Alliance géostratégique

 

ags_blogs_allies

 

La blogosphère stratégique francophone

 

Le débat stratégique est en grand renouvellement, que ce soit aux Etats-Unis, en Europe ou en France. Il reste toutefois confiné dans des formes bien connues (instituts, revues, colloques) sans prendre en compte la nouvelle communication numérique qu’est l’internet. Or, si ce nouvel média est utilisé, c’est de façon classique par la mise en ligne d’informations imprimées. Le débat n’a jusqu’à présent pas pris en compte les qualités permises par Internet : universalité, réactivité, diversité, pour ne citer que les principales. Les blogs répondent à ces exigences et la blogosphère stratégique francophone vient de se fédérer autour de la plate-forme « Alliance Géostratégique », qui devient d’emblée un acteur incontournable du débat.

 

 

Dans son numéro de décembre dernier, DN&SC a laissé la parole à Alain Bauer qui évoquait ses projets de concentration de la recherche stratégique française.

 

En effet, tous les spécialistes s’accordent à reconnaître que la France est le seul lieu occidental d’une pensée alternative à la pensée américaine. Ailleurs, l’atlantisation des esprits règne, même  si la saveur européenne, due à une richesse culturelle évidente, permet des expressions moins radicales que celles d’outre-Atlantique. Mais il s’agit de modalités, de tempéraments et de nuances, et non d’altérité. Il faut bien constater que seule la France produit une pensée stratégique à peu près autonome, même si elle se détermine aussi par rapport aux débats américains – comment pourrait-on ignorer les réflexions sur la « transformation », sur la cyberguerre, sur la technologisation de la guerre, sur l’approche globale… Preuve paradoxale de cette différence : ce sont les Américains qui ont redécouvert Galula et Trinquier, grâce aux efforts du général Petraeus.

Tout est-il pour autant satisfaisant ?

 

Le débat stratégique en France

Non, car la question est celle des lieux de débat : quels sont aujourd’hui en France les lieux du débat stratégique et géopolitique contemporain ?

Ils s’avèrent finalement assez limités et ne tiennent pas assez compte du public.

 

Public : le grand mot est lâché. Il est double, puisqu’il s’agit aussi bien d’un adjectif (ce qui est public appartient à la sphère de l’Etat) que d’un substantif (le public qui lit, observe, et chose incroyable, pense). Or, les lieux de débats sont « publics » et, en fait quasi étatiques, sans être assez tournés vers le public.

 

La première scène regroupe les institutions propres au ministère de la défense. Les quatre instituts (IHEDN, CHEAr, IHESI, INHES) vont donc être regroupés en deux piliers (l’un défense, l’autre sécurité intérieure), et incorporeront le CEREM, qui s’était construit peu à peu ces dernières années et produisait un excellent travail. Peut-on dire amicalement que ces institutions tiennent autant du centre de recherche que du club d’initiés qui permet la constitution de précieux réseaux : lieux incontestables d’influence décisionnelle, les débats qui s’y déroulent ont le mérite – et le défaut – de l’entre-soi : ils sont assez fermés. Espérons donc que le CEREM poursuivra sa politique de publication en ligne de ses travaux. Mais l’ensemble est très étatique, donc, et pour tout dire, opaque.

 

Autre lieu, et sans être exhaustifles laboratoires d’idées : Fondation pour la Recherche Stratégique (FRS), Institut Français des Relations Internationales (IFRI), Institut des Relations Internationales & Stratégiques (IRIS) connaissent une notoriété certaine et justifiée. Mais le premier est totalement étatique, quand les deux autres dépendent dans une très large mesure des subsides de l’Etat. Cela n’affecte pas la qualité de leurs travaux, mais rétrécit le champ de leurs recherches.

Les sociétés privées de sécurité (Géos, Compagnie Européenne d’Intelligence Stratégique,…) ont certainement des analyses judicieuses : mais comme elles sont privées, elles sont payantes. C’est d’ailleurs le défaut des lettres d’information (TTU, La Lettre A, La lettre du Continent,…) : intéressantes, mais confidentielles.

 

Revues et médias

Ces instituts publient des revues, espace évident de partage des idées. La diffusion est plus ou moins large : le « RAMSES » est devenu une institution automnale, et la « Revue de l’IRIS » a trouvé son public. D’autres revues existent, et tout d’abord notre cher « Défense Nationale et Sécurité Collective », qui a su depuis une dizaine d’années échapper à la seule présentation des thèses institutionnelles pour devenir un espace d’expressions diverses et contradictoire. Citons en passant « Défense » (revue de l’IHEDN), « Géopolitique », « les Cahiers du CHEAr », « Les Cahiers de Mars », etc… Encore plus confidentiels mais indépendants, citons entre autres « AGIR » (du général de La Maisonneuve), « Stratégique » (de l’Institut de Stratégie Comparée, dirigé par H. Couteau-Bégarie). Les revues universitaires existent également : à tout seigneur tout honneur, « Hérodote » a conquis un public fidèle. Signalons enfin deux initiatives privées qui ont su conquérir le grand public : je veux parler de « DSI » (qui revendique 120 000 lecteurs) et « Diplomatie » (bimensuel) : la diffusion peut accompagner la qualité.

L’audio-visuel permet des diffusions intéressantes : on citera « Le dessous des cartes », excellente émission de géopolitique animée par  J.-Ch. Victor sur Arte, ou « Les enjeux internationaux », de Thierry Garcin sur France Culture. Mais il faut bien constater qu’on trouve peu d’émissions stratégiques, hors les enquêtes particulières suscitées par l’actualité.

 

Les supports existent donc, mais pâtissent des défauts d’un modèle univoque : le média parle, le lecteur achète : et ce n’est pas le courrier des lecteurs (qui est d’ailleurs la plupart du temps absent de toutes les revues citées) qui permet le débat. Tout juste a-t-on, parfois, un article qui répond, trois numéros plus loin, à l’article précédent qui présentait une thèse iconoclaste. Lent et engoncé.

A l’heure de l’ultra-communication, ce n’est évidemment pas suffisant. Le public n’y trouve pas son compte. Il n’est que consommateur, et non acteur du débat. Cette logique appartient au passé.

 

L’internet

Il y a internet, nous dit-on. Allons justement y faire un tour. Des sites institutionnels existent : par exemple, et sans souci d’exhaustivité, celui de DNSC, celui des laboratoires précédemment cités, parfois celui d’autres revues. Mais ce transfert sur la toile de productions originellement imprimées n’utilise pas vraiment les ressources de ce nouveau « media », notamment les aspects interactifs de l’Internet « social » (ou web 2.0). Car l’Internet permet également d’heureuses innovations : ainsi, « l’ISC » est désormais intégralement sur Internet et met en ligne énormément de ressources, mais de manière très irrégulière. Signalons également l’excellent « « Courrier des Balkans », de J. A. Derens, ou le « Centre d’études transatlantique », jeune laboratoire d’idées fondé par A. Le Parmentier. Les Cahiers du RMES paraissent uniquement sur la toile, deux fois l’an. Le site de la « Société française d’études militaires », créée par Y. Boyer justement pour créer un espace alternatif de débat, peine à s’animer. « Diploweb », dirigé par J. Verluysse, a une certaine surface mais selon un mode propriétaire qui ne favorise pas le débat.

Tout cela est finalement assez figé : on transpose sur Internet le fonctionnement habituel des revues : il ne s’agit que de revues en lignes qui maintiennent la hiérarchie entre l’auteur et le lecteur, ce dernier étant en position toujours subordonnée et captive. Il n’a qu’une seule alternative : lire, ou ne pas lire. A contrario d’Hamlet, ce n’est pas le débat !

 

Alors, comment Internet peut-il apporter quelque chose de nouveau ? surtout, qu’est-ce qui est « nouveau » et qui échappe aux limites constatées ci-dessus ?

La nouveauté serait d’avoir de nouveaux critères : une certaine spécialisation autour des thèmes stratégiques et géopolitiques ; un rythme fréquent de publication (au mieux quotidien, mais en tout état de cause plus rapide que le mensuel) ; une diversité de points de vue ; une diversité de sources (Web 2.0) ; une exigence d’écriture qui dépasse la seule opinion et favorise l’analyse ; une possibilité de réaction immédiate des lecteurs ; l’indépendance par rapport à l’Etat, aux doctrines propres à chaque institut, ou par rapport à des intérêts privés.

 

La blogosphère

Cet outil  existe : c’est le blog.

Il y en a de plusieurs types. Regardons ce qu’il en est.

Le moins intéressant, à coup sûr, est le blog promotionnel : sous couvert de publication de billets, selon un rythme aléatoire, l’auteur promeut ses activités, ses conférences, ses prises de paroles publiques. C’est très ennuyeux, et je n’aurai pas la cruauté de les citer. Ce n’est pas parce qu’on a un blog qu’on est moderne, et encore moins qu’on a quelque chose à dire : quant à la notion de partage, elle est absente de la perspective. 

Beaucoup plus intéressant est le blog journalistique : citons à cet égard le blog de J.-D. Merchet, spécialiste de défense à Libération (www.secretdefense.blogs.liberation.fr); celui de J. Guisnel, du Point (www.lepoint.fr/actualités-monde/1648/sommaire/); celui de N. Gros-Verheyde sur la PESD (www.bruxelles2.over-blog.com); celui de V. Jauvert sur l’actualité internationale (http://globe.blogs.nouvelobs.com) ; ceux du Monde Diplomatique (http://blog.mondediplo.net ) ; celui de P. Rousselin (www.blog.lefigaro.fr/geopolitique/ ), celui de J. Quatremer sur les coulisses de Bruxelles (http://bruxelles.blogs.liberation.fr/), etc…

Intéressant, certes, mais très institutionnel, et pour deux raisons : la première tient à ce qu’il s’agit de blogs hébergés, la plupart du temps, par les journaux employant ces journalistes. Il s’agit pour ces journaux, de façon parfaitement légitime (il en va de leur survie économique) de trouver leurs lecteurs au moyen d’Internet. Surtout, les journalistes qui écrivent ces blogs estiment souvent que grâce à leur professionnalisme, ils sont seuls autorisés à être le truchement de l’expression médiatique.

Eux seuls présenteraient les garanties déontologiques pour transmettre de l’information. Cela est en partie vrai : mais c’est très discutable à l’heure d’Internet puisque chacun devient un peu journaliste ; puisque chacun peut être le reporter de l’événement auquel il a assisté et qu’il peut décrire et illustrer grâce aux photos et vidéos qu’il a prise ; puisqu’en fait, les journalistes n’ont plus le monopole de l’information, même s’ils en demeurent des acteurs essentiels. En fait, leur rôle a changé et s’ils continuent de trouver et diffuser l’information (la fonction d’enquête demeure), ils doivent aussi l’analyser ce qui deviendra, de plus en plus, leur plus-value.

Ceci explique que les blogs de journalistes ne présentent pas l’esprit « blog » qui est en usage ailleurs, constitué de liens et de débat. Ils sont ainsi très spécialisés (MM. Merchet et Guisnel ne produisent que de l’information sur la chose militaire, et jamais sur les débats stratégiques) ; les réactions sont donc très dispersées et parfois excessives (J.D. Merchet a été obligé de fermer l’accès aux commentaires) ; enfin, ils ne mettent en lien que des blogs « professionnels » de journalistes comme eux, selon une logique presque corporatiste, et qui court le risque d’être pontifiante.

Ce sont donc des blogs très utiles (surtout qu’ils répondent à une demande profonde d’information du public, et notamment du public militaire), mais pas totalement satisfaisants pour l’amateur de débat stratégique.

 

« Alliance géostratégique »

C’est en réaction à ces manques qu’une blogosphère stratégique francophone s’est développée ces deux dernières années. Et qu’elle vient de créer une plateforme commune : « Alliance géostratégique ».

Alliance, car nous ne voulions pas être un comité, un institut, une société, un mouvement, un rassemblement, une fédération, …. tous ces mots ont été trop utilisés. L’alliance fait référence à la vieille « alliance française », premier instrument de la francophonie (car il s’agit, on l’aura compris, de blogs d’expression francophone). Le mot, presque désuet, revêt justement une certaine fraîcheur ; surtout, il s’agit d’un portail de  blogs francophones (français, belges, canadiens) ; l’alliance appartient par ailleurs au vocabulaire de notre champ d’intérêt, qui est géostratégique. Et pour tout dire, nous ne nous sommes pas beaucoup attardés sur le sens véritable du mot « géostratégique » : il nous convient, à cause de son imprécision, car il est au centre de nos préoccupations à la fois stratégiques et géopolitiques. Certains sont plus intéressés par la stratégie, d’autres par la géopolitique. C’est justement cette diversité et cette complémentarité qui fait notre intérêt.

Diversité ? oui, nous sommes quinze auteurs de blogs, d’origine et d’âge bien variés : des jeunes étudiants et des actifs établis (de 19 à 45 ans), des spécialistes de défense ou des amateurs exerçant dans un tout autre champ, nous sommes professeur, journaliste, expert financier, fonctionnaire de tout type, historien, géographe, graphiste, informaticien, politologue…. Français, Belges, ou expatriés (Europe, Amérique du Nord, Afrique). Bref, nous sommes à l’image de notre public.

Le public, justement, parlons en : en cumulant nos audiences, nous arrivons à 2500 visites quotidiennes pour 5000 pages vues en moyenne…. Et 10 % des accès proviennent déjà de pays autres que la France et la Belgique. Déjà, nous sommes lus par des professeurs d’université, des chercheurs, des décideurs politiques, des journalistes, des officiers supérieurs, des hauts-fonctionnaires d’administrations nationales ou internationales, d’Europe, d’Amérique, d’Afrique ou d’Asie, des industriels, des spécialistes d’intelligence économique,… mais aussi et d’abord par des citoyens intéressés par la stratégie.

Signalons la qualité de ce public : lors de l’offensive israélienne sur Gaza, en janvier, nous avons bien sûr publié de nombreuses analyses : mais nous n’avons eu à déplorer aucun commentaire déplacé, à la différence des échanges publics le plus souvent injurieux qui se déchaînaient au même moment partout ailleurs sur la toile. C’est que ces billets ont permis un débat entre nous : débat public, débat articulé, débat contradictoire, débat exigeant, qui nous a permis collectivement de nous enrichir. Car une motivation partagée par la plupart d’entre nous, quand nous nous lançâmes dans l’aventure personnelle, était justement de trouver des gens avec qui parler, au lieu de rester dans notre coin, comme des consommateurs inactifs.

Ce qui est vraiment nouveau, c’est que le débat vient du bas vers le haut : ce n’est pas cette origine qui entraîne une moins bonne qualité, au contraire. Surtout, le débat est extrêmement réactif à l’actualité, grâce au format de blog que n’ont pas les institutions. Dès lors, en additionnant touts les billets écrits, l’alliance met en ligne chaque mois plus de pages que la plupart des instituts.

Cet enrichissement, nous voulons le partager. C’est pourquoi nous avons créé cette plate-forme commune, qui est une étape supplémentaire dans l’organisation du débat stratégique en général, et de la blogosphère en particulier.

Il fallait en effet conserver la richesse des blogs individuels, et donc l’investissement personnel de chacun, seul responsable de ses analyses et de son blog ; mais il fallait en même temps un espace partagé, qui permette à la fois une meilleure visibilité, mais aussi un meilleur débat. Alliance Géostratégique sera donc plus qu’une fédération de blogs, même si c’est d’abord une fédération de blogs. Nous aurons ainsi chacun notre identité (et donc notre responsabilité) éditoriale, tout en ayant un espace commun. Celui-ci servira non seulement à apercevoir, d’un seul coup d’œil, la production de tous les blogs « alliés », mais il aura une partie rédactionnelle propre : éditoriaux, débat du mois, ressources, comptes-rendus de colloques ou de lecture, actualité des revues, …

Alliance Géostratégique n’entre donc pas en concurrence avec les autres acteurs du débat stratégique et géopolitique : c’est simplement un nouvel acteur, qui tire profit des facultés d’Internet en permettant à la fois l’expression individuelle, la modération des débats, le dialogue en temps réel des spécialistes et de la société civile.

Ni concurrents, ni alternatifs, juste complémentaires.

 

Cet outil ne peut être que le vôtre.

 

 

Signature :

« Alliance Géostratégique » : les membres d’Alliance Géostratégique (www.alliancegeostrategique.org)  sont des blogueurs francophones, partageant les mêmes exigences et la même volonté de vivifier le débat stratégique contemporain.


 

Autonomie à l’intérieur de l’espace occidental, car on néglige souvent, et probablement à tort, ce qui peut se dire à Moscou, Dehli ou Pékin…

On ne mentionnera pas ici les organismes attachés directement aux administrations : Délégation au Affaires Stratégiques au MD, Centre d’Analyse et de Prévision au Quai d’Orsay, voire SGDN auprès de Matignon. Les analyses produites sont fort pertinentes mais à l’usage exclusif du pouvoir exécutif : il est donc légitime que ces organes conservent la confidentialité de leurs travaux. Ils n’entrent donc pas dans le champ de cet article.

Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale – Centre des Hautes Etudes de l’Armement – Institut des Hautes Etudes de Sécurité Intérieure – Institut des Hautes Etudes de Sécurité

Centre d’Etudes et de Recherche de l’Ecole Militaire : www.cerems.defense.gouv.fr

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.
Thème Esquire.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.