strange alliance of Baathists nationalists and Al Qaeda in Iraq/Islamic State in Iraq. In 2007, the reintegration of sunnis groups in the political process prompted their rise in the political life. Moreover, the various clashes between the Iraqi Army and the Peshmergas (in Khanaqin) created a sense of "arab alliance" against Kurds. Consequently, in February 2009, the Al-Habda party won the provincial elections in Nineveh.  According to the aforementioned article of the NYT, there would be a growing contestation and fear among Kurdish parties in the province to denounce the Al Habda as the puppet of Baathist party or more extremist wings of the Sunnis political spectrum. The spectre of civil war is rising again in this region: the fault line is seen as a necessity to avoid more violent deaths and more sectarian hatred. The problem is that it is also an issue between the various political groups: the green line has moved several times since the beginning of the US presence in Iraq, and there are many reasons to consider it would be the same in the future, whichever side is growing more powerful. In short, "fault line" is a product of recent history and not an anhistorical reality.

On the other hand, this geomorphological vocabulary does not depict the reality as it produces it in a performative manner. Far from being a cultural divide between two ethnoconfessional groups who never share anything in common, the so-called "fault line" is also making this division more deeper by reifying the alterity among them. In other words, this political competition between and inside each group is more and more embodied in a cultural sense of alterity. Consequently, speaking of the "fault lines", whether it is at national, regional or local levels, is creating more danger than it depicts a reality of the Iraqi society. Deepening a cultural difference (or more, an ethnical difference) between Kurds and Arabs or Sunnis and Shias is instrumental to political entrepreneurs in each groups: the hatred of the other is a powerful tool to create a sense of collectivity and to initiate a process of political legitimization at the benefit of the one who is manipulating such identities. For instance, the ethnic cleansing in Baghdad was instrumental for AQI and the JAM in 2006 in two ways: it allowed each group to increase its hold on the local population following "fault lines" while it also create an ingroup/outgroup process. To conclude, "fault line" is a political symbol manipulated by various actors to perpetuate the actual divide of Iraqi society, whether it is consciously or not. Indeed, the use of this expression by American officers or journalists is not a mean for them to produce a division, which they would see as a criminal enterprise aimed at destabilizing the country. Nevertheless, by using it, they translate their own view of the Iraqi society as one that needs to be "disciplined" because it is fundamentaly divided by "fault lines" (one has to remember what Joe Biden said in his debate with Sarah Palin, talking of the division between Sunnis and Shias in Iraq as if is was 700 years old. In fact, the majority of Shias in Iraq converted from Sunni Islam at the beginning of the nineteen century: it was the policy of discouting them from power by Saddam Hussein and his attempt to manipulate Shia elites through Mohammed Sadeq Al Sadr that prompted the rise of a truly Shia identity distinct from the previous appropriation of Iraq nationality by Shias).

I’d like to conclude that, if I acknowledge the potential benevolence engraved in the "cultural turn" in the US military, I also consider it to be uncompleted and so potentialy dangerous. Indeed, as it could be the first step to a truly ethical way of warfare (as far as the latter could become such), it has become another way of legitimizing the use of force. Though, it has produced many exchanges and interactions, albeit inequal, between the civilian and the American soldiers and Marines at the local level…

Vérités alternatives

De retour après quelques jours de vacances bien méritées (en tout cas, c’est ce qu’on dit habituellement de ses vacances, personne n’ayant l’impression de les avoir volées!), je me suis penché sur les affaires du "tournant culturel" des institutions militaires (voire de la guerre) qu’illustre particulièrement la contre-insurrection en Irak. L’occasion d’échanges fructueux avec un universitaire anglo-saxon dont je recommande la lecture, Derek Gregory.

Au-delà, je voudrais partager ce soir trois documents qui permettront de comprendre les tenants et les aboutissants de cette affaire (ou du moins certains d’entre eux) en attendant la publication d’une série d’articles que je prépare sur le sujet (patience).

-le premier est une série liée à un projet commun au sein de la communauté du Small Wars Journal: "Professors in the trenches" illustre en cinq articles assez denses les difficultés et les caractéristiques de cette alliance pas du tout inédite entre les sciences sociales et l’action militaire. 

-le second est un article du quotidien USA Today relatant les résultats d’une étude parue dans le New England Journal of Medicine sur les causes statistiques de décès parmi les civils irakiens. Quelques éclairages intéressants: la majorité des civils sont morts des suites d’assassinats-exécutions, mais la cause première des morts de masse sont les frappes aériennes. L’occasion donc de montrer la double face des guerres en Irak: conflit civil d’une part (l’insurrection et les luttes pour le pouvoir étant la principale cause des décès), conflit de "haute intensité" d’autre part (la part de responsabilité des militaires américains étant importante, tant dans le déchainement de la violence que dans la gestion de celle-ci).

-le troisième est une série de reportages produit par le journaliste irakien travaillant pour le Gardian, Ghaith Abdul-Ahad. Ce fier bagdadi montre les cicatrices et les traces de la guerre, ainsi qu’une face méconnue (et largement déniée d’ailleurs) de la contre-insurrection à Bagdad, à savoir l’accentuation (certains diront: l’exploitation) des divisions ethniques ou partisanes via les murs et les checkpoints des soit-disant "gated communities" (rappelons que le terme désigne les quartiers aisés aux EU, ce qui est loin d’être le cas à Bagdad). A tel point que l’on a l’impression que l’appartenance à un quartier semble mieux définir un irakien de la capitale que son appartenance ethno-confessionnelle ou même nationale. Sa vision est inquiétante car elle semblerait montrer que la violence reste latente, même si elle camouflée par les quelques succès produits contre AQI et les JAM… 

De quoi nourrir réflexions et prières… et un sérieux mal de tête qui pointe déjà.

Cordialement à tous

Stéphane

Culture et COIN

Le débat a pris de l’ampleur au début de l’automne 2007: les forces américaines en Irak et en Afghanistan cherchaient à intégrer des ethnologues et des sociologues dans les unités de combat afin de mieux comprendre le "terrain humain". De fait, l’Association Américaine d’Anthropology avait, sous la pression d’un nombre grandissant de ses membres usant d’Internet pour montrer leur désaccord, pris des mesures démontrant l’incompatibilité déontologique à participer à un "travail de terrain" dont la conséquence pourrait être la mort de civils. Je renvoie notamment à Christophe Wasinski pour un résumé de l’affaire.

Mon propos n’est pas de revenir sur cette histoire dont j’ai déjà amplement parlé au sujet de la notion de "terrain humain". De fait, les protagonistes principaux de la "contestation ethnologique" poursuivent leur combat via notamment les revues Anthropology Today ou encore American Anthropologist, deux journaux académiques dominés par l’anthropologie critique. Cette dernière, inspirée par les écoles critiques en sciences sociales visent, par l’étude des discours et des représentations, à décloisonner les catégories par lesquelles les "dominants" construisent les relations de pouvoir et les maintiennent comme "normales" et "naturelles". Dans le champs des études de sécurité notamment, il s’agit pour les tenants de cette approche épistémologique de "déconstruire" les discours de sécurité qui ne se présentent jamais comme problématiques. Dans le cas qui nous intéresse, la diffusion de connaissances culturelles au sein des unités déployées en Irak (soit par la mise en condition opérationnelle préalable à la projection, soit par l’intégration de spécialistes de sciences sociales au sein des unités) serait, selon eux, le symptôme d’une double attitude:

  •  l’instrumentalisation de ces connaissances en vue d’un contrôle social des populations. Dans cette optique, la culture est une "arme" (weaponization) qui va déterminer les "noeuds sociaux" sur lesquels il faut agir. Je suis d’ailleurs surpris qu’aucun de ces contestataires n’ait (à ma connaissance tout du moins) fait le parallèle avec le retour d’une vision systémique dans la doctrine militaire américaine. En effet, on peut comparer le Human Terrain System avec le concept des "opérations basées sur les effets" puisqu’il s’agit ici de modeler le comportement de la cible en agissant en des points précis.
  • la persistance d’une vision "coloniale" de l’autre, dans laquelle les populations sont réduites à des stéréotypes en regard desquels les attitudes des militaires ne sont mûes que par les impératifs tactiques. En d’autres termes, les "critiques" prétendent que le développement de la "sensibilité culturelle" sert également à légitimer les pratiques et les discours militaires.

Tout ceci est certainement une des faces de la réalité, mais je m’étonne de voir que cette approche pêche par les travers qu’elle prétend dénoncer chez les autres, en l’occurrence les militaires américains. 

Car en effet, on ne saurait réduire ces derniers à un ensemble unitaire et homogène, ni dans le temps, ni même dans l’espace (des institutions, des unités et des hommes).

Si l’on prend l’exemple irakien, il faut bien dire que trois attitudes coexistent au sein des unités et s’affrontent actuellement au plus haut niveau.

  • La plus ancienne, et longtemps la plus répandue, a consisté à voir dans la culture une simple liste de caractéristiques permettant de définir l’autre et de prédire son comportement. Très logiquement, les contempteurs de l’approche culturalo-centrée considèrent qu’il s’agit de la rémanence de l’orientalisme, c’est à dire d’une vision fantasmée de l’Irak, du monde arabe et de l’Islam. 
  • Plus récemment (même si on perçoit des prémices dès 2003), certaines unités (notamment des Marines mais pas seulement si l’on se réfère par exemple à l’état-major du colonel Mansoor, commandant la 1ère brigade de la 1ère division d’infanterie au NE de Bagdad entre l’été 2003 et l’automne 2004) ont considéré la culture comme un élément important. La procédure la plus courante a consisté en la recherche de moyens et de canaux de compensation à destination des civils pour les destructions et les morts collatérales. Plus prosaïquement, on a ainsi vu se chevaucher une pratique militaire, celle des solatia (pratique de paiement autorisée par le Code de Justice Militaire), et une coutûme moyen-orientale, celle du diya (s’apparentant à un "prix du sang"). Ainsi, les éléments culturels ont été perçus comme davantage le produit de négociations sociales plutôt que comme un ensemble de traits statiques. Mais là aussi, la tendance à l’instrumentalisation est patente: la culture reste extérieure à l’action des militaires américains.
  • La troisième attitude s’est généralisée à compter de 2006, même si là aussi on constate des expérimentations antérieures. Il s’est agit de comprendre que les militaires américains étaient une partie intégrante des processus sociaux et culturels. Ou, pour le dire autrement, que la culture résulte d’une interaction avec les locaux. C’est l’époque où la notion et le terme de wasta (souvent traduit par "influence" par les Américains) font florès dans les discours des militaires américains, notamment aux échelons tactiques. La culture est donc un tout englobant "épais" dans lequel s’inscrit l’action des militaires. Celle-ci n’est donc pas extérieure à la culture locale, elle y participe, tout en étant fortement influencée et contrainte par elle dans un processus somme toute classique de rétroaction. 

Cette dernière attitude me semble importante car, si elle n’invalide pas le discours des critiques, elle le relativise fortement. Certes, les éléments de "sensibilité culturelle" peuvent n’être qu’une forme de "retour colonial" (au sens le plus péjoratif de ce terme). En un sens illustré tristement par Abu Ghraïb, une vision trop statique de la culture a pu augmenter un sentiment d’altérité (pour ne pas dire de racisme). Mais au bout du compte, on ne peut exclure que, loin de "militariser la culture", l’expérience irakienne a aussi contribué à "cultiver le guerrier". Pour les Français, cette dernière attitude va de soi, marqués que nous sommes par une riche expérience opérationnelle en la matière. Pour les militaires américains, il en va de même que pour la contre-insurrection: l’approche culturelle était profondément inscrite dans des "sous-cultures" marginales (ou marginalisées) comme celle des Forces Spéciales. Mais elle n’était en rien absente. 

L’erreur des critiques se vérifie donc: ce sont eux qui, parfois, ont tendance à "statufier" l’institution militaire et sa culture, ce que précisément ils reprochent aux hommes et femmes en uniforme.

note: je suis d’ailleurs aussi étonné qu’aucun des ethnologues de ce réseau "inquiet" ne puisse expliquer (là aussi, à ma connaissance, si un lecteur peut me contredire qu’il le fasse) pourquoi des militaires accepteraient le "travail social armé" (armed social work) -pour reprendre le terme de Kilcullen- en contradiction complète avec la culture institutionnelle, notamment de l’Army. A la limite, on pourrait comprendre que le refus des missions interventionnistes et trop "séculières" puisse conduire au mépris des populations et à la sous-estimation du fait culturel.

note 2: Il est possible d’expliquer le fossé qui existe entre les présupposés méthodologiques des "critiques" (c’est à dire la réflexivité) et le résultat final qui peine à produire une connaissance opérationnelle. En fait, cela tient à mon sens au fait qu’ils approchent trop les textes et les discours. Evidemment, si l’on suit la doctrine et si l’on écoute certains hauts responsables et leurs conseillers, la culture est instrumentalisée en contre-insurrection. En ce sens, les dénonciations (ou du moins les nuances) apportées par les "critiques" se comprennent. Mais dès que l’on est situé au niveau des interactions sur le terrain, ce schéma ne tient plus par essence. L’action des militaires s’inscrit dans un contexte socio-culturel englobant et entre en rétroaction avec celui-ci et les populations qui le composent et le modèlent.

Dégradation (suite)?

La possible reprise des attentats-suicide, qu’ils soient l’oeuvre d’AQI ou de baassistes instrumentalisant ces derniers, amène une réflexion nécessaire. Au fond, le "sursaut" a ramené les insurgés au rang de rebelles ou, pour mieux le dire, à la première phase d’une insurrection "classique" sur le modèle maoïste ou "révolutionnaire".

De fait, les groupes rebelles usant aujourd’hui du terrorisme, "arme du plus faible" comme dirait Gérard CHALIAND, sont avantagés par de nombreux facteurs endogènes et exogènes.

-Concernant les premiers, il faut noter en effet que les "grandes réformes" nécessaires à la pacification, c’est à dire dans ce cas la réconciliation politique et l’achèvement de la reconstruction socio-économique, ont atteint un niveau beaucoup plus modestes que les réels succès contre AQI. Par conséquent, les griefs, réels ou perçus, restent nombreux et peuvent potentiellement apporter des recrues aux rebelles. 

-Les seconds sont plus intéressants car novateurs par rapport aux insurrections "classiques". Les groupes rebelles ou terroristes sont en effet plus mobiles et moins dépendants des structures matérielles de leur base locale du pouvoir (la population), ce qui explique que, en dépit de l’éradication quasi-complète de leurs refuges, ils continuent à pouvoir mobiliser des fonds, coordonner des actions et mener des opérations sur l’information. Il ne faut pas négliger non plus l’influence qu’exerce certainement l’Iran via les Gardes de la Révolution (et notamment les Forces Spéciales Al-Qods) en formant, équipant et finançant une partie des groupes rebelles (non seulement les "groupes spéciaux" issus de la mouvance madhiste, mais aussi certains groupes sunnites).

Ce qui pose finalement la question des conditions de victoire au niveau stratégique en contre-insurrection/contre-rébellion. Il me semble que l’affirmation souvent entendue qu’il suffirait de rallier les populations, centre de gravité, par le gain des "esprits et des coeurs" nécessite une analyse critique. En effet, la proportion de validité de cette proposition me semble dépendre étroitement de l’analyse portée sur les causes (et pas seulement les conditions) de l’insurrection. En d’autres termes, une étude menée sur la proportion des facteurs exogènes et endogènes me paraît plus qu’utile.

Car nous nous trouvons là au coeur d’une divergence notable observée entre les partisans et promoteurs de la contre-insurrection. Pour les spécialistes et les praticiens qui considèrent que la contre-insurrection est causée par les "contradictions internes" (pour reprendre la terminologie marxiste), la population est un centre de gravité essentiel aux trois niveaux tactique, opératif et stratégique. Les mesures à prendre pour rallier la population seront donc essentielles au succès stratégique: une fois l’insurgé coupé de la population et celle-ci persuadée que le gouvernement légal ou la force ingérente sont capables d’apporter les réformes politiques, économiques et/ou sociales nécessaires, l’insurrection s’éteint d’elle-même. Toutefois, même dans ce cas, il est probable qu’un noyau dur d’irréductible puisse essayer de poursuivre son action pour la prise du pouvoir et/ou la perturbation du contre-insurgé.

Au contraire, ceux qui considèrent que l’insurrection est importée par un ennemi alimentant des griefs réels voire créant ceux-ci, la population n’est plus qu’un centre de gravité au niveau tactique (contrôle des populations). En revanche, au niveau stratégique ou opératif, le succès nécessite plutôt le démantèlement de l’infrastructure politique et militaire de l’insurrection. 

On reconnaît là la divergence profonde dans l’analyse entre David Galula et Roger Trinquier, prolongée aujourd’hui dans le débat américain par Bing West vs. David Killcullen. Pour le dire autrement, cette analyse est essentielle pour éviter l’illusion que procure la certitude "galulienne" qu’il suffit de couper la population de l’insurgé et de rallier la première pour triompher. Cela pouvait d’ailleurs peut-être être le cas dans les opérations de pacification coloniales ou les guerres de décolonisation, c’est à dire lorsque le rebelle dépendait étroitement d’une base physique et psychologique pour subsister et prospérer dans l’attente du pourrissement. Mais dans le cas contemporain, il me semble que la rébellion puisse durer avec le minimum d’assise physique et psychologique (plutôt moins pour la première que pour la seconde d’ailleurs).

Au-delà pourtant, se pose une autre question: est-il possible véritablement d’isoler et de mesurer la part prise par les facteurs endogènes et exogènes? Il faudrait en effet tenir compte d’une autre réalité illustrée par l’évolution de l’attitude américaine en Irak. Entre 2003 et 2006/07, la rébellion a été majoritairement perçue comme un élément externe ou marginal (alors que pour ma part, j’inclinerais à penser qu’elle était alimentée par un véritable soutien populaire, au moins à partir de 2004), tandis qu’à compter de cette date, l’insurrection est devenue une affaire nationale (marquée par la guerre civile), qu’il fallait régler en "protégeant et servant la population" au niveau local. Or, ne faudrait-il pas s’interroger sur les processus et les mécanismes qui font qu’une insurrection (c’est à dire un soulèvement largement soutenu par la  population et alimenté par des facteurs internes) devient une rébellion (c’est à dire l’action d’un petit groupe pour prendre le pouvoir ou perturber un ennemi global)?  Je suis sur qu’une telle réflexion ne pourrait faire l’économie de penser un mouvement mimétique entre les rebelles, la population (dans toutes ses composantes) et les contre-insurgés.

Le Hezbollah

Le Centre de Doctrine et d’Enseignement des Forces vient de mettre en ligne un "cahier de la recherche" portant sur le Hezbollah

Il s’agit certainement d’un des meilleurs cahiers jamais publié pour le moment (et connaissant le haut niveau des publications du Bureau Recherche de la DRREX, ce n’est pas peu dire). Son auteur, Alexandre GUERIN, est un jeune diplômé de l’IEP de Bordeaux à la plume précise et particulièrement agréable à lire. Il expose à la fois l’histoire du mouvement, ses modes d’actions et ses caractéristiques complexes. A lire d’urgence.

Dégradation?

Plusieurs éléments sembleraient indiquer une tendance à la dégradation dans la situation sécuritaire en Irak. 

-l’affaire du Conseil du Réveil de FADILH (un quartier sunnite situé dans le district d’ADHAMIYAH à Bagdad) montre que le mouvement AQI semble capable de nuisances en s’infiltrant ou en tentant de s’infiltrer dans les zones tenues par les "Fils de l’Irak", profitant des inquiétudes de ces derniers. Quoiqu’il en soit, l’arrestation de Adil AL MASHDANI, leader de cette milice de Fadilh a surtout accru les tensions et rappelé quelques heures sombres. Toutefois, il semble également que nous soyions ici témoins davantage d’une tentative de marchandage avec le pouvoir plutôt que d’une réelle tentation de rejoindre l’insurrection. En effet, certains membres du Conseil, par ailleurs dissout, ont reçu la promesse d’intégration au sein des forces de sécurité irakiennes, une revendication souvent entendue ces 18 derniers mois de la part des chefs miliciens.

-la province de DIYALA, notamment dans ses marges méridionales et orientales, reste un sanctuaire pour les mouvements insurgés et terroristes. Bien que confinés  à la frontière iranienne, les cellules et les groupes restent actifs et semblent avoir restauré leurs voies de communication avec la capitale après les opérations victorieuses du printemps-automne 2007 menées par la Division Multinationale Centre qui avaient rompu ces dernières. Les attentats qui se succèdent ces derniers jours à BAQUBAH, la capitale provinciale, et à Bagdad démontrent que la coordination entre les divers éléments est redevenue opérationnelle.

-Enfin, la question se pose de l’identité et de la nature de cette dégradation. Il peut tout aussi bien s’agir d’un "bruit de fond" que d’un montée en puissance de la rébellion. On ne peut plus en effet parler d’insurrection dès lors que, MOSSOUL exceptée, la population ne semble pas suivre les "militants". En revanche, non seulement les capacités semblent se reconstituer mais, très logiquement, les modes d’actions s’adaptent à la situation (avec l’usage de grenades d’origine russes RKG-3 qui permettent de cibler les véhicules MRAP), tandis que les structures et les alliances se recomposent (avec l’idée d’un mouvement baasiste utilisant AQI comme paravent, ce qui serait un retournement de situation par rapport à 2003/2004). Quoiqu’il en soit, on se retrouve de nouveau devant le dilemme du contre-insurgé: ayant pressuré l’ennemi en tentant de rallier les populations et les éléments jugés "réconciliables" (c’est à dire acceptables ou corruptibles, c’est selon), il ne lui est pas possible de poursuivre sans une "récupération sociale du territoire" qui soit durable. On comprend ainsi comment les zones sunnites de DIYALA ou de MOSSOUL restent de potentiels sanctuaires: les milices qui les tiennent sont fragiles car, en dépit du soutien financier américain (qui est indirect maintenant que les miliciens sont gagés par le gouvernement irakien), elles manquent du soutien gouvernemental (quand elles ne le contestent pas ouvertement au nom de griefs ethnoconfessionnels ou de marchandages politiques) et sont sujettes à la campagne de "meurtre et d’intimidation" que mènent contre eux les rebelles. Quant à la population, elle est de nouveau enfermée dans la "boîte noire" entre les insurgés et les miliciens, sans oublier les forces gouvernementales. Voilà qui peut relativiser l’idée que "la population est le centre de gravité en contre-insurrection". En effet, le centre de gravité des actions visant à la restauration de la stabilité sécuritaire est davantage l’allié sunnite et milicien. Ayant été "retourné" en 2007, il court le risque (réel mais qu’il ne faut pas exagérer compte tenu des manoeuvres déclaratoires qui visent aussi à obtenir des avantages) de rejoindre de nouveau la rébellion. A ce titre, il est d’ailleurs inquiétant de constater que la libération accélérée des détenus sous garde américaine semblerait avoir produit un surcroît de recrues pour la rébellion. Ricks a  peut-être raison: il est probable que les principaux évènements des "guerres en Irak" ne sont pas encore arrivés.

Propulsé par WordPress.com.
Thème Esquire.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.