Changements stratégiques?

Le New York Times  révèle que la nouvelle QUADRENNIAL DEFENSE REVIEW du Département de la Défense devrait mettre fin au dogme des "deux guerres majeures en même temps" qui forme le fond de la stratégie des forces depuis le début des années 1990 et la Bottom-Up Review (BUR).

Selon cette dernière acception, les forces armées des Etats-Unis devraient être en position pour mener deux guerres majeures à la fois. Bien qu’ayant connu quelques ajustements dans les versions ultérieurs de la révision stratégique (jusqu’à inclure un panel complet de tous les scénarios contre les menaces irrégulières, conventionnelles, disruptives ou catastrophiques pour "coller" au dogme du "Full Spectrum Dominance" infusé par l’Army), ce dogme est resté la base de toute la planification et la génération de forces, au-delà des années d’occupation et de "pacification" en Irak et en Afghanistan.

Or, il faut noter le contexte historique dans lequel cette idée fut formulée: essentiellement l’après-guerre froide lorsqu’il s’agissait de choisir une posture d’engagement sélectif qui aurait pris la forme d’une guerre rapide et destructrice sur le modèle de la guerre du Golfe contre un ennemi conventionnel dissymétrique.

Au fond, les Américains ne font que rejoindre le dilemme d’autres nations occidentales comme la France confrontées à l’inflation des opérations de stabilisation complexe et à la raréfaction/au coût des ressources humaines.

Quoiqu’il en soit, et quelle que soit la forme que prendra le document définitif, il devra affronter une troisième guerre contre les industries du complexe militaro-industriel. En effet, s’adapter au nouveau contexte nécessitera de s’interroger sur le bienfondé des politiques d’acquisitions actuellement en cours dans l’établissement de Défense des Etats-Unis. Un deuxième écueil consistera à persuader les autres ministères de la pertinence du concept "interagences" qui ressemble à s’y méprendre à l’argument traditionnel du partage du fardeau au sein de l’OTAN… Le coût du maintien de l’hégémonie américaine peut-il être dilué de cette manière?

Malgré tout, et c’est un enseignement majeur des opérations en Irak: il est difficile d’équilibrer l’efficacité militaire et la légitimité politique avec les prérequis économiques d’appareils militaires de plus en plus coûteux… Peut-on faire des économies sur ce type d’action fors l’abstention?

About these ads

One thought on “Changements stratégiques?

  1. Pourtant les USA se doivent de conserver un potentiel de dissuasion conventionnel crédible face à d’éventuels dirigeants pensant que ceux ci sont trop occupé avec les guerres en cours pour qu’ils puissent agir efficacement contre un éventuelle coup de force (La, la Corée du Nord me semble un bon exemple).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.
Thème Esquire.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: