La contre-insurrection en Irak et le "syndrome vietnamien"

baghdadtour_290

La parution d"un manuel conjoint Army/Marines sur la contre-insurrection en décembre 2006 remet en cause un certain nombre de nos préjugés sur la guerre actuellement menée en Irak.

Entendons-nous bien: il ne s’agit pas de discuter du bien-fondé ou non de l’intervention de Mars 2003 mais plutôt d’interroger les relations qu’entretiennent les opinions publiques, les compétitions politiques et les perceptions dans la mise en oeuvre de nouvelles stratégies de sécurité dans ce pays. Plus précisément, il convient de faire appel au "syndrome vietnamien" comme "grand récit" pesant de son ombre sur les protagonistes du conflit. Ce faisant, il devient possible de renverser le projet "postmoderne" des études de sécurité pour montrer en quoi les discours dominants ne se situent pas toujours là où on les attend, c’est à dire dans les problématiques de la sécurité nationale et de la mise en oeuvre de moyens militaires. Trois arguments méritent d’être discutés:

-le premier montre comment les institutions militaires américaines, et notamment l’Army, ont su sortir du "syndrome vietnamien". Pour ces dernières en effet, la sortie du conflit a donné lieu à l’intériorisation rapide de leçons institutionnelles avançant la thèse du refus des décideurs civils de donner toute latitude à l’institution de mener une guerre conventionnelle, tant contre le Vietcong que contre le Nord-Vietnam. Les procédures de contre-insurrection ont donc été reléguées aux marges organisationnelles, tandis que les récits alternatifs ont été progressivement éliminés, même au sein du Corps de Marines. Thomas Lindemann et Etienne de Durand ont montré quel repli identitaire résultait de la domination totalitaire de ces discours, dans un contexte de plus en plus tendu des relations civilo-militaires manifesté par la Doctrine Powell. Tandis que le "corollaire Powell" achevait la crispation de l’Army sur le paradigme Jominien d’une guerre "conventionnelle"

Cependant, loin de représenter une simple adaptation pragmatique au nouveau contexte de l’été et de l’automne 2003, la mise en oeuvre de nouvelles procédures, par le Général Petraeus à Mossoul et par le général Mattis en pays chiite, représentent l’aboutissement de deux phénomènes. Le premier est la persistance d’une "doctrine informelle" au sein du Corps des Marines. Le second est la prise de conscience par de jeunes officiers, à la lumière des engagements des années 1990 (Somalie, Bosnie, Haïti), d’abord de l’erreur conventionnelle puis de l’absence de tout déterminisme culturel. Et ce au rebours des discours classiques sur le bourbier vietnamien et la politique d’attrition menée par le général Westmoreland. Les recherches de Mark Moyar démontrent ainsi qu’il n’y a nulle fatalité culturelle pour les organisations militaires à pencher vers les solutions "conventionnelles".

Ainsi, loin de s’enfermer dans la reproduction de pratiques normatives, les institutions militaires, au moins pour leurs éléments opérationnels en Irak, ont su dépasser les conditionnements culturels et idéels et amorcer des changements. Ces derniers participent donc légitimement de la redéfinition des impératifs stratégiques et organisationnels en cours au sein des institutions considérées.

-le second argument repose sur l’utilisation qui est faite du récit vietnamien dans le contexte des compétitions politiques. Finalement, l’analogie avec le Vietnam est davantage le fait des opposants à la guerre que de l’Administration Bush. On ne saurait s’en étonner.

En revanche, il est beaucoup plus marquant de constater à quel point le renversement des discours dominants depuis 2006 a produit un nouveau "totalitarisme" du langage. En effet, loin d’être muselés comme ils le prétendent, les opposants à la guerre, comme le mouvement MoveOn, ont su créer une communauté épistémique à même de modeler la vision de l’opinion publique sur le déroulement du conflit. En témoigne par exemple l’affaire du sénateur démocrate Baird, pourtant opposé à la guerre.

Par ailleurs, l’utilisation des catégories vietnamiennes participe des luttes partisanes que mènent les démocrates depuis leur victoire aux législatives de mi-mandat. On pourrait même affiner cette analyse et considérer que la référence au Vietnam recoupe les oppositions entre les candidats à la présidentielle. Quoiqu’il en soit de ces compétitions politiques, que l’on retrouve d’ailleurs peu ou prou à l’intérieur des institutions militaires et de l’Administration Bush, l’opinion publique est désormais l’enjeu des discours performatifs des uns et des autres.

-Enfin, il convient d’insister sur les nouvelles pratiques de la sécurité issues de ces mutations. En effet, la contre-insurrection suppose une approche plus compréhensive et intégrée des outils militaires et non-militaires. Pour faire court, l’abandon de procédures, de postures et de l’état d’esprit "conventionnels" marque un tournant dans la perception de la sécurité par les militaires engagés en Irak. Plusieurs éléments sont à souligner:

Le premier est la prise en compte par les institutions militaires des paramètres culturels. L’insistance sur la culture opérationnelle et la prise de conscience culturelle (cultural awareness) mérite d’être soulignée. Il en résulte une stratégie tournée vers la compréhension des ressorts politiques et anthropologiques de la population irakienne, dont l’application militaire est illustrée par "l’alliance" avec les tribus.

Le second est le redéploiement des objectifs militaires vers une version positive de la sécurité, à savoir la protection des "zones peuplées" et des civils. Ce mouvement, initié à partir du début de l’année 2007, s’aligne sur le premier puisque "l’incrustation" croissante de militaires américains au sein des populations accompagne la recherche de renseignements plus précis et plus fiables, obtenus par la confiance. D’autre part, les problèmes éthiques liée à la discrimination des non-combattants et à l’usage proportionné de la force semblent partiellement résolus par l’intériorisation croissante d’une "culture de la retenue", en dépit d’incidents notables (Haditha).

La croissance des échanges et des débats internes aux institutions montre également une plus grande participation de la "base" à la définition de la sécurité. En témoignent la multiplication des blogs militaires et des tables rondes réunissant la communautés des bloggeurs et les responsables civils et militaires.

Pour conclure, il convient de montrer en quoi le récit vietnamien démontre la domination des discours passéistes. Qu’il s’agisse des "décideurs militaires", ayant pour la plupart une moindre expérience de la guerre que les jeunes officiers présent en Irak, ou qu’il s’agisse des mouvements anti-guerre, opportunistes (la plupart des Démocrates ont voté pour l’intervention et même pour le surge de janvier dernier), ou convaincus. Le projet "postmoderne" d’aboutir à une redéfinition de la sécurité (objets référents, mais aussi moyens) se heurte ici à un double mouvement: les discours et les pratiques alternatives semblent le fait des militaires en Irak plus que de nouveaux acteurs de sécurité (à noter que la privatisation de la sécurité semble un échec); tandis que le totalitarisme du récit vietnamien rassemble en une coalition hétéroclite Républicains conservateurs, Démocrates anti-guerre, décideurs militaires et militants pacifistes.

Pour une évaluation de la situation à Bagdad (source: Washington Post)
[kml_flashembed movie="http://www.washingtonpost.com/wp-srv/world/interactives/baghdadtour/baghdadtour.swf" width="800" height="600"/]

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.
Thème Esquire.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: